Aller au contenu | Aller au menu

Vie pratique

2452 visites sur cet article

La télé aux Buttes


JPEG - 42.5 ko


À deux pas du parc des Buttes-Chaumont, un des plus grands studios de télévision est installé. Depuis les tout premiers " théâtres mécaniques " construit par Léon Gaumont, les studios des Buttes-Chaumont ont connu de nombreuses transformations.

À travers les quelques étapes qui ont marqué leur histoire, nous voyons comment, de l’état expérimental, la télévision est devenue un moyen de communication de masses.


La naissance de l’industrie
cinématographique à Belleville

Le cinéma est une invention française. Tout juste un an après la découverte des frères Lumières, Léon Gaumont, alors âgé de 32 ans, fait construire, rue des Alouettes, un premier atelier cinématographique. En 1905, il y établit ce que les américains appellent déjà "studios" : un "théâtre cinématographique". Sa particularité était d’avoir l’aspect d’un grand hall de verre, avec un éclairage électrique, dont l’usage était exceptionnel.

Peu à peu, rue Carducci, rue Fessart, et rue des Alouette, la firme Gaumont s’implante. Dès 1914, le théâtre de Léon Gaumont est le plus grand du monde. C’est le dimanche 10 novembre 1935 que naît la télévision (à l’époque : radiovision). L’image grossière est transmise depuis la tour Eiffel. Après une interruption due à la guerre, le gouvernement décide de créer la RTF : radio télévision française. Nous sommes en 1949.


Le passage de l’exploitation artisanale
de la télévision à celle industrielle

Des studios Gaumont, il ne reste plus aujourd’hui qu’un bâtiment, rue des Alouettes. Le 28 février 1953, un terrible incendie a détruit en grande partie les installations de la firme. L’administration décide alors de procéder à la construction et à l’aménagement d’un ensemble de studios. Le centre des Buttes-Chaumont, repris en entier, devient une station expérimentale. Dès 1957, la télévision devient un phénomène de masse.

JPEG - 108.9 ko

Incendie des studios Gaumont le 28 février 1953.


Je fais table rase et je reconstruis tout.

En l’honneur du pionnier de la télévision, Barthélémy, s’est déroulé, le 15 avril 1956, une manifestation au centre des Buttes Chaumont. Depuis, cet ensemble porte aussi le nom de centre Barthélémy.

" Je fais table rase et je reconstruis tout ". C’est en ces termes que M. Biasini, le nouveau directeur de la télévision, définit son action en 1968. Tous les projets de grandes dramatiques sont abandonnés ou reportés. Les studios des Buttes-Chaumont, insuffisants en période normale, ne sont guère occupés.

Aujourd’hui, les studios appartiennent à la SFP (société française de production et de création audiovisuelle). Elle y a installé son siège social.


La SFP 2487 employés
dont 1600 aux Buttes-Chaumont

Créée en 1974, la SFP est un empire éclaté en six lieux. Outre les Buttes
Chaumont, la SFP possède les studios de Francoeur, ceux de Bry-sur-Marne,
le théâtre de l’Empire, le quai Kennedy et pour la vidéo mobile Issy les Moulineaux.

Pas moins de huit studios sont installés rue des Alouettes. Tous sont de tailles différentes ; le plus petit mesure 80 m2. Il permit à Jean Christophe Averty de tourner " La vengeance de l’orpheline russe " (coproduction SFP, FR3, La SEPT). Chaque studio est équipé d’une régie composée de trois parties : une pour les images, une pour le son, une autre pour la lumière.

Première structure de production en Europe, la SFP mène à la fois une action nationale et internationale. Ses missions, redéfinies par la loi Léotard de septembre 1986, sont de produire des œuvres et des documents audiovisuels. À titre facultatif, elle fournit des prestations pour le compte des sociétés nationales de programmes. C’est pourquoi, la SFP loue des studios aux différentes chaînes de télévision par contrat annuel, ou pluri-annuel. Elle met aussi à leur disposition des salles de répétition.

Mais les Buttes-Chaumont, c’est aussi le royaume des artisans. Les décors, construits dans un atelier de pré-montage, sont assemblés le plus souvent pour chaque émission. Décors et costumes sont classés par styles et par époques, puis répertoriés par informatique. Les studios des Buttes-Chaumont, ce sont des peintres, des menuisiers, des décorateurs, des costumières, des réalisateurs et des techniciens qui travaillent pour l’avenir de la télévision.


PETREAU Laurence

Cet article a été écrit à l’aide de "Paris 19ème Au delà du miroir"
édité par l’ I F O R E P.


JPEG - 82.4 ko



Article mis en ligne par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens. Actualisé en septembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros