La ville des gens : 18/octobre
Portraits de résistants

Armand DOSPITAL - Résistant à 16 ans


Armand Dospital avait quitté Paris avec l’exode des parisiens fuyant l’arrivée de l’armée allemande dans la capitale.

Peu après, dès son retour, il avait rejoint ce groupe de jeunes du 19ème qui commençait à se concerter pour « faire quelques choses » et qu’on avait appelé plus tard « les mouflets » tant ils étaient jeunes. Armand Dospital avait 16 ans à peine.

Il y avait parmi eux René Roy, Simone Sampaix, André Biver, Maurice Deck, Marcel François, Jean Quarré, Georges Tondelier, Jean Repussard…Tous furent fusillés ou déportés au cours des actions de résistance qu’ils avaient menées par la suite. Tous ces noms sont cités par ailleurs dans ce mémorial. Armand Dospital fut l’un des rares rescapés de ce groupe.


Il avait déjà participé à une manifestation sur le Boulevard d’Ornano et à des distributions de tracts et des inscriptions sur les murs. C’est au cours d’une de ces actions que la police parvint à faire plusieurs arrestations à la hauteur du métro Pré-St-Gervais. Armand Dospital était parvenu à prendre la fuite.

Recherché par la police, il avait quitté sa famille qui ignorait tout de son activité et s’était réfugié chez Henriette Thiébaud, une résistante qui tenait une blanchisserie dans la rue du Docteur Potain. Celle-ci lui trouva à Levallois une « planque », nom qui était donné à l’époque à un domicile clandestin. En 1941, muté par la Résistance dans le 15è arrondissement, il fut versé d’abord à « l’Organisation Spéciale », première formation armée du Parti Communiste Français destinée principalement à protéger les résistants menant des actions au grand jour, comme les prises de paroles devant de grandes usines, nombreuses dans cet arrondissement.

Un peu plus tard, se créaient les « Francs Tireurs et partisans » dont l’objectif était d’affronter plus directement les forces armées de l’occupant.

C’est en 1944, que Dospital revient dans le 19ème. Il participe sous la direction de Gabriel Pioro, le Président du Comité Local de Libération, à la formation des Milices Patriotiques qui joueront un grand rôle dans les combats pour la libération de l’arrondissement au cours de l’insurrection parisienne.

Envoyé en renfort dans le 10ème arrondissement, il participa aux derniers combats autour de la caserne de la Place de la République.

À la libération, Armand Dospital fut élu membre du Comité de Libération du 19ème comme représentant des FUJP, les Forces Unies de la Jeunesse Républicaine.

Armant Dospital est mort en 2013.


ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.