Aller au contenu | Aller au menu

88 visites sur cet article

L’école autrement


JPEG - 63.1 ko

Et si l’usage de l’ordinateur aidait à l’apprentissage de la lecture et de l’expression écrite ? De même que l’utilisation et la maîtrise du magnétoscope ?

Comment ? Mais tous les maux dont souffre l’école proviennent de l’usage immodéré de la télévision !… Tous les enseignants vous le diront, et les parents aussi, qui regrettent l’emprise de cet instrument sur leurs enfants.

Cependant, on ne peut s’opposer au progrès technique ; par contre, il est indispensable de le maîtriser.

Qui ne se souvient des blasphèmes dont furent abreuvés les pauvres enseignants qui les premiers osèrent timidement préconiser l’usage du crayon à bille pour remplacer le porte-plume et l’encrier qui seuls permettaient d’écrire convenablement avec des pleins et des déliés judicieusement placés ? Ils étaient montrés du doigt comme les fossoyeurs de la belle écriture.

En tant que grand-mère, j’ai souvent observé mes petits-enfants. Admiratrice de Françoise Dolto, j’ai toujours eu beaucoup de respect pour les enfants, leurs parents et les enseignants ; et je remarque que la société exige beaucoup d’eux sans leur apporter toute l’aide nécessaire.

L’enfant dès son plus jeune âge, se comporte comme un chercheur vis à vis de son environnement, c’est-à-dire qu’il est essentiellement actif et qu’il étudie, réfléchit, procède naturellement à un certain nombre d’expériences, qu’il prend plaisir à vérifier. C’est ainsi que j’ai été amenée à constater l’importance de l’utilisation précoce de l’ordinateur et du magnétoscope.

L’enfant apprend à lire et à écrire avec tout son corps, toute sa personnalité.

Ainsi, vous avez très souvent entendu parler à l’école maternelle et en C.P. de l’acquisition par l’enfant de son schéma corporel et d’une bonne organisation spatio-temporelle. Eh bien ceux-ci sont favorisés par l’utilisation par l’enfant du magnétoscope et de l’ordinateur. Pourquoi donc ?

D’abord parce que ces deux instruments suivent le rythme et les possibilités de chaque enfant et qu’il a envie de les utiliser. Ensuite, parce qu’ils racontent une histoire avec du texte oral et des images. Tous les parents savent qu’un des plus grands succès vidéos des tout petits, c’est "Bonne nuit les petits" ! Les histoires sont courtes, il y a un rituel sonore et imagé qui permet à l’enfant de prendre des repères dans l’histoire, donc dans le déroulement du temps. Bien sûr le personnage de l’ours n’est pas anodin dans l’intérêt que l’enfant porte à ces histoires liées à son environnement familier. Ces petites histoires sont faciles à comprendre et à retenir, mais certaines plairont plus que d’autres à l’enfant. D’ailleurs il adore qu’on lui raconte plusieurs fois les histoires qui lui plaisent ; si vous prenez le temps de lui expliquer comment fonctionnent les boutons du magnétoscope, il pourra facilement faire le tri parmi ces histoires et les réécouter quand il le désirera. Et le plaisir des émotions provoquées par l’histoire sera accompagné de celui de la maîtrise de l’utilisation du magnétoscope. Jamais cet enfant ne se contentera de l’absorption passive des images présentées à la télé.

La répétition fait partie du plaisir, donc est nécessaire à l’apprentissage.

Certains films prennent un aspect initiatique ; il en est ainsi pour "Bambi" de Walt Disney. Ce qui est intéressant et surprenant, ce sont les arrêts et retours en arrière incessants pour revoir, réécouter un passage qu’ils auront trouvé drôle (la chute de Bambi sur la mare gelée) ou qui les aura particulièrement émus par la beauté de la musique liée à l’image (la chanson de la pluie). Comme si la finalité de l’histoire ne pouvait venir qu’après la jouissance de chaque détail de celle-ci.

Et il en sera de même pour tous les films vidéos que vous lui proposerez si ceux-ci lui conviennent. Ils adoreront ainsi : les histoires du Père Castor, celles de Roald Dahl mais aussi de beaux films comme l’Ours de J.J. Annaud. Bien sûr ils ne résisteront pas à la "Force qui est avec toi", mais y ajouteront beaucoup de Tom et Jerry. Certaines de ces histoires dont ils rejoueront certaines scènes, leur permettront de prendre une certaine distance vis à vis de leurs émotions ou de leurs peurs.

Le livre, qui aura été un de leurs tout premiers contacts symboliques restera leur compagnon préféré pour s’endormir, surtout si vous prenez le temps et le plaisir de leur lire leurs histoires préférées.

Et l’ordinateur dans tout ça ? C’est un instrument qui les fascine, quelle que soit leur histoire et leur culture d’origine. Utiliser un ordinateur constitue pour eux une promotion vers le monde des grands. Et tout enfant ordinaire a naturellement le désir de grandir. Les écoles maternelles qui les utilisent, y compris en petite section, savent que l’usage de la souris développe une certaine motricité fine, qui leur sera nécessaire pour la maîtrise de l’écriture. Il existe des logiciels qui sont parfaitement adaptés aux capacités motrices des tout petits. À chaque fois c’est le même phénomène, un acte précis de l’enfant entraîne une réponse précise de l’ordinateur ; réponse qui d’abord surprend l’enfant puis qui l’amuse, et qu’il souhaite reproduire. Ici nous trouvons le même principe de répétition qui apporte du plaisir (la petite famille de Fisher Price, Petit ours brun etc… ).

Très vite l’enfant acquiert une grande dextérité et vous pourrez lui proposer des CD Rom où il devra résoudre de petites énigmes (les aventures de Marine malice, et le compagnon préféré des enfants de 4 à 7 ans : l’espiègle et dynamique Adibou). Partir à la pêche des différents objets nécessaires pour retrouver un trésor n’est pas simple du tout. Il faut conserver en mémoire les différents chemins possibles, il y en a plusieurs dizaines ; toutes ces possibilités développent l’orientation spatiale et temporelle.

À chaque fois, l’enfant est confronté à une histoire, liée à son environnement familier ou qui l’accompagne dans un monde merveilleux. Sa curiosité est aiguisée et il est fait appel à sa réflexion et à son raisonnement, il devra se montrer particulièrement actif pour découvrir l’énigme. L’histoire, donc la Lecture est le Centre de toutes ces activités. Ce qui rapproche l’enfant du livre.

L’apprentissage de la lecture en sera facilité, surtout si on respecte le mode de fonctionnement mental de chaque enfant et son rythme. La méthode devra donc s’adapter à chaque enfant, d’où l’intérêt des petits effectifs.


Josette AUBERT



Article mis en ligne en janvier 2015.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros