Aller au contenu | Aller au menu

Histoire

644 visites sur cet article

Des bombes dans le métro…


JPEG - 119.5 ko


En musardant sur le terre-plein du boulevard de Belleville qui sépare le vingtième du onzième arrondissement, le chaland constate que le trottoir est percé d’aérations protégées par des grilles. L’ingénieur qui conçut de tels conduits devait avoir forcé sur le jus de raisin fermenté des hauteurs de Montmartre, quand les vignerons fournissaient en piquette les estaminets d’alentour. En effet, les ouvertures qui parsèment le parcours du métropolitain depuis l’ancienne place du Combat, aujourd’hui place du colonel Fabien, jusqu’à la station Couronnes sont de tailles différentes et ne suivent pas la partie médiane du trottoir central. On les dirait semées au hasard. C’est un peu ce qui s’est passé.

Dans la nuit du 29 au 30 juillet 1916, vers 22 heures, les pompiers chargés de la défense contre les aéronefs sonnent l’alerte. Toutes les lumières sont camouflées. Une formidable explosion secoue le quartier : 17 bombes sont lâchées par un zeppelin, ballon dirigeable allemand caché par la brume vespérale et viennent exploser sur les rues de Ménilmontant, du Télégraphe, Pelleport et sur le boulevard de Belleville. La voûte du métro de la ligne numéro 2 est éventrée et la glace du café la Vielleuse est fendue et parsemée d’éclats. Sept ans de malheur ! 26 personnes sont tuées et 32 blessés sont emportés à l’hôpital militaire Villemin. Le 31 janvier, à la première séance de la Chambre des Députés, le gouvernement est interpellé : "Que fait notre aviation ? Pourquoi entretenir au Bourget une escadrille de protection ? Comment se fait-il que l’alerte ait été donnée trop tard, samedi ?" Le président Poincaré se rend au chevet des blessés. Le conseil municipal de Paris accorde une aide de 20 000 fr. à répartir entre les familles éprouvées et offre, plutôt qu’un logement aux survivants, une concession perpétuelle au cimetière du Père-Lachaise pour la sépulture des victimes décédées. C’est plus petit et c’est moins cher.

Le 7 janvier les obsèques sont grandioses. Monseigneur Amette, archevêque de Paris, prononce l’allocution au service religieux à Notre-Dame de la Croix. Le cortège s’ébranle, mené par Madame Poincaré et les ministres Cochin et Malvy, pour suivre le boulevard de Ménilmontant et l’avenue Gambetta et gagner la mairie du 20e arrondissement voilée de noir. Le maire Karcher, le président du conseil de Paris Mithouard et le ministre Malvy s’enflamment dans des discours patriotiques. La foule immense du peuple parisien conduit, en silence, ses habitants jusqu’au cimetière. Qui se souvient seulement du nom d’une seule des 26 victimes ?

JPEG - 97.7 koUn an plus tard, en mars 1918, une attaque aérienne de soixante Gothas à croix noires jette une pluie de bombes sur Paris. La panique précipite une population affolée dans les stations de métro transformées en abris précaires. 66 personnes (7 hommes, 29 femmes, 30 enfants) périssent étouffées et piétinées dans l’escalier de la station Bolivar. La glace fendue de la Vielleuse est encore visible au fond du café refait de neuf. Les grilles couvertes d’immondices couvrent les trous ménagés par les bombes et judicieusement transformés en bouches d’aération par la C.M.P. (Compagnie du Métropolitain de Paris), le marbre de la tombe des victimes n’est plus fleuri depuis longtemps. Ingratitude des hommes et usure du temps.


Jean-François Decraene

Nous remercions M. Yves Joly pour le prêt de ses cartes postales.



Article mis en ligne en 2010 par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens. Actualisé en janvier 2014.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
par catychat - le : 21 juin 2012

Des bombes dans le métro …

bonjour
je me souviens du nom d’une des femmes morte lors de la panique du 11 mars 1918 Marie Ghislain mon arrière grand-mère décédé dans la panique en portant secours à un petit garçon qui malheureusement est mort avec elle. j’ai une grande pensée pour elle et toutes les autres victimes innocentes de ces guerres

Répondre à catychat

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros