Aller au contenu | Aller au menu

1462 visites sur cet article

Les Sapeurs-Pompiers du 19e arrondissement jusqu’en 1871


Après la dissolution de la compagnie des sapeurs pompiers volontaires de La Villette en 1859, le nouveau 19e arrondissement fut défendu par les sapeurs-pompiers de Paris. Pendant la guerre de 1870-71, une compagnie de sapeurs-pompiers de la Garde Nationale s’y forma. Fidèle à l’esprit frondeur des habitants du 19e, cette compagnie continua son activité malgré sa dissolution officielle en juin 1870.

En 1859, la formation du Grand Paris impose l’annexion des communes limitrophes pour former sept nouveaux arrondissements numérotés de 13 à 20. Elle vit également la disparition des compagnies de sapeurs-pompiers de la Garde Nationale qui les défendaient. Avant de disparaître, les sapeurs-pompiers de La Villette avaient livré un dernier baroud d’honneur en 1859 lors du grand feu qui ravagea le quartier de la rue d’Allemagne (actuelle avenue Jean Jaurès). Ce dernier grand feu de la compagnie des sapeurs-pompiers de La Villette fut en quelque sorte une clôture en beauté de leur activité au service de la banlieue.

Les sapeurs-pompiers de Paris s’organisèrent alors pour assurer la défense contre l’incendie des nouveaux arrondissements. Dans le 19e, la grande caserne des sapeurs pompiers de La Villette fut reprise par les sapeurs-pompiers de la capitale. Pour pallier l’insuffisance et surtout l’éloignement des centres de secours, une kyrielle de "petits postes" furent créés dans chaque arrondissement. Occupés par trois sapeurs pompiers détachés pour 24 ou 48 heures, ces postes formaient un maillage dont la vocation était d’assurer une intervention rapide sur tous les feux ou événements graves dans un faible rayon. En cas de grand feu, le chef de détachement déléguait l’un de ses hommes ou un agent de police pour aller requérir des renforts dans la caserne principale la plus proche.

Les choses restèrent en l’état jusqu’à l’entrée en guerre en 1870. Comme ceux des autres arrondissements, les habitants du 19e durent subir les affres de la grande disette du siège et la peur des bombardements prussiens. Dès les premiers mois d’un conflit qui allait durer, le général Trochu, Gouverneur militaire de Paris fit appel aux sapeurs-pompiers des compagnies de la banlieue. Trois cents pompiers des communes de la Petite Couronne de Paris furent ainsi mobilisés pour aider à la défense de la capitale assiégée. Spontanément, les corporations de Compagnons proposèrent leurs services au commandement des sapeurs-pompiers de Paris qui les refusa. Toutefois, dans les arrondissements, des compagnies de sapeurs-pompiers se formèrent au sein de la Garde Nationale. Les nombreux volontaires pour former ces compagnies furent surtout des propriétaires soucieux de préserver leurs biens et peu motivés pour constituer les bataillons de la Garde Nationale mobile qui tentaient régulièrement des sorties meurtrières pour briser l’encerclement prussien. Leur existence fut officialisée par le général Trochu en janvier 1870. Parmi ces nombreuses unités, celle du 19e arrondissement fut particulièrement active. Elle causa même quelques troubles en intervenant anarchiquement sur les feux, au mépris total des actions engagées par les sapeurs-pompiers de Paris. Six mois après leur naissance, la compagnie du 19e, comme celles des autres arrondissements, fut dissoute par le gouverneur militaire en raison des nombreuses plaintes déposées par les pompiers de Paris. Elle continua néanmoins son activité jusqu’en juin 1871. Paradoxalement, son action se fit très discrète pour lutter contre les 18 grands feux qui dévastèrent l’arrondissement du 23 au 25 mai 1871, lors de la Semaine Sanglante.


JPEG - 75.1 koOn ne possède que peu de renseignements sur la composition de cette compagnie de pompiers volontaires, dite aussi "auxiliaire", en revanche, on sait qu’elle fut habillée et équipée réglementairement. Ceci était loin d’être la règle pour les autres compagnies ; leurs voisins du 20e étaient coiffés d’anciens casques de Gendarmes. Les sapeurs-pompiers du 19e possédaient quant à eux un casque de pompier du modèle 1855, identique à celui des sapeurs-pompiers de Paris, dont le bandeau frontal portait la mention "sapeurs pompiers du 19e arrondissement". La compagnie du 19e, fidèle à la réputation d’un arrondissement populaire fut l’une des dernières à rester en activité, dans l’illégalité la plus totale.


Didier Rolland




Ce casque de la compagnie du 19e arrondissement était identique à celui porté par les sapeurs-pompiers de Paris. Quelques-unes de ces coiffes ont survécu à l’histoire. À ce jour, ils représentent les seuls témoins de l’existence des compagnies de sapeurs-pompiers volontaires des arrondissements de Paris. Photos Sapeurs-Pompiers archives.


Après la guerre de 1870, la réorganisation des sapeurs-pompiers de Paris a donné le jour à un vaste plan de construction de centres de secours par la ville de Paris qui ne sera définitivement achevé qu’au début du 20e siècle. Dans les années 1890, la division de Paris en vingt-quatre périmètres d’intervention fut achevée. Le 19e arrondissement fut défendu par le centre de secours de La Villette, puis par le centre de secours Château-Landon (1879). En 1901, le poste Bitche fut mis en service, le long du canal de L’Ourcq.
(voir P.31 - Quartiers Libres - 82/83)



Article mis en ligne en 2010 par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens. Actualisé en février 2014.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
par thierry - le : 11 mars 2017

voiture schmitt

bonjour Messieurs

je suis a la recherche d’un véhicule de pompier marque SCHMITT un ami m’a dirigé vers les pompiers de la vielette est ce que vous auriez de véhicule dans vos archives ? je ne peux pas vous envoyer de photos apparemment par cette messagerie.
ce véhicule ressemble a une mini moke mais raccourci de 40 cm on y trouvait une échelle sur le pare brise et l’arceau arrière ainsi qu’un dévidoir à l’arrière, 2 sirènes sur les ailes avant.
merci pour votre retour bien cordialement Thierry

Répondre à thierry

le : 12 mars 2017 par Salvatore en réponse à thierry

voiture schmitt

Bonjour,

Nous ne sommes pas la caserne des sapeurs pompiers du 19ème, cet article est paru en 2001 dans l’ancienne revue Quartiers Libres, aujourd’hui numérisée sur notre site.

Vous pouvez cependant contacter les sapeurs pompiers du 19ème :

Caserne de Bitche
1 Quai de l’Oise, 75019 Paris
Téléphone :01 44 65 94 48

Bien à vous.
SCIC R2K

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros