Aller au contenu | Aller au menu

Chronique musicale

130 visites sur cet article

Joseph de Mondonville


Pastel de Quentin de La Tour, S' Quentin, Musée Lécuyer.

(Narbonne, 1711 - Belleville, 1772)

La maison de Mondonville s’élevait à la hauteur de l’actuel 208, rue de Belleville, à l’angle de la rue Pixérécourt, dans le voisinage du couvent des moines de Picpus.

Si son nom est moins célèbre que celui de ses devanciers Jean-Philippe Rameau et François Couperin, il a tenu une place de choix dans la très riche et très intense vie musicale du XVIIIème siècle français : Bodin de Boismortier, Campra, Clérambault, Daquin, Destouches, Duphly, Francoeur, Grétty, Jacquet de la Guerre, de Lalande, Leclair, Marin Marais, Monsigny, Philidor, Rebel, Robert de Visée, entre autres, lesquels ont joué un rôle majeur tant dans le domaine de la composition que celui de l’interprétation.

Instrumentiste comme nombre de ses contemporains, il connaît un vif succès de virtuose du violon qui attire sur lui l’attention des grands, dispensateurs des places et des faveurs.

Protégé de Madame de Pompadour, protectrice des artistes, il est nommé en 1744 au poste important de Surintendant de la Chapelle du Roi à Versailles. On le retrouve, de 1755 à 1762, directeur du Concert Spirituel dont le rôle est capital de par le nombre d’ouvrages importants qui y furent révélés au public. En 1752, la Querelle des Bouffons qui voit s’affronter avec une rare violence les tenants de la musique française et ceux de la musique italienne, jette Mondonville du côté du Roi, partisan de la première, les défenseurs de la seconde se rangeant du côté de la Reine.

JPEG - 81.4 ko

À l’Opéra, le Roi et la Reine se faisaient vis-à-vis de part et d’autre du théâtre, le Roi à gauche en regardant la scène, la Reine à droite. Les appellations côté du Roi et côté de la Reine ont prévalu dans le vocabulaire des machinistes jusqu’à la Révolution où elles disparurent au profit de jardin et cour, en vigueur aujourd’hui encore.

On doit à Mondonville une dizaine d’opéras dont Daphnis et alcimadure qui offre la particularité d’être mêlé de textes en langue d’Oc et d’autres empruntés au folklore provençal, souvenirs de son origine méridionale. Il a composé également des cantates profanes, des motets et des oratorios, des pièces de musique de chambre, sonates en trio, sonates et pièces pour le clavecin.


Michel Brunet

Photo (1) : Pastel de Quentin de La Tour, S’ Quentin, Musée Lécuyer.

Photo (2) : Frontispice de ses pièces de clavecin op.5 Paris vers 1748.


Article mis en ligne en décembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros