La ville des gens : 1er/mars
Portraits de résistantes

Madeleine RIFFAUD


La bataille du tunnel des Buttes-Chaumont

Madeleine Riffaud est née à Paris le 23 août 1924. Elle a 18 ans quand elle s’engage dans la Résistance.

Elle participe tout d’abord à l’organisation d’un groupe du Front National pour la Libération de la France des Étudiants du Quartier Latin. Alors que les combats de l’insurrection à Paris se préparent, elle est appelée en juin 1944 à participer aux actions armées des FTP, les Francs Tireurs et Partisans.

Madeleine Riffaud devient alors Rainer, ce sera son nom de Guerre.
Au cours d’une action où en plein jour elle abat un officier allemand, elle est capturée par des miliciens français et remise à la Gestapo. Après des jours et des jours où elle subie la torture, elle est condamnée à mort.

Un véritable miracle se produit. A la faveur de l’insurrection parisienne, elle échappe à l’exécution et est libérée au cours d’un échange de prisonniers avec les allemands.

JPEG - 43.4 ko

Madeleine Riffaud, lieutenant FTP, est venue fleurir la nouvelle plaque où il y a 60 ans elle se trouvait avec le FFI du 19ème dans l’attaque du train allemand sous le tunnel des Buttes Chaumont.


Madeleine Riffaud, lieutenant FTP, est venue fleurir la nouvelle plaque où il y a 60 ans elle se trouvait avec le FFI du 19ème dans l’attaque du train allemand sous le tunnel des Buttes Chaumont

Elle rejoint immédiatement ses camarades FTP regroupés dans la compagnie « Saint Just » avec le grade d’aspirant. Cette unité des FTP va être affectée au 19ème arrondissement où se déroulent d’importants combats.

Un épisode particulièrement spectaculaire va marquer le soulèvement dans le 19ème. Ce sera la capture d’un train allemand qui tentait de franchir le tunnel des Buttes Chaumont où passaient les voies de la Petite Ceinture.
 
Bloquées en surface par les barricades, les allemands tentent d’utiliser la Petite Ceinture pour circuler par le rail, la gare Belleville-Villette en était à l’époque l’une des stations. Le 23 août 1944 au petit matin, Madeleine Riffaud est alertée de la présence d’un train qui va se présenter dans l’arrondissement. Les FFI du 20ème au pont de Ménilmontant sont déjà dans l’action.
 
Madeleine Riffaud et avec elle trois autres FTP se précipitent vers le pont, emportant des explosifs et des grenades avec l’objectif de tenter d’empêcher la progression du train. Ils y parviendront. De toutes parts, les FFI du quartier arrivés à la rescousse obligeront les allemands bloqués entre les deux ponts à se rendre aux résistants du 19ème.
 
À 17h30, 137 soldats allemands désarmés sont rassemblés près de la mairie, un important matériel et du ravitaillement sont récupérés.
JPEG - 34.4 ko

Au cours de cette cérémonie, Madeleine Riffaud apporte son témoignage sur cette bataille.


Madeleine Riffaud est élevée au grade de lieutenant.

La compagnie Saint Just se déplace alors vers la place de la République où se déroulent les derniers combats autour de la caserne Saint Eugène où se sont retranchés les derniers combattants de la Wehrmacht. Les combats vont cesser avec l’arrivée sur la place de plusieurs chars de la division Leclerc, mais cette dernière opération menée par la compagnie Saint Just va couter la vie au jeune lieutenant Michel Tagrine dont le nom sera donné plus tard à une rue du 19ème.

Madeleine Riffaud a écrit après la guerre un livre relatant tous les combats de la Résistance dont elle fut l’actrice et le témoin sous le titre « On l’appelait Rainer » édité par Julliard.


ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.