9059 visites sur cet article

Le bassin de la Villette et son histoire

Aménagé pour l’approvisionnement de la capitale, le bassin jouit aujourd’hui d’une renommée incontestable grâce aux activités nautiques et culturelles…

Paris est la seule ville française à être propriétaire d’un réseau fluvial. Celui-ci, qui a été acheté pour la modique somme d’1 franc symbolique s’étire sur plus de 130 km, et traverse les départements de la Seine-Saint-Denis, de la Seine-et-Marne, de l’Oise et de l’Aisne.

Il se compose des canaux suivants :
  • Le canal Saint-Denis, 6,6km, qui serpente de Paris à Saint-Denis.
  • Le canal de l’Ourcq, 97km, qui s’écoule de Mareuil-sur-Ourcq (Oise) à Paris, et qui inclut le bassin de la Villette dans sa partie avale.
  • Le canal Saint-Martin, 4,5km, en grande partie couvert.

Canal de l'Ourcq

Approvisionner la capitale en eau potable

Le bassin de la Villette, qui se situe entre la Rotonde de Jaurès et le pont de Crimée, fait le lien entre le canal de l’Ourcq et celui de Saint-Martin.

L’élaboration du canal de l’Ourcq et du bassin de la Villette a été décidée à la fin de la Révolution, malgré quelques prémices restées sans suite en 1572. Et ce grâce à Napoléon Bonaparte qui décida de pallier au manque d’eau potable de la capitale.

Il confia le projet à Pierre Simon Girard en 1802. En 1808, les premières eaux arrivèrent au bassin de la Villette et l’inauguration eut lieu le 1er décembre de cette même année.

L’anecdote veut que, lors des travaux de creusement du bassin, les ouvriers aient découvert 2 500 médailles et pièces de monnaie. L’histoire ne dit pas ce qu’ils en firent…


Canal de l'Ourcq

La Petite Venise parisienne

Au niveau architectural, le bassin est affublé d’un plan d’eau de 700 m de long sur 70 de large prenant naissance au pied de la rotonde de la place de Stalingrad, et s’évanouissant au rond-point des canaux de l’Ourcq et Saint-Denis.

La rotonde est un pavillon construit par l’architecte Ledoux en 1784. Il servait d’abri aux gardes d’octroi de l’enceinte des fermiers généraux. L’octroi était une taxe que l’on devait payer pour faire entrer des marchandises dans Paris, et le mur d’enceinte, construit en 1785, une barrière destinée à éviter fraude et contrebande.

Sous l’Empire, les berges du bassin étaient appelées « la petite Venise parisienne ». On pouvait y apercevoir nombre de notables de l’époque se promener tranquillement le dimanche.

Plus tard, elles furent modifiées par la construction d’énormes hangars et des Magasins Généraux. L’exposition universelle de 1878 leur légua 2 autres entrepôts construits en charpente métallique.


Stockage et traitement industriel des marchandises en provenance du Nord

Grâce à cette concentration de bâtiments, La Villette s’est transformée en un demi-siècle en une cité extraordinaire, considérée comme l’entrepôt général de Paris.

Le bassin était alors un endroit important de transit fluvial. En 1880, on le reconstruisit et de nouveaux quais furent aménagés, afin de pouvoir gouverner tout ce transit. En 1885, l’élargissement et l’approfondissement du bassin (24 m sur 3,2 m) nécessitèrent la construction du pont levant de la rue de Crimée, actuellement classé monument historique.

A noter : le bassin de la Villette, les canaux de l’Ourcq et Saint-Denis transformèrent le quartier de la Villette en un port qui stockait toutes les marchandises du Nord de la France.


Quelques chiffres à retenir :

En 1838 : 10 000 bateaux transitent par le bassin de la Villette
En 1839 : 400 000 tonnes de trafic
En 1880 : 1 300 000 tonnes de trafic
En 1900 : 2 000 000 tonnes de trafic
En 1966 : 250 000 tonnes de trafic
En 1974 : 71 000 tonnes de trafic

On observe donc une baisse progressive à partir de 1900. En outre la disparition des abattoirs dans les années 70 sonnera le glas des transitaires encore présents.


Un renouveau sous le signe du loisir, activités nautiques et spectacles culturels

Actuellement, le bassin accueille les bateaux de promenade et des péniches destinées aux spectacles. Il jouit également d’une renommée incontestable grâce aux activités nautiques.

Péniche Opéra

Pour les Parisiens, vous pouvez faire du canoë-kayak et de l’aviron au Bassin Ecole, 41 quai de la Loire. Tel : 01 42 40 29 90.

- Réservé aux enfants munis d’un brevet de natation de 50 mètres à partir de 7 ans le mercredi, et aux adultes le week-end. Cours gratuits de 45 minutes.

Pour les passionnés de bateaux, plusieurs permis sont proposés au Centre DEFIM, 11 quai de la Loire - Tel : 01 42 00 31 47.

- Permis côtier, permis rivière, permis hauturier : les tarifs varient entre 180€ et 1020€.

A chacun son bassin !

M.C.B., juillet 2006
Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Henri Krasucki

Henri Krasucki s’était engagé très tôt, dès l’occupation, dans la Résistance. Il fut parmi (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre. 2017. (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les sorties : lundi 22 avril