La ville des gens : 10/septembre
Gilles Eric Séralini gagne son procès en appel

Roundup & co

Le professeur Gilles Eric Séralini gagne son procès en appel

Le journal Marianne et son journaliste Jean-Claude Jaillette ont perdu en cour d’appel de Paris ce 7 septembre 2016, et ont été condamnés en diffamation pour avoir dénigré, comme d’autres lobbyistes, agences et académies, le Professeur Gilles-Eric Seralini au sujet de ses recherches de 2012 montrant des tumeurs de rats dues au Roundup et à un maïs OGM, étude republiée et confirmée depuis.

Tiré du site : http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1055

GIF - 25.9 ko



INFO +++

Ségolène Royal refuse l’autorisation d’un nouveau pesticide

Tiré du site : http://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1055

C’est une bonne nouvelle pour les apiculteurs qui sont au bord du gouffre. La récolte de miel est catastrophique. Les pesticides ne sont pas la seule cause de la mort des abeilles - cette année, c’est plutôt la météo -, mais ils y contribuent. L’entreprise Bayer voulait mettre sur le marché un nouveau produit, un cousin du Gaucho, de la famille des néonicotinoïdes. L’entreprise a fait une demande a l’autorité compétente en France, l’Anses, qui a donné un projet d’avis positif. La ministre a dit non. Trop d’abeilles disparaissent. En plus, ces fameux néonicotinoïdes ont été récemment interdits dans la loi sur la biodiversité. En principe pas avant 2018, mais tant pis.

En attendant, pas question d’autoriser de nouveaux produits. Ségolène Royal a aussi décidé d’interdire le désherbant Roundup, en vente libre dans les jardineries. Il faudra s’adresser désormais pour en acheter à un vendeur conseil, un peu comme dans les pharmacies. Ces décisions contrarient évidemment les agriculteurs, qui parfois ne peuvent pas faire sans les pesticides. Mais Ségolène Royal a un autre argument : celui de la santé.

Il est compliqué pour l’instant d’évaluer les impacts exacts des pesticides que nous mangeons tous les jours en petit quantité. Il y a des doutes, pas de certitudes. C’est pourquoi aussi le ministère de la Santé, de son côté, va lancer une étude nationale dans toutes les zones viticoles de France, où sont largement utilisés ces produits. Une étude de grande ampleur pour savoir peut-être enfin s’il y a ou non un lien entre certains cancers des enfants et les pesticides.

Agenda