5473 visites sur cet article

La baston tragique du mime Deburau

Baptiste pas tranquille à Belleville

JPEG - 21.8 ko

Une image du film « Les Enfants du paradis » : Baptiste Deburau (J.-L. Barrault) et Garance (Arletty) Cinémathèque française

Qui n’a pas déjà vu dix fois Les Enfants du paradis, ce joyau du cinéma français de tous les temps ? Pour composer le personnage central de l’intrigue, le mime Baptiste, le scénariste du film, Jacques Prévert, a décalqué un homme réel qui compte certainement pour l’une des plus grandes figures de son art : Jean Gaspard Deburau [1]. Si l’on veut une preuve du merveilleux génie de la transposition de Prévert, la voici : dans l’œuvre de Marcel Carné, vous vous le rappelez, Baptiste, « l’homme en blanc », joue sur la scène du théâtre des Funambules la pantomime Marchand d’habits. Il y incarne un pitoyable Pierrot désargenté qui, pour rejoindre dans un bal chic la belle après laquelle il soupire, se voit obligé de tuer un fripier afin de s’emparer de la vêture décente qui lui ouvrira les portes.
JPEG - 24.4 ko

"Les Enfants du Paradis", de Carné et Prévert. Scène du meurtre du fripier par Baptiste. Cinémathèque française

Eh bien, cette pièce, si elle se trouva effectivement inscrite à l’affiche des Funambules en 1841 [2], Jean Gaspard Deburau ne l’a jamais interprétée. Pour une raison bien simple : il se disait incapable de jouer les assassins. Ou, plutôt, cela lui rappelait un trop douloureux souvenir car, un jour, il avait tué un homme pour de bon. L’affaire s’était passée aux confins de Belleville et de Bagnolet, le lundi 18 avril 1836 (voir la fin de la note 1).  




Jean Gaspard Deburau à l’original


PNG - 190.5 ko




Quel beau matin de printemps que celui de ce 18 avril à Paris ! Cela s’annonçait vraiment un jour à chômer car, en ces temps-là, beaucoup de gens, souvent, ne travaillaient pas le lundi. Les ouvriers mais aussi, entre autres corporations, les comédiens et, justement, Jean-Gaspard Deburau avait un relâche ce jour-là.

JPEG - 73.8 ko

Avec son pan coupé remarquable sur le boulevard Jules-Ferry (109, quai de Valmy en 1836), l’Immeuble du 28, rue du Faubourg-du-Temple où habita le mime Deburau. Photo : DR.

Des fenêtres de son appartement du 109, quai de Valmy (28, rue du Faubourg-du-Temple), dans la tiédeur des rais du soleil, le mime rêve face au riant paysage des bords du canal Saint-Martin. Sur la placette qui marque le pied de la côte du faubourg du Temple, de l’autre côté de la passerelle enjambant les eaux (voir l’image incrustée ci-dessous), les arbres ont déjà leurs branches bien feuillues. Se soustrayant au bout d’un temps à sa douce contemplation, il se retourne vers sa jeune compagne, Marie Trioullier, et ses deux enfants, Rosine-Agathe et Jean-Charles : « Et si nous allions nous promener du côté des bois de Romainville », leur propose-t-il, « il paraît que, dans la haute Courtille de Belleville, les vergers sont en rose et blanc. »

JPEG - 81.7 ko

Franchissement par passerelle piétonnière et pont cavalier du canal Saint-Martin devant la maison qu’habitaient Deburau et sa famille. Cette vue date de 1848 et le paysage urbain qu’elle montre sera modifié en 1906 lors du recouvrement du canal entre les rues Rampon et du Faubourg-du-Temple. Lithographie, d’après un dessin de François Bonhommé, parue dans « L’Illustration ». BNF / Gallica



Paliers de la promenade. Voilà la famille bientôt en route. A la hauteur de la barrière d’octroi qui séparait alors Paris de la commune de Belleville [3], il lui faut se faufiler au travers d’une foule mêlée de bourgeois, d’ouvriers, de militaires, bras passés dans celui de femmes en bonnet ou chapeau, déambulant sans souci parmi les stands forains de vendeurs de petits pains, de fruits ou de harengs grillés.

JPEG - 57.1 ko

La barrière de Belleville en 1829. Dessin de Christophe Civeton. BNF / Gallica

Dans les jardins des fameuses guinguettes Denoyez et Favié, on a déjà sorti des tables et des serveuses au corsage orné d’une rose y prennent les commandes. Devant l’exubérant encombrement de la grand-rue, les Deburau empruntent des chemins détournés pour hâter leur grimpée de la colline. Parvenus, tout en haut, du côté de notre porte des Lilas, le souffle vient à leur manquer. Avant de poursuivre sur Romainville [4], les parents se reposent sous un arbre tandis que les enfants jouent sur l’herbe : en 1836, le secteur nichait encore en pleine campagne et même dans la sylve. On a déjà entamé l’après-midi.


L’orage des hommes. Qu’il fait bon vivre ! C’est alors que surgit au milieu de cette paisible scène familiale un trio de fâcheux personnages. Un patron artisan, sa femme et un apprenti ouvrier de quinze ans du nom de Nicolas-Florent Vielin.

JPEG - 50.5 ko

Aux confins de Belleville, du Pré-Saint-Gervais et de Romainville vers 1830. Lithographie de Godefroy Engelmann. BNF Estampes

Ils ont visiblement forcé sur la chopine chez les marchands de vin mais ont reconnu le célèbre mime. Ils l’interpellent de manière grossière, de plus en plus énervés par le silence que Baptiste oppose à leurs provocations. Afin d’éviter l’empoignade qui se dessine, Deburau et les siens reprennent leur marche mais en l’infléchissant vers Bagnolet.


JPEG - 456.6 ko

Chemin du bois de Romainville vers Bagnolet, autour de 1840. BNF/Gallica


Ils ont oublié le regrettable incident quand l’heure de retourner au faubourg du Temple sonne. Sur le chemin de descente, leurs pas, par malheur, les mettent de nouveau en présence des trois chercheurs de querelle, qui, dans l’entre-temps, ont accentué leur ivresse. Cette fois, ils passent carrément aux insultes. Entendant le jeune apprenti traiter son épouse de panier à ordures et même de putain, Deburau, à bout de patience, pose l’habit et agrippe l’odieux adolescent. Une furieuse mêlée s’ensuit, à trois car le patron vole au secours de son ouvrier. A un moment de la bagarre, Jean-Gaspard abat violemment sa canne à épine sur la tempe de l’apprenti. Celui-ci s’effondre, ensanglanté. Evacué peu après vers un hôpital, il y décèdera le surlendemain. Dès le lendemain de la bagarre, le mime est pour sa part arrêté et mis en prison préventive où il demeure plus d’un mois en attendant d’emprunter les voies de la justice.Les fidèles du poulailler du théâtre des Funambules s’en trouvent bouleversés et s’amassent dans la salle du tribunal d’assises où leur idole passe en jugement le 21 mai 1836. Le jury, reconnaissant la légitime défense, acquitte l’artiste à l’exultation de tous.


PNG - 515.4 ko

Deburau dans "Pierrot gourmand", 1830 ou 1831. Lithographie de Delaunay d’après un dessin d’Auguste Bouquet.Harvard Theatre Collection

Deburau contre Baptiste. Libéré, le mime reprend ses représentations aux Funambules mais demeure moralement affecté par son meurtre. Singulière coïncidence, c’est également un coup au crâne qui aurait provoqué son décès à la suite d’une mauvaise chute dans une trappe mal refermée du théâtre alors qu’il jouait Les Jolis Soldats. Du moins est-ce ce que la chronique du temps a raconté. En réalité, Deburau, qui souffrait depuis longtemps d’un asthme mal soigné, a succombé à l’aggravation soudaine de son mal. Il expire chez lui, quai de Valmy, le 17 juin 1846, à peine âgé de 50 ans.


« Ne dit-on pas tranquille comme Baptiste ? », fait dire, dans Les Enfants du paradis, le dialoguiste Prévert au personnage de Frédérick Lemaître en réponse à Garance qui vient de lui dépeindre l’homme en blanc comme « la douceur même ». Le vrai Deburau, on vient de le voir, n’était pas si paisible que cela. Des témoignages de compagnons de scène du grand artiste établissent en fait qu’il avait de fréquents accès de colère et qu’il pouvait alors se montrer brutal. Il y a quelque chose que l’odieux Vielin ne savait pas mais que Prévert, lui, avait appris, c’est que Deburau, en compagnie de son ami Théophile Gautier, suivait chez un maître des cours de boxe savate et de bâton. De ce renseignement il faut assurément rapprocher la scène du film de Carné où, dans un bouge de Ménilmontant, Baptiste, contre toute attente, administre une rapide et efficace leçon de pugilat anglais à Avril, la petite frappe de ce gominé de Lacenaire. Deux doux poètes-assassins, ces deux-là, sacré Prévert !


Portraits de J. G. Deburau, côté ville et côté scène


PNG - 124.1 ko

Portrait du citoyen vers 1840. Dessin anonyme. Coll. particulière Baboutines

JPEG - 8.9 ko

Portrait du mime en Pierrot. Gravure de 1841 d’après un dessin d’Alexandre Lacauchie. Collection particulière



Pas du tout légendaire se révèle au contraire le fait que Jean-Gaspard Deburau (1796-1846) eut plusieurs points d’attache à Belleville. Fils d’une famille de saltimbanques, il habita avec ses parents au 127, rue du Faubourg-du-Temple de 1814 à 1825. En élisant un an plus tard domicile sur la rive droite du canal Saint-Martin, il s’écartait donc très peu du foyer paternel. Son propre fils, Jean-Charles, qui deviendra à son tour un mime renommé, beaucoup photographié par Nadar, travailla comme apprenti chez un peintre décorateur sur porcelaine, un certain Weill, 22, rue Corbeau (Jacques-Louvel-Teisssier depuis 1945). Le jour des obsèques, il y a beaucoup de monde au faubourg du Temple pour saluer le dernier voyage de l’homme blanc. Son corps repose depuis lors au Père-Lachaise (caveau Deburau-Cuif, 61e division).




NOTES

[1Prévert, pour écrire son scénario, s’est certainement inspiré de trois ouvrages : Jules Janin, Deburau, histoire du théâtre à quatre sous, pour faire suite à l’Histoire du Théâtre-français (1832) ; Jean-Baptiste Ambs-Dalès, Histoire de Deburau, 3e édition augmentée de son procès devant la cour d’assises (1836), et surtout Louis Péricaud, Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition, publié en 1897. C’est ce dernier auteur qui révèle que Jean Gaspard Deburau ne se fit jamais appeler sommairement Baptiste qu’au tout début de sa carrière, en 1819. Le livre (en ligne sur BNF / Gallica, pp. 150 et suivantes) relate en détails le procès d’homicide intenté contre le mime en 1836. Notre article en donne de quelque manière le résumé ; le dialogue qui y figure du mime avec son épouse est en revanche une pure création imaginaire de notre part.

[2Théophile Gautier en rend compte dans la livraison du 1er septembre 1842 de la Revue de Paris.

[3La place est aujourd’hui marquée par la station de métro du même nom.

[4Romainville s’étendait alors jusqu’aux limites de Belleville. Détachée de son territoire, la commune des Lilas sera formée sous le Second Empire.

Partagez cet article :


Réactions
par inconnu - le : 23 juin 2010

La baston tragique du mime Deburau

Rosine et Charles ne sont pas les enfants de Marie Trioullier née en 1814 et Rosine et Charles sont nés en 1827 1829 hors mariage, Gaspard et Marie.

Mais Marie les a élevés. A la mort de Gaspard en 1846, Marie a vécu avec charles Cuif et ils ont eu une fille Valérie amie de mon arrière grand-mère et que mon grand-père a connu. Il a même été son éxécuteur testamentaire.

Je suis actuellement à la recherche des descendants Deburau (RIS et peut-être Marchand)

L’unique fille de Charles Deburau : Marie-Charlotte a épousé Emile RIS Procureur de la République à Montdidier. Ils on eu 2 enfants Jean en 1883( epouse Thérèse Bérenger) et ? Marie .épouse Marchand

Répondre à inconnu

par colibri - le : 30 juin 2010

La baston tragique du mime Deburau

Je rajoute au texte précédent que Gaspard Deburau est bien enterré au Père Lachaise.

Une concession perpétuelle a été établie le 27 juin 1846 (soit 10 jours après la mort de Gaspard) à Marie Trioullier (dernière épouse ) pour établir la sépulture de Gaspard.

Le monument actuel n’ été édifié qu’en 1903 après la mort de Marie.

Charles Cuif et sa fille Valérie sont également enterrés au même endroit.

Rosine Deburau (fille de Gaspard) épouse Diblée pourrait y être aussi enterrée.

Il semblerait que la descendance actuelle vienne de la fille de Charles (fils de Gaspard)

Cette fille prénommée Marie-Charlotte a épousé Emile RIS le 27 octobre 1882 à Montdidier dans la Somme. Emile Ris était Procureur de la République de 1ère Instance de Montdidier. Par la suite ils ont vécu à Nevers.

Répondre à colibri

par inconnu - le : 1er octobre 2011

La baston tragique du mime Deburau

J’ai noté avec intérêt vos informations.
maxime Braquet

Répondre à inconnu

par Maxime Braquet - le : 1er octobre 2011

La baston tragique du mime Deburau

cher (e) lecteur (trice)
Veuillez tout d’abord excuser le retard très important avec lequel je réagis à votre message. Médiocrement familiarisé aux ressources les plus modernes de la communication, je ne m’étais pas même aperçu de la présence de votre e-lettre sur le site La Ville des gens.
Je vous remercie beaucoup des corrections que vous apportez à mes infos. Je ne suis pas, voyez-vous, un spécialiste de Jean-Bapiste Deburau, et surtout pas son biographe. J’ai simplement trouvé plaisant de raconter, d’après des chroniques de l’âge romantique de Paris, la singulière mésaventure du mime aux confins de Belleville et de Romainville.. Dans ces condiions, je mendie votre pardon pour mes inexactitudes. Si je comprends bien, la phrase fautive de mon article ne l’ eût pas pas été si je l’avais rédigée ainsi : "Se soustrayant au bout d’un temps à sa douce contemplation, il se retourne vers ses deux enfants, Rosine-Agathe et Jean Charles, ainsi que sa femme, Marie Trioullier", personne avec laquelle l’homme en blanc vivait en 1836.
Est-ce bien ça ? Dites-moi.
A vous lire, je vous salue bien.
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par Maxime Braquet - le : 1er octobre 2011

La baston tragique du mime Deburau

Je rajoute à mon envoi précédent cette réponse.
Je suis allé voir, au temps de la rédaction de mon article, la tombe Deburau-Cuif au Père-Lachaise.Elle se situe, n’est-ce pas ? à la bordure nord-est du cimetière.
Bien à vous.
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par Trioullier - le : 4 août 2013

La baston tragique du mime Deburau

Bonjour
Marie Trioullier et Deburau se sont mariés le 14 février 1835. Je suis son arrière arrière petite nièce. Je n’ai pas de trace d’enfant avec Deburau, mais avec Charles Cuif. Marie Trioullier apparait comme Mme Deburau sur la tombe au père Lachaise.
Joelle Trioullier

Répondre à Trioullier

le : 5 août 2013 par Salvatore en réponse à Trioullier

La baston tragique du mime Deburau

Bonjour,

Merci pour votre témoignage, nous transmettons à l’auteur.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Henri Krasucki

Henri Krasucki s’était engagé très tôt, dès l’occupation, dans la Résistance. Il fut parmi (...)

Cour de la Métairie

Une proposition de Maxime BRAQUET Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre. 2017. (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire... de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les sorties : mardi 28 mai