La ville des gens : 8/février
Portraits de résistants

Pierre Kaldor, avocat et son épouse Charlotte Kaldor dans la Résistance


Ils habitaient la rue Rémy de Gourmont au lieu dit le stade de la Butte Bergeyre dans le 19è arrondissement.

Pierre Kaldor et son épouse Charlotte.

Interné pour des raisons politiques en 1939 à la prison de la Santé à Paris, il est communiste, Pierre Kaldor est évacué sur la maison d’arrêt de Bourges alors que l’armée allemande arrive aux abords de la capitale.

Le 28 juin 1941, il est transféré à la centrale de Clairvaux dans l’Aube. Des otages choisis parmi les détenus vont y être fusillés par les allemands entre 1941 et mai 1942. Pierre Kaldor risque tous les jours de subir à son tour le même sort.

On peut relever dans le livre du prétoire de justice disciplinaire de Clairvaux que Pierre Kaldor fut puni pour avoir interpellé le premier surveillant « en prenant fait et cause pour ses codétenus ». Considéré comme un meneur, Kaldor est transféré à la prison de Chalons/Marne. La Résistance y est fortement organisée clandestinement, des complicités à l’intérieure et à l’extérieure y sont établies. Charlotte Kaldor rend des visites à son mari, elle appartient à un réseau de solidarité avec les détenus et leurs familles.

En octobre 1943, une évasion est décidée dont feront partie Pierre Kaldor et d’autres détenus. Elle est préparée avec l’aide des FTP de la région. Des fausses cartes d’identité sont prêtes, des billets de trains…

Une échelle de corde est introduite par Charlotte Kaldor dans la prison avec la complicité d’un gardien. Cette évasion est réussie.

Pierre Kaldor rejoint la Résistance avec le « Front National Judiciaire » placé sous la responsabilité de l’avocat Joé Nordman.

Le 19 août 1944, il sera parmi les 4 résistants du « Front National Judiciaire » accompagnés par une quarantaine de FFI pour prendre possession du Ministère de la Justice, 13 Place Vendôme afin d’en rendre les locaux aux nouvelles autorités légitimes de la Libération.

Un avocat très engagé contre le nazisme.

Pierre Kaldor fut dès le début un avocat très engagé contre le nazisme. En 1933, il figurait parmi les défenseurs de Georges Dimitrov contre qui le régime hitlérien avait monté un procès provocateur. Il s’était aussi beaucoup investi notamment dans l’Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique.

Pierre et Charlotte Kaldor avaient retrouvé leur logement de la rue Rémy de Gourmont après la libération qu’ils quittèrent en 1950.
 
Pierre Kaldor né en 1912 est décédé le 5 mars 2010.

Nota : l’échelle de corde qui permit à Pierre Kaldor et ses compagnons de s’évader de la prison de Chalons/Marne est aujourd’hui exposée au Musée de la Résistance Nationale de Champigny.

Charlotte Kaldor née Szladowski à Paris en 1916, est décédée dans sa centième année, le 2 février 2016


ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - Escalier 1 - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net