2830 visites sur cet article

Spendeurs et misères des gens de théâtre

Ils ont un seul point commun : le théâtre dans le 19e. Regards croisés sur les difficultés du quotidien et le sens de leur démarche…

Hommes et femme de terrain, ils donnent chacun leur sentiment sur la crise du statut des intermittents, définissent le sens qu’ils attribuent à leur pratique quotidienne, et livrent leurs conseils à quelqu’un qui voudrait se lancer.

L’un, Eric Blanchard, est producteur et gestionnaire d’une salle de spectacle, La Petite Scène. Les autres gèrent aussi des théâtres, mais ils sont avant tout portés par leur démarche artistique.

Richard Arselin est directeur du Bouffon Théâtre mais également metteur en scène de la troupe éponyme. Vincent Auvet est directeur de la programmation et metteur en scène au théâtre Darius Milhaud, et Christophe Hay est chargé de la communication dans ce même théâtre.

Quant à Pauline, élève-comédienne au cours Florent, elle est encore en formation.

Leurs réalités et leurs vues sont parfois très différentes, voire divergentes, parfois non.

Les intermittents du spectacle

- Richard Arselin : « Je me sens directement concerné par la fragilité du statut des intermittents. Tant que le statut existe encore, ça va. Le nombre d’heures pour rester intermittent, c’est encore faisable.

Si le statut disparaissait, ce serait catastrophique.
Comme en Angleterre où les acteurs sont obligés de faire un autre métier pour vivre. Faire du théâtre, c’est aussi se former, lire, aller voir des spectacles. Cela demande du temps. C’est un privilège qu’il faut conserver.

Les problèmes que rencontrent les intermittents viennent de l’ouverture au statut à des techniciens, des gens de télévision qui n’ont rien à voir avec le métier, alors que justement le statut a été créé par Gérard Philippe pour les comédiens. »


- Christophe Hay : « J’ai été intermittent pendant 20 ans (je suis aussi chorégraphe et danseur), le statut c’est évidemment un moyen de soutenir la création. C’est pour cela aussi que c’est important de créer un espace comme le théâtre Darius Milhaud.

Comment les artistes peuvent-ils continuer à travailler, à produire et à vivre dans cette société ? c’est tout le problème… »


- Pauline : « Les intermittents, je ne suis pas confrontée à leurs difficultés et je les connais très peu. Au cours Florent, on ne nous en parle pas, peut-être pour ne pas nous décourager. »

- Éric Blanchard : « C’est un statut complexe au point que personne n’est en mesure de l’expliquer. Les charges sont plus lourdes pour l’employeur que dans un les autres secteurs. Nous, nous passons par une société de portage, sinon ce serait trop coûteux. »


Mon conseil à quelqu’un qui veut faire du théâtre…

- Éric Blanchard : « Cela dépend de la personne, si elle veut écrire, jouer. On ne s’improvise pas comédien, on prend un minimum de cours. Il faut au moins 2 ans de formation.

En plus, si la personne écrit et veut jouer ses textes, il lui faut quelqu’un d’extérieur pour la mise en scène. Un spectacle doit avoir ses lumières, ses couleurs, son ambiance : c’est au moins 6 mois de plus. En tout, il faut compter 2 ans et demi. »

Pauline : « Je dirais qu’il faut se poser les bonnes questions, avoir conscience des difficultés qu’on va rencontrer. Tout n’est pas rose dans le milieu et les gens ne sont pas forcément gentils !
 
Le but ne doit pas être d’être célèbre, car dans ce cas, on n’a rien envie de donner, de transmettre.
 
On peut vivre sans être une star, avec peu d’argent en faisant simplement ce qu’on aime. »

- Richard Arselin : « Je lui dirais qu’il fait ce qu’il veut, mais d’y réfléchir à 2 fois ! »

- Christophe Hay : « Il faut être ouvert à toutes les disciplines, être attentif à l’interaction entre le cinéma et le théâtre. Il faut aimer les gens et avoir envie d’aller vers eux. »

- Vincent Auvet : « Qu’il le fasse ! il ne faut pas aller contre ses envies. Il faut rencontrer les bonnes personnes. C’est un métier qui ne s’improvise pas, ça s’apprend tout au long de la vie. Il faut avoir un sens aigu du travail, et une grande exigence de vie. Il faut conserver son rêve originel et savoir à quoi on a envie d’arriver. »


Quel sens cela a-t-il de faire du théâtre aujourd’hui ?

- Éric Blanchard : « Je vais être franc : si on fait du spectacle c’est pour gagner de l’argent. Il y a un moment donné où on doit lancer un artiste, le faire découvrir par quelqu’un d’autre pour qu’il soit pris en charge. Nous restons ses producteurs et nous le suivons sur sa carrière dans d’autres salles.

Un spectacle, c’est permettre la rencontre avec des gens, favoriser le relationnel, avoir une certaine promiscuité avec les autres, chose qui existe de moins en moins de nos jours. Il faut croire au spectacle que l’on produit, sinon il faut passer à autre chose. »

- Richard Arselin : « Faire du théâtre aujourd’hui, c’est une nécessité. Le théâtre ne changera rien au monde, mais il permet la rencontre entre les gens, il y a un échange avec le public, une histoire racontée, c’est charnel, organique, on écoute une œuvre.

Le public entre dans l’univers du créateur, son imaginaire est mis à disposition. Si le théâtre existe encore, c’est que le public y trouve quelque chose. »

- Vincent Auvet : « Le théâtre estle miroir de la société. Au même titre que l’Histoire, c’est un repère, un espace de réflexion. Le jour où la société n’aura plus de miroir, nous disparaîtrons.

Mais cela doit rester un spectacle. Et le spectacle, c’est chaque fois un moment unique, privilégié qui ne se reproduira plus jamais. Il y a 2 entités qui se rencontrent : les artistes et le public. Ils sont tous différents, mais pour un instant ils ne forment plus qu’un. »

- Christophe Hay : « Le théâtre est un lieu où les gens expriment leur acte créatif. On donne à l’autre ce qu’on est capable de donner. Cela montre que chacun peut avoir envie d’échange et de partage.

Dans notre société c’est important. C’est fondamental pour vivre ensemble. C’est un espace politique… »

- Vincent Auvet : « …Et poétique ! »


Propos recueillis par Leila Hafed - Octobre 2006

Partagez cet article :


Réactions
par Pauline Delfau - le : 1er avril 2009

Spendeurs et misères des gens de théâtre

Fort de mon experience , j’ai 48 ans je joue depuis que j’ai 17 ans, à la question : ëtre comedien , les conseils ? j’ai envie de dire : aimer aimer aimer ça. aller uniquement vers ce qu’on aime, faire le meilleur de soi sans demander qu’on vous pousse au derrière. être perfectionniste - ne pas se prendre au sérieux mais être serieux dans le travail. jouer avec tout le monde dans tous les domaines cinema, theatre et autres experiences pour ne pas s’enfermer. S’éloigner des chapelles on peut être dedans mais aussi dehors. Jouir de chaque bonne experience, et ignorer les mauvaises. respecter le public qui ne sait pas tout mais qui sent tout, et ne pas les dégouter du théâtre avec des spectacles plombant ,niais,racolleurs ou mal faits. Ne pas douter de soi plus que nécessaire. le reste c’est se fier à son Pif et à son enthousiasme. Travailler la qualité, toujours…. Bon courage à tous

Pauline Delfau Comédienne professeur de Théâtre et Mime

Répondre à Pauline Delfau

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Henri Krasucki

Henri Krasucki s’était engagé très tôt, dès l’occupation, dans la Résistance. Il fut parmi (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre. 2017. (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les sorties : lundi 22 avril