La ville des gens : 7/février
Théâtre

MÉTAMORPHOSE

« En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte. » Ainsi Kafka, avec seulement les premiers mots de cette nouvelle, qui appartient désormais au paysage de nos mythologies contemporaines, effleure le cauchemar fantastique, puis n’y revient plus : tous les personnages de cet acide portrait de famille, décrit avec un réalisme minutieux, acceptent, comme un événement banal, le nouveau sort du fils modèle.

JPEG - 22 ko

© Franck Beloncle

C’est moins l’absurdité de l’aliénation physique de Gregor qui se joue ici que les réactions en chaîne qu’elle provoque chez les autres personnages, les révélant dans leur vanité au gré de portes qui claquent, courses poursuites hystériques, rebondissements tragi-comiques.

Au bout du labyrinthe kafkaïen, à la théâtralité intrinsèque, n’est finalement pas parasite qui l’on croit. Pourtant, c’est une étrangeté tout à la fois inquiétante et exquise qui hante nos souvenirs de lecteurs. Sylvain Maurice y revient, avec une délectation certaine, puisant dans la cocasserie troublante de Kafka matière à un spectacle où le monstrueux, ainsi trahi chez les autres, nous fera grincer de rire…

Très librement inspiré de « La Métamorphose » de Franz Kafka
Adaptation et mise en scène : Sylvain Maurice

JPEG - 20.5 ko

© Franck Beloncle

Avec Nadine Berland, Marc Berman, Émilie Bobillot, Arnault Lecarpentier et Philippe Rodriguez-Jorda
 
Assistant à la mise en scène Nicolas Laurent
Scénographie Éric Soyer
Création vidéo Renaud Rubiano
Création sonore François Leymarie assisté de Jean de Almeida
Création lumières Yann Loric
Costumes Marie La Rocca
Création masques Élise Kobisch
Avec la collaboration artistique d’Aurélie Hubeau


Métamorphose est un spectacle qui s’inspire très librement du chef-d’œuvre de Franz Kafka. Il en garde la trame narrative et les thèmes, mais il s’en émancipe complètement du point de vue de la représentation. Dans la première partie de son film Elephant Man, David Lynch ne montre jamais son personnage à l’image. Il laisse chacun l’imaginer en fonction de sa sensibilité et de ses propres fantasmes. Le spectateur est actif et élabore sa propre représentation. De la même manière, dans Métamorphose, je souhaite qu’on ne voie jamais Gregor, mais qu’on le découvre à travers le regard des autres, grâce à la vidéo, sur le mode de la caméra subjective. Sylvain Maurice

MÉTAMORPHOSE

Très librement inspiré de « La Métamorphose » de Franz Kafka
Adaptation et mise en scène : Sylvain Maurice

Du 8 au 23 février 2013

  • Mardi et jeudi à 19h30
  • Mercredi et vendredi à 20h30
  • Samedi à 18h
  • Dimanche à 16h
  • Séance collégiens et lycéens vendredi 15 février à 14h

Plein tarif : 24€
Tarif : 18€ (+ de 60 ans / collectivités / groupe + 5 personnes / abonnés Théâtres partenaires)
Tarif : 14€ (habitants 93 / personnes à mobilité réduite)
Tarif : 11€ (Albertivillariens / demandeurs d’emploi)
Tarif : 9€ (étudiants / lycéens / collégiens)
Tarif : 5€ (enfants – 12 ans (pour tous les spectacles) / titulaires du RSA)

Téléphone 01 48 33 16 16

Site :Théâtre de la Commune

Théâtre de la Commune - Centre Dramatique National d’Aubervilliers - 2, rue Édouard Poisson - 93300 Aubervilliers - Métro Aubervilliers-Pantin-4 chemins

Agenda

Théâtre de la Commune - Centre Dramatique National d’Aubervilliers

2, rue Édouard Poisson - 93300 Aubervilliers - Métro Aubervilliers-Pantin-4 chemins