Aller au contenu | Aller au menu

Q.L N° 016 - PRINTEMPS 1982

139 visites sur cet article

Édito, brèves etc…


Lundi 26 Avril au matin, Quartiers Libres n°16 est enfin prêt. D’une périodicité bimensuelle, nous sommes passés à trimestrielle ; et le record a été battu avec ce numéro : 3 mois et demi pour paraître… (on n’en revient pas nous-mêmes). L’attente fut longue, mais vous trouverez dans ce numéro les dernières nouvelles de La Villette, la fin du dossier "Théâtres de quartier" et vos rubriques habituelles… Rendez-vous le 15 Juin, si tout va bien, pour le numéro d’été.

L’équipe



TRANSPORTS

Le « 60 » au quotidien

BUS 60 : les effets du changement

Un collectif d’associations parisiennes s’occupant des problèmes de transport et de circulation a été reçu par Claude Quin, ancien Conseiller de Paris, le nouveau Président de la R.A.T.P.

Celui-ci a promis d’étudier la situation de certaines lignes d’autobus parisiennes ne fonctionnant pas le dimanche et les jours fériés et le soir après 20h30.

Dans un document remis par les associations concernant les lignes prioritaires, le bus n° 60 était placé en tête de liste : les habitants du 19e et du 20e ne peuvent que s’en réjouir.

La piscine et la patinoire Pailleron, la piscine Hermand, le T.E.P., les hôpitaux Tenon et Rothschild entre autres,… et évidemment les Buttes-Chaumont n’en seront que plus accessibles.

* À noter que l’association " Présence du 19e", Rue Petit, fait circuler un questionnaire à ce sujet.




Sur les anciens terrains de la SOPAD

Le POS en voie de modification

Le Conseil de Paris y avait donné un avis favorable le 16 Novembre 1981 (voir Q.L. N° 15), le groupe de travail du POS ayant été consulté, l’enquête publique en vue de la modification du Plan d’Occupation des Sols (POS) concernant la zone de Plan Masse Loire-Jean Jaurès devrait avoir lieu d’ici la
fin du printemps.

Selon les informations en notre possession, le projet de construction de la R.I.V.P de plus de 300 logements devrait entraîner une réduction de moitié
des équipements publics prévus (espace sportif et espace libre public). De plus, aucune structure d’accueil scolaire n’est prévue dans ce secteur pour
accueillir les enfants des centaines de familles qui vont s’y installer…

Nous invitons nos lecteurs à surveiller les dates d’enquêtes publiques, non connues à l’heure où nous bouclons, et à aller contester sur le registre d’enquêtes les conséquences de cette sur-densification de logements, dont de plus une bonne partie ne sera pas des logements sociaux. De toute évidence, la R.I.V.P, société d’Économie Mixte dont la Ville de Paris possède une partie du capital n’a pas vu encore les effets du changement dû à la nationalisation de son principal propriétaire, Paribas. On peut se demander combien de temps les autorités de l’État mettront à utiliser ce biais pour influer sur la politique d’intervention foncière et immobilière très contestable de cette société.




Aux Buttes-Chaumont

Début mars, avec quelques mois de retard sur les promesses du Directeur des Parcs, Jardins et Espaces Verts, ont fait apparition aux Buttes-Chaumont
des barrières blanches matérialisant l’interdiction d’accès aux allées interdites à la circulation automobile.

Reste à obtenir, désormais, l’interdiction totale de la circulation automobile dans le Parc. Une affaire à suivre…



Reconquérir les mètres carrés sociaux

À l’initiative de l’association Place des Fêtes Avenir (P.F.A.) une réunion s’est tenue le 25 mars sur les problèmes des mètres carrés sociaux
dans le 19ème.

Différentes associations de locataires, des habitants et la Boutique de Droit étaient présents. Il ressort de cette réunion que les locaux collectifs résidentiels (L.C.R) ou mètres carrés sociaux, lorsqu’ils existent sont :
- soient détournés de leur objet initial - qui est d’être mis gratuitement à la disposition des associations de locataires - au profit de commerces, ou d’antennes de gestion,etc…
- soient inutilisables parce que nécessitant des travaux d’aménagement (exemple du local situé Place des Fêtes)
- soient Joués aux associations (de locataires ou autres) en violation des circulaires ministérielles de 1965 et de 1971.

Encore faut-il que ces mètres carrés sociaux aient été construits.

Chacun se souvient de la lutte exemplaire de l’association de locataires du 14, Rue Frédérick Lemaître contre l’Office d’HLM de la Ville de Parjs (Q.L. N°6).
L’Office cherchait à faire payer un loyer pour le local que l’association occupait. Or, ce loyer était déjà compris dans le loyer réclamé à chaque
locataire. À l’époque l’Office avait été débouté de sa plainte par le Tribunal d’Instance du 20ème. La Loi Quilliot en favorisant l’organisation des rapports collectifs entre locataires et propriétaires, relance le débat sur les mètres carrés sociaux.

Dans les faits, la reconnaissance du droit au logement contenue dans le projet de loi passe par :
-La construction effective des locaux collectifs
résidentiels ;
- Et leur mise à disposition gratuitement aux associations
de locataires.

En tant que locataires et habitants du 19ème, nous sommes doublement concernés.

Dans un premier temps, il a été décidé de recenser les mètres carrés sociaux existants sur le quartier ainsi que l’usage qui en est fait. Une information sera faite au cours des États Généraux du quartier qui se dérouleront Place des Fêtes les 8 et 9 mai I982.





Point de vue : États Généraux du XIXe

10 Mai 1981 : le peuple de gauche uni, toutes sensibilité confondues, fête une victoire historique, attendue depuis 23 ans.

Mai 1982 : en un an, le paysage s’est largement modifié : les libertés ne sont plus foulées au pied, la peine de mort est abolie, de nouveaux droits sont en préparation, la lutte pour l’emploi prend une dimension nationale, la réduction du temps de travail et l’abaissement de l’âge de la retraite sont en cours malgré des ratés, à l’échelle internationale, la France affirme plus haut et plus clair son soutien aux luttes des peuples.

Pourtant, à gauche, on s’interroge :
Le résultat des cantonales ; la politique de la droite qui, sans rien proposer, attise les affaires et les corporatismes (Police, Corps médical, Télévision, Agriculteurs, Cadres ….. ) Le jeu du patronat qui spécule ouvertement sur l’échec de la politique économique du gouvernement. Les résistances d’une haute administration qui multiplie les barrages au fonctionnement des ministères.

Tout cela reçoit-il la réponse politique et militante qu’il conviendrait ?

La politique énergétique finalement suivie, la lenteur et les tergiversations des mesures concernant les radios libres, le service national, les droits à l’entreprise.

Tout cela n’a-t-il pas déjà entamé le front de ceux qui ont contribué à porter la gauche au pouvoir ?

Et surtout, les militants d’en bas ont le sentiment qu’au quotidien, une réserve puissante de transformation reste sous-employée, parfois consultée pour la forme, laissée sans moyens véritables pour peser réellement sur le changement. Tout cela alors que le succès des profondes réformes de structure engagées est conditionné par l’élargissement des droits dans l’entreprise, dans le cadre de vie de la commune.

Nous, militants de gauche, des syndicats, des associations, militants écologistes ou des groupes de femmes, membres ou non d’un parti politique, affirmons notre volonté d’engager un débat et une démarche unitaire pour transformer cette situation.

Dans le 19ème, aussi le changement sera ce que nous en ferons.
Pour que les chômeurs cessent d’être isolés, pour dresser la liste des créations d’emplois d’utilité sociale, créons un comité pour l’emploi dans lequel soient présent les syndicats, les associations, et les sans travail eux-mêmes.

Pour changer l’école, l’ouvrir sur la vie, avancer dans la résorption des inégalités sociales et culturelles, imposons dans les quartiers les plus défavorisés les moyens pour la constitution de véritables Zones d’Éducation Prioritaires, renégocions de la carte scolaire.

Pour briser la solitude des personnes âgées, l’ennui des jeunes, les ghettos immigrés, mettons en place des lieux de parole, de rencontres et de solidarité.

Alors qu’il n’y a pas ou peu de cinémas, que n’existent quasiment pas de salles où programmer des spectacles, des expositions, alors qu’on ne trouve
pas d’endroits pour écouter de la musique, pour danser, organisons une vaste consultation populaire sur ces questions, dressons les liste des besoins (création d’ateliers d’activités artistique ou artisanale, organisation de fêtes et d’animation de rues.)

Obtenons des moyens pour la réouverture large de P.F.A. !

Contrôlons, avec les sections syndicales et tous les travailleurs et notamment dans les P.M.E, l’application des mesures de diminution d’horaires, exigeons les nouveaux droits.

Exigeons que le réaménagement de la Villette soit aussi l’affaire des habitants du quartier et ait des retombées positives pour le 19ème.




Alternatives

L’ALDEA

Une structure de financement pour l’économie alternative l’A.L.D.E.A. (Agence de liaison pour le développement de l’économie alternative).


"Depuis quelques années s’est développé, en réaction contre la crise actuelle, ce qu’on appelle le mouvement alternatif.

Comme son nom l’indique, il se présente comme une alternative à la destruction du tissu social, au chômage "inéluctable", à la dégradation des rapports humains.

Le mouvement ne se cantonne plus, comme a ses débuts, à la seule vie privée. Il s’attaque maintenant à toutes les sphères sociales et en particulier
à l’économie.

Des entreprises alternatives ("Eco-Entreprises") se sont ainsi créées afin d’établir de nouveaux rapports entre producteurs et usagers et entre producteurs eux-mêmes.

Cependant, peu de projets ou "service" alternatifs voient le jour où vivent, en raison des difficultés de financement auxquelles ils se heurtent. La création d’une structure de financement adaptée à ce type d’entreprises, un peu sur le modèle du "Netzwerk" allemand, permettrait de franchir une nouvelle étape dans le sens d’une durabilité.

l’A.L.D.E.A. se propose de fournir, en collaboration avec des particuliers cet outil de financement nécessaire à la création d’une nouvelle économie :
- seuls les projets alternatifs "éco-entrepreneurs"
seront soutenus.
- les fonds proviendront de personnes désireuses de contribuer au développement des éco-entreprises.
- sera publié un bulletin d’information régulier concernant l’utilisation des sommes confiées, afin de rendre plus solidaires éco-investisseurs et éco-entrepreneurs.

L’ A.L.D.E.A. fera en sorte que les projets financés soient viables, aidée par une équipe de consultants chargés de leur suivi et devenir ; ceci afin de veiller à ce que ces projets ne soient pas récupérés par rapport à leurs principes initiaux et que les éco-entreprises ne se marginalisent pas, mais
essaient d’avoir une prise sur les orientations générales de l’économie.

l’A.L.D.E.A. recherche donc des personnes prêtes à coopérer de diverses façons :
- des consultants bénévoles permettant de mettre au point et de développer des éco-entreprises, d’approfondir le travail des boutiques de gestion par rapport aux projets retenus par l’A.L.D.E.A.
- des " financiers ",
- perrranents et réguliers,
- ponctuels : soutenant par des dons, des projets précis les intéressant particulièrement.

Troisième point très important : l’information circulera au maximum entre éco-entrepreneurs et ceux qui en seront solidaires. Un bulletin régulier sera publié qui reflètera les projets, soutiens, travaux du réseau de consultants ; mais qui servira aussi d’instrument de liaison entre les acteurs de l’économie alternative et les chercheurs intéressés par ces questions.

Ce bulletin sera un bulletin de réflexion sur l’économie alternative, mais aussi sur le fonctionnement et la remise en cause de l’économie et de la science économique. L’aboutissement pourra en être un ferment de changement de notre système économique. L’A.L.D.E.A. pourrait donc également présenter des propositions aux différentes institutions (administrations, entreprises, banques, etc… ) contribuant ainsi à éviter le péril de la société duale.



Quartiers Libres, le canard du 19ème et de Belleville


Mis en ligne en mars 2014.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1@gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros