Aller au contenu | Aller au menu

PLACE DES FÊTES

346 visites sur cet article

CHANSON


Tout en haut de la tour
y’ a un homme que j’ aime
c ’est une curieuse histoire d’ amour
qui se promène et fait le tour
des rues et fait chanter
tout le quartier
Rue des Fêtes le temps s’arrête
Rue des Bois pour un éclat
de rire je vais Vers toi
Rue des Solitaires le nez en l’air
Rue de Belleville d’un pas tranquille
Rue du Pré Saint-Gervais
à la maison de quartier
Rue Henri Ribière
à quoi ça sert
Rue Augustin Thierry
à changer la vie

Quand je pense qu’au Moyen-Age
C’est moi qui serais dans la tour
Et lui serait sans doute en nage
dans son armure ou troubadour.
Maintenant c’est lui qu’est en étage
et si j’appelle mon cri se fond
dans le béton de la façade
les seigneurs de la rénovation
n’ont pas pensé aux sérénades
C’est mon ami très haut perché
qui n’est jamais à sa fenêtre
y’ a plus d’soldats, y’a plus d’archers
plus de problème de conquête
et pas d’ serment à échanger
Si j e suis un peu cavalière
et s’il n’ a rien d’un chevalier
c’ est pour pas faire de manière
et sortir des chemin tout tracés

Tout en haut de la tour
y’a des gens que j’aime
c’est une. curieuse histoire d’amour
qui se promène et fait le tour
des rues et fait chanter
tout le quartier

Rue des Fêtes le temps le s’arrête
Rue des Bois pour un éclat
de rire et je vous vois
Rue des Solitaires le nez en l’air
Rue de Belleville d’un pas tranquille
Rue du Pré Saint -Gervais
à la maison de Quartier
Rue Henri Ribière
Allons prendre un Verre
Rue Augustin- Thierry
devenons amis
Ce soir la place est toute nue
et ses arbres semblent des nains
le kiosque en bois un peu perdu
fait un vieux rêve de refrain
dans les fenêtre des ombres remuent
quelques milliers sur leurs moquettes
font les mêmes gestes, les mêmes pas
entre les mêmes plantes vertes
et ne se connaissent pas
Et moi tout en bas de la tour
y’a comme une rage qui me prend
je lève la tête vers tous ces abat-jour
j’ai envie de lancer des cailloux dedans
je suis moitié colère moitié amour
y’a en moi des mots qui explosent
qu’ j’ai pas pu dire, dont j’ai eu peur
et qui voudraient bouger quel’ qu’ chose
des mots d’révolte et de douceur
 
Alors je monte en haut de la tour voir
l’ homme que j’aime ce soir
et je pense dans l’ ascenseur
qu’il y a encore du chemin
avant de savoir par cœur
le cœur de nos voisins.
MICHELE V.

Article mis en ligne en en juin 2012 par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens, actualisé en septembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1@gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros