Aller au contenu | Aller au menu

Miracle sous un pont

311 visites sur cet article

Le périphérique mis en musique


JPEG - 124 ko


Vous connaissez sans doute le quartier de la porte de Pantin, qui a fait, ces dernières années, l’objet d’un réaménagement en profondeur ; la création de la Cité de la Musique, le réaménagement de la Grand Halle de La Villette, l’arrivée du Zenith et d’autres lieux de concert ont complètement changé ce lieu devenu maintenant un véritable pôle musical à l’échelle de l’agglomération.

La seule vraie fausse note de ce secteur reste le périphérique, qui surplombe le quartier et sépare les terrains de sports de Paris du parc de La Villette. Il a de plus généré, au débouché de l’avenue Jean-Jaurès, un carrefour type échangeur autoroutier, aussi laid et nuisant que dangereux.

Le projet d’un architecte et d’un urbaniste pourrait bientôt changer cette situation. Tous deux ont imaginé de créer un studio de musique sous le pont même du périphérique. Ils ont mené différentes études, techniques et architecturales, qui montrent que ce projet est parfaitement réalisable, et qu’il pourrait même s’auto (sic) financer.

L’idée de départ était de faire d’un espace particulièrement ingrat et rebutant un événement architectural, et de créer, par delà le changement d’image et d’ambiance, un lieu réellement utile et répondant à une demande locale.


Le choix du studio de répétition, ouvert à tout public souhaitant faire de la musique, s’est naturellement imposé.

D’une part parce que, - aussi surprenant que cela puisse paraître -, ce type d’équipement fait défaut sur ce quartier pourtant si évidemment dédié à la musique. D’autre part parce que les studios de répétition, qui trouvent difficilement à s’implanter dans la ville du fait des nuisances sonores qu’ils induisent, ne risquent assurément pas à cet endroit de constituer une grosse perturbation !

Enfin dernier argument pour transformer le lieu, les piétons. Ceux-ci sont en effet très nombreux à traverser le carrefour à cet endroit, soit pour se rendre à Pantin et aux terrains de sport de la Ville de Paris de l’autre côté du périphérique, soit pour rejoindre les stations de métro et de bus coté Paris. Le projet prévoit d’améliorer très significativement la traversée du site par un auvent (une intervention plastique spécifique) et de sécuriser le passage par le réaménagement des trottoirs et un éclairage spécifique.


Du projet à la réalisation

Les études techniques, financières et juridiques réalisées par les deux initiateurs du projet, jacques Charrat, architecte, et Jacques Schombourger, urbaniste, ont permis d’approfondir les conditions de mise en œuvre et de confirmer leur faisabilité. Devra ainsi être construit, dans cet espace une dizaine de studios de répétition, qui seront librement ouverts au public, avec des tarifs de location qui devraient être très accessibles. (de l’ordre de 15 € l’heure).

L’originalité de cet espace, outre son emplacement, sera d’être construit sur mesure, et non pas aménagé tant bien que mal à partir d’un bâtiment existant comme cela est presque systématiquement le cas.

Enfin, grâce à la surface disponible (le terrain fait près de 1000m2 ; il est propriété de la Ville de Paris, qui le met sans contrepartie à disposition de la RATP laquelle y stocke du matériel de rebut) d’autres usages pourront être possibles comme par exemple un espace spécifique permettant la répétition et la mise en forme de spectacles musicaux, qui aujourd’hui fait défaut sur la capitale.

Les deux initiateurs du projet ont fait une découverte. A Paris, les meilleures idées du monde, même lorsqu’elles répondent à un besoin clairement exprimé, même lorsqu’elles ne soulèvent aucun obstacle de fond, et même lorsqu’elles sont appuyées par les élus locaux, peuvent être réduites à néant par l’inertie administrative. C’est ainsi que ce projet a buté, pendant plusieurs années, jusqu’en 2001, sur l’immobilisme de la bureaucratie parisienne.

La nouvelle donne politique entre la Mairie de Paris et celle de l’arrondissement a heureusement donné un nouvel élan au projet. Des réunions de travail régulières ont ainsi été organisées avec Joël Houzet, l’adjoint à la culture du 19e. Le projet a intégré des orientations nouvelles, prenant notamment en compte la position d’associations locales comme "A fleur de Peau", qui exploite d’autres studios rue de Crimée, et qui a manifesté son intérêt pour gérer ce site.

Le cabinet de Christophe Girard, saisi du dossier, a confirmé son intérêt pour ce projet original qui devrait pouvoir s’engager officiellement prochainement.


Jacques SCHOMBOURGER


JPEG - 155.4 ko

JPEG - 171.5 ko

JPEG - 164.1 ko

JPEG - 152.8 ko



Article mis en ligne en janvier 2015.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros