Aller au contenu | Aller au menu

« La main rouge »

882 visites sur cet article

Clément Lépidis


Clément Lépidis est un écrivain bellevillois qu’il convient de lire pour ranimer les images du quartier. Il est encore possible de le voir et de l’entendre grâce aux inestimables archives de l’INA.

L’enfant chéri de Belleville

Clément Lépidis, c’est l’enfant chéri de Belleville ; ce grec arrivé à Paris il y a quelques 40 ans, s’est pris d’amour pour ce quartier plein de gens venus de tous les pays, qu’il a regardé vivre et où il a vécu, qu’il a photographié aussi ; encore aujourd’hui, si vous voulez voir Lépidis, le meilleur moyen, c’est encore d’aller prendre un verre à la Vielleuse, et peut-être Belleville vous sera raconté.

Lépidis a travaillé dans ce coin de Paris au milieu d’arméniens, d’arabes, de turcs, d’africains, au milieu de la misère mais aussi, des chansons dans les arrière-salles enfumées des bistrots à accordéon, il a fait tous les métiers, il a découvert la vie des chantiers et la vie des truands, il a découvert la fraternité des petits cafés où on entrait pour jouer au billard, pour boire un verre, pour causer.

Il est devenu un amoureux du "pavé gras, de la bruine, de l’odeur du métro" ; un amoureux de tout ce vieux Belleville, aujourd’hui massacré, de la Place des Fêtes, du café du Point du Jour, de cette rue Piat où on a détruit il n’y a pas si longtemps la maison du meunier, vieille de quatre siècles.

Un roman dédié à La Reine du Musette

Et c’est ce Belleville-là , "où le mélo fleurissait à chaque coin de rue comme au sein des familles", qu’il nous restitue dans son roman « La main rouge », dédié à Jane Chacun, la Reine du Musette, qui chante encore "Le Dénicheur" comme pas une !

Jane Chacun avait commencé à percer en même temps qu’Édith Piaf, à la veille de la guerre, en 1939. Piaf, démarre à L’ABC, Jane, devint vedette au célèbre Mimi Pinson, où sa robe noire (tout comme celle de Piaf) et son foulard rouge en firent la reine du musette. Quelle reine !

« La main rouge »

Le roman se déroule du côté du passage Kuszner, de la rue Rébeval, de la rue de Belleville jusqu’à la place du Jourdain, en 1927. L’histoire, c’est celle d’Electre, transposée dans le milieu des ouvriers du cuir, des bouchers, des petits truands des belles plantureuses et, à la cuisse légère : la Culbute est l’une d’entre elles.

Elle assassinera son mari, l’habile cordonnier, pour mener grande vie avec la Pendule, un marlou du quartier. Mais ses enfants, Totor et Juliette, bien plus tard vengeront leur père dans un bain de sang.

Du sang, il y en a plein dans ce roman, celui des rôtis sur l’étal du boucher, celui qui monte à la tête, celui des crimes ; et il y a aussi du vin, et les odeurs du quartier, de la boutique où ça sent bon le cuir, des bistrots et de la charcutaille.

C’est plein de vie et de larmes, plein de chair, bien sûr c’est un peu mélo, et puis on a un peu perdu l’habitude de ce Belleville-là ; mais il fait bon s’y replonger pour le temps d’une lecture, et ça redonne envie , si on l’avait perdue, de s’y balader, de parler avec les gens, d’écouter Augusto Baldi, l’accordéoniste de la Java, de payer un pot, pourquoi pas, à un inconnu et d’écouter son histoire…

Lépidis a aussi écrit « Belleville », en collaboration avec Emmanuel Jacomin, un album aux éditions Veyrier, et bien d’autres romans dont « Les émigrés du soleil » et « L’arminien », au seuil.

Quartiers Libres


Article mis en ligne en avril 2012 par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens, actualisé en septembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
par Jean-Marc - le : 17 décembre 2012

CLEMENT LEPIDIS

rectification :

LEPIDIS a aussi écrit la préface du livre BELLEVILLE, livre rédigé par Emmanuel (et non Eugène comme écrit dans l’article) JACOMIN , un album aux éditions Veyrier…

Répondre à Jean-Marc

le : 20 décembre 2012 par Salvatore en réponse à Jean-Marc

CLEMENT LEPIDIS

Bonjour,
Merci pour votre contribution, l’erreur a été corrigée.

S.Ursini
info chez des-gens.net

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros