Aller au contenu | Aller au menu

2235 visites sur cet article

Jean Rustin : peintre de la folle humanité


JPEG - 74.7 ko

« Dans le coin » Acrylique 1991, 162x130cm.


Ce dimanche de Pâques, 23 mars, Jean Rustin nous reçoit dans son nouvel appartement. L’intérieur en est joyeux et d’emblée l’immense bibliothèque retient notre attention. Construite par l’artiste, parfaitement proportionnée, elle accueille, en plus de livres patinés, une très belle collection de jouets anciens réunis par sa défunte épouse, célèbre médecin.

« Faisons connaissance » nous dit Rustin qui se prête avec une extrême gentillesse à l’éternel petit jeu des questions et des poses à prendre devant l’objectif d’Yves Géant. À ma question : « accepteriez-vous une lecture politique de l’ensemble de votre production ? » la réponse est un « oui » plus que franc, un « oui » qui veut dire : « mais bien évidemment ! ».

La thématique de la folie qui l’occupe depuis 1971 (année de sa fameuse rupture avec les beaux tableaux colorés, abstraits) relève encore de cette folie d’un monde (selon la formule de Michel Foucault) qui, chaque jour, interpelle le citoyen français comme le citoyen du monde. Folie de la modernité triomphante, mythe du progrès éternel qui nous mène fatalement aux ruptures de la raison. Les corps d’aliénés de Rustin sont nôtres, ou plus exactement notre part maudite, celle que nous ne voulons ou ne pouvons pas voir. Etouffés à coup de camisoles chimiques, d’alcool, de drogue ou de surmenage urbain, ces corps sexués sont soustraits la plupart du temps à nos regards et renfermés derrière les hauts murs des HP (deux lettres pour ne surtout pas dire « psychiatrique »).


Jean Rustin a ceci de formidable et de politique qu’il nous oblige à voir ce que la société du spectacle (ancêtre de la nouvelle société du « Bling Bling »), ne peut admettre. Le corps et la psyché de l’aliéné, échappant à tout dressage de la « saine » Raison, induisent des questions que le consommateur pressé n’a plus le temps ni surtout l’envie de résoudre. Rustin, lui, l’a pris ce fameux temps. Il nous montre cette absence au monde qui hurle sa douleur au cœur de l’histoire du xxe siècle. Grâce lui soit donc rendue d’avoir si bien rendu notre part d’obscurité.

À propos de folie… Sur le départ, Rustin nous avouera n’avoir jamais reçu, ces trente dernières années, une seule visite des conservateurs de Beaubourg. Rustin est donc encore l’un de ces peintres immenses que l’État français, fidèle à ses mauvaises habitudes, a scandaleusement négligé. Mais qui dépeindra donc un jour l’aliénation esthétique de ces « beaux messieurs » de l’histoire de l’art ?


Bruno CHENIQUE

Photos © Yves Géant


Fondation Rustin
38, boulevard Raspail
75007 Paris
M° Sèvres Babylone


Article mis en ligne en 2010 par Salvatore Ursini. Actualisé en octobre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
par abk- - le : 3 juillet 2013

Jean Rustin : peintre de la folle humanité

Je découvre ce peintre… Puissant. Bouleversant. Inoubliable.

Répondre à abk-

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros