DERNIERS JOURS

807 visites sur cet article

Ils œuvrent aussi dans la rue…


Cinq visions urbaines, des techniques et des univers différents, des artistes qui interviennent dans la ville, mais pas seulement, qui ont su s’affranchir des limites du support, du dedans et du dehors, pour s’exprimer en toute liberté et créer une œuvre personnelle et engagée.

Sous l’appellation « Street art » la confusion règne. La Rue comme tremplin, comme support, comme outil, comme vitrine.

On oublie que les moyens utilisés par les acteurs de ce mouvement, qui fête ses quarante ans, sont des techniques qui proviennent de l’atelier : peinture, collage, pochoir, mosaïque…

Et de reprocher aux artistes dits urbains d’exposer leurs œuvres en galerie, ou remettre en question leurs raisons intrinsèques, ce serait estimer que :

Les galeries devraient leur refuser leurs cimaises.
Les artistes vivent de l’air du temps.
Ces derniers n’ont pas l’intelligence de leurs modes d’expressions.

Les artistes

L.N.2.3 : Inventeuse de formes associant le verre, l’émail, le métal, la lumière, Hélène Lhote appose sa griffe trilobée de miroirs (labellisée L.N.2.3) aux quatre recoins de la ville, afin que la lumière s’y accroche ; Réminiscence des mosaïques persanes de son enfance.

Miss.Tic : La papesse de la poésie murale exhibe l’image de la femme contemporaine libérée de tous les préjugés. Elle s’est vite révélée peintre en se posant la question du support de ses œuvres réalisées au pochoir.

Mosko et associés : En militant pour la survie d’un quartier parisien, la Moskowa, comparable à une réserve patrimoniale, Gérard et Michel se sont rendus compte de l’universalité urbaine de leur imagerie animalière pochoirisée, jusqu’à ce qu’un public manifeste son désir d’adopter leur bestiaire à domicile.

JPEG - 73 ko

Paella : Parallèlement à sa peinture avec comme seul trait commun le point d’interrogation du visage spiralé de son personnage, il colle ses affichettes sérigraphiées sur les gouttières, depuis 25 ans, dans la tradition Agitprop de Mai 68 mâtinée de la génération Pub.

Thomas : Empreintes, relevés, reflets, Thomas fait du « Land Art en ville ». Il ne laisse que peu de traces de son passage. Vous n’avez peut-être jamais vu son travail sur les murs, il faut s’approcher beaucoup plus près pour découvrir comme un trésor ses enrichissements de fissures avec de l’or et des diamants.

HORS LES MURS
Ils œuvrent aussi dans la rue…

Hélène Lhote, Miss.Tic, Mosko et associés, Paella, Thomas

du 7 décembre 2010 au 9 janvier 2011

http://www.lecabinetdamateur.com/

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Henri Krasucki

Henri Krasucki s’était engagé très tôt, dès l’occupation, dans la Résistance. Il fut parmi (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre. 2017. (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les sorties : lundi 6 avril