Aller au contenu | Aller au menu

384 visites sur cet article

Le jardin de "Vivre Ensemble à Maroc Tanger"


JPEG - 105.7 ko

Au printemps 2002, la RIVP, groupe immobilier propriétaire d’un ensemble HLM de 120 logements sociaux au croisement des rues du Maroc et de Tanger (Paris 19ème) a fait appel à Asmae - Association Sœur Emmanuelle pour l’aider à résoudre des conflits opposant des familles nombreuses originaires d’Afrique aux autres locataires.

Ces conflits, parfois violents, avaient pour origine l’utilisation des cours des immeubles comme terrains de jeux par les enfants des familles nombreuses. Comment sortir de cette logique d’affrontement ? Comment apaiser les tensions ?

Il y a au départ une idée de la gardienne des immeubles : proposer aux locataires de fleurir les cours et les coursives. Il s’agissait, d’une part, de proposer une activité qui intéresse les familles de toutes origines afin que les adultes réinvestissent les parties communes des immeubles et y régulent le comportement de leurs enfants. Et, d’autre part, de créer des occasions de rencontres entre locataires dans un climat d’échange convivial. Pas à pas, avec patience, plusieurs mères de famille africaine se sont mobilisées. Toutes ces femmes cultivaient au pays leur lopin de terre qui nourrissait la famille et apportait des revenus supplémentaires. Or, comment s’enraciner dans un lieu lorsque l’on habite dans des tours, sans rapport nourricier avec la terre et le territoire où l’on vit au quotidien. L’intuition de départ était d’ouvrir un espace à partir duquel des liens entre les familles et avec le territoire où elles vivent puissent se construire, que chacun puissent se sentir « d’ici » en travaillant un bout de cette terre pour en récolter les fruits. L’idée fut alors de créer un jardin mixte : fleurs, légumes et fruits.

Pour commencer, au printemps 2003, nous avons négocié avec le propriétaire la mise à disposition des terrains. Puis nous avons acquis les outils de base, des graines et plants. La gardienne a ensuite fait retourner le terrain pas les jardiniers de la RIVP et une bénévole a récupéré d’autres plants et outils auprès de son père. Une fois tout le matériel rassemblé nous nous sommes retrouvés sur le terrain, les femmes africaines s’en sont immédiatement emparé. Parallèlement la gardienne a organisé le fleurissement des balcons et coursives des immeubles.

Cependant, bien qu’elles aient une bonne connaissance de l’agriculture, les jardinières africaines ont rencontré des difficultés : il existe des variations importantes entre la culture en climat sec et celle en climat tempéré. Pour leur apporter des conseils, nous avons rencontré un jardinier amateur habitant le quartier. Séduit par la démarche, il a proposé d’échanger avec elles des astuces et des techniques. Très rapidement, il a été « adopté ».

Des graines de plantes cultivées au Mali et au Sénégal ont été rapportées par les familles, plantées et récoltées. Les fruits et légumes sont consommés par les familles qui cultivent et servent aussi à préparer des plats pour les repas entre voisins qui se tiennent régulièrement dans la cour. Les enfants participent auprès des adultes à l’entretien des cultures et découvrent le plaisir de goûter aux fruits et légumes que l’on a plantés soi-même.

Le succès aidant nous avons décidé d’agrandir le jardin. La gardienne, de son côté, a négocié avec son responsable pour que l’entretien des espaces verts soit confié aux locataires en leur apportant une aide matérielle.

Aujourd’hui de nombreux locataires contribuent à la vie de ce jardin, certains en donnant des plants ou des graines, d’autres en participant aux travaux de bêchage. Le jardin et la cour se sont transformés en lieu de rencontre, de détente pour les adultes et d’espace de jeu pour les enfants. En 4 ans l’ambiance entre voisins a changé. Nous pouvons aujourd’hui aborder des questions sensibles dans une relation de confiance et sur un pied d’égalité. Les habitants ont créé une association d’entraide « Vivre Ensemble à Maroc Tanger » qui développe aujourd’hui de nombreuses activités (soutien scolaire, danse orientale, repas de quartier et brocante, aides et soutien aux démarches administratives … ) et ont mis en place un conseil regroupant les adultes des immeubles qui se réunit en cas de problème. Des liens d’entraides se sont développés entre voisins qui n’hésitent plus à se rendre de petits services. Plusieurs familles, nouvelles arrivantes dans l’immeuble, ont pu se meubler à l’aide de dons faits par d’autres locataires. Pas à pas, nous apprenons les uns des autres, au-delà des clichés.


Les Moyens

L’Asmae - Association Sœur Emmanuelle dans le cadre de son programme DiversCité met à disposition un agent de développement qui aide et soutient au quotidien l’élaboration, la structuration et le fonctionnement d’actions collectives portées par les habitants en s’appuyant sur les savoir-faire et liens d’entraides des populations.

Asmae soutient également financièrement les actions. Pour 2004 et 2005, la société Delbard a mis en vente une rose baptisée du nom de Sœur Emmanuelle. Les produits des ventes de cette rose permettront de financer des actions portées par l’ONG Asmae. Cette nouvelle rose a été inaugurée en présence de Sœur Emmanuelle au cours d’une fête co-organisée par l’association Vivre Ensemble à Maroc Tanger, Asmae et la société Delbard.

La mairie du 19e apporte ponctuellement son soutien matériel notamment lors de l’organisation de notre vide-grenier.

JPEG - 100.2 ko

Site : ASMAE

Article mis en ligne en octobre 2014.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros