Aller au contenu | Aller au menu

Feuilleton

332 visites sur cet article

La notion d’épices


Marco Polo.C’est au XIIe siècle (vers 1150) qu’apparait le mot "espice", dont une variante de l’époque est "espèce".

Le mot épice a signifié d’abord par restriction de son sens initial, "espèce par excellence", et donc une denrée alimentaire (stimulante) ou "drogue médicinale", d’origine exotique. On trouvait les épices chez les apothicaires de l’époque.

Le mot épice fut dés lors appliqué aux substances exotiques dont la saveur est piquante par rapport aux aromates. L’usage de l’épice nous est venu de l’Orient d’où elles sont presque toutes originaires. La recherche des épices a changé la face du monde ; comme celle de l’or et de l’étain.

Comme l’or et l’étain l’épice a fait courir cent mille bordées comme d’autres épices, le poivre a été un important objet d’échanges commerciaux et un facteur indiscutable de relations "civilisatrices" entre les nations.

Les épices au Moyen-Âge

Les épices étaient devenus extrêmement rares en Europe, aux siècle du Moyen-Âge. Les invasions barbares et la conquête arabe avait pratiquement supprimé tout rapport avec les lieux de production.

Poivre noir.À l’époque des croisades, on avait perdu la notion de leur provenance et on leur attribuait une origine surnaturelle. Les vénitiens qui les importaient appelaient le poivre "graine de paradis", ce qui ne pouvait qu’augmenter sa valeur.

Les épices coûtaient alors très cher : on les distribuaient à l’once (30g) chez les apothicaires. Une livre d’une épice rare, comme le poivre, ou le gingembre, valait environ le prix d’un mouton.


Gingembre.C’est au Moyen-Âge que se développe une véritable folie pour les épices : poivres, girofle, cannelle, muscade et macis, gingembre, cardamome, safran, sumac, galanga…

Au Moyen-Âge, le poivre était en Europe la plus estimée et la plus coûteuse des épices. On levait des impôts de poivre, on en faisait des donations, on s’en servait souvent pour les échanges dans les époques où la monnaie était rare.

LA ROUTE DES ÉPICES SERA UN FEUILLETON RÉGULIER DE NOTRE JOURNAL ; LA PROCHAINE FOIS : LE POIVRE !


Article mis en ligne en 2010 par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens, actualisé en octobre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros