La ville des gens : 2/juillet
Rencontre avec…

Pascal Martinet, directeur du Théâtre Clavel


3, rue Clavel. Pour Quartiers Libres, ce n’est pas une adresse inconnue, puisque le journal y a été domicilié pendant plusieurs années. Aujourd’hui cet immeuble abrite un théâtre différent, atelier-école où le spectateur participe à la formation. Nous avons rencontré Pascal Martinet, son directeur.

JPEG - 74.8 ko


Quartiers Libres : Pascal Martinet, depuis combien de temps dirigez-vous ce théâtre ?

Pascal Martinet : En fait, je dirige une association qui s’appelle Laser et qui est un Centre de Formation axé sur trois pôles : le premier est basé essentiellement sur les métiers du spectacle : sonorisateurs, éclairagistes, machinistes, etc… Un deuxième axe concerne l’animation spécialisée (villages-vacances), et un troisième axe sur la formation des agents d’accueil :billetterie sur ordinateur, etc… avec notamment le système Esterel.

L’association a ses locaux dans le 20ème. Il y a environ 300 élèves. L’association possède deux théâtres : le Théâtre Clavel et le Théâtre Trévise [1] qui servent dans la journée de plateaux techniques pour mes élèves et qui, le soir, tournent en théâtres professionnels. Ici, c’était un ancien temple protestant qu’on a entièrement réaménagé. Nous y sommes depuis 6 ans.

Le Théâtre Clavel est avant tout un centre de formation. Il y a plusieurs façons de travailler. Soit on travaille sur des présentations de spectacles pendant 3, 4, 5 jours pour les professionnels et aussi pour les particuliers, soit avant qu’ils partent en tournée, soit avant qu ’ ils ne soient programmés dans d’autres lieux. C’est une première façon de travailler. Une deuxième façon, c’est de présenter tous les lundis un spectacle de chansons françaises, et le dimanche du rock.

La troisième façon de travailler, c’est de garder un spectacle en fixe pour une durée de 30, 40, 50 représentations.


Q.L. : II y a dans ces lieux une atmosphère extrêmement chaleureuse, conviviale…

P.M. : C’est un théâtre qu’on a construit nous-mêmes, on travaille assez régulièrement avec les mêmes metteurs en scène chaque année… c’est un théâtre qui n’est pas subventionné du tout donc tous les gens qui travaillent ici sont des gens passionnés et cette passion, le public la ressent au niveau de l’ambiance.


Q.L. : La salle elle-même se prête à cette communion entre acteurs et spectateurs.

P.M. : Oui, on a conçu la salle au niveau scénique, spécialement pour le Centre de Formation et pour les spectacles. C’est-à-dire qu’il y a un plateau très important (10 mètres d’ouverture par 6 mètres de profondeur) qui est la taille d’un plateau de théâtre de 800 places. Ici, c’est une salle de 110 places. On aurait pu faire comme tant d’autres petits lieux ; avoir un plateau plus petit pour avoir plus de places et donc davantage de spectateurs mais nous avons préféré concevoir cet espace pour faire un travail technique important avec des décors parfois très importants aussi et des pièces avec 10, 12 personnages, plutôt que de faire un one man show avec une scène toute petite et un public plus considérable.

Nous avons privilégié le côté création plutôt que le côté rentabilité.

Ce que je souligne aussi, c’est que nous sommes affiliés à une Fédération du Théâtre Parisien qui s’appelle Petites Scènes et qui regroupe 9 théâtres à Paris. On édite tous les 2 mois les programmes qui y sont donnés.


Q.L. : C’est très tonifiant un lieu comme celui-ci. II y a à la fois la convivialité, la passion des acteurs, la qualité créative !

P.M. : Et aussi le fait qu ’ il soit bien équipé ! Et ça , c’est le Centre de Formation qui le permet.

Le téléphone sonnait.

Alors je suis parti, sur la pointe des pieds tout en prenant le temps de m’enivrer un peu de ces parfums magiques spécifiques à ces lieux.


Entretien réalisé par Gérard Servigne

Théâtre Clavel
3, rue Clavel - 75019 Paris

Site : Théâtre Clavel



Article mis en ligne en juillet 2015.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens