Aller au contenu | Aller au menu

Histoire

1701 visites sur cet article

Le télégraphe


La communication par voie aérienne optique remonte aux temps les plus éloignés. Cela agaça Jules César lors de la conquête des Gaules et gêna les armées républicaines des guerres de Vendée 1793 -1795. De nos jours nous utilisons encore des gestes simples signifiant par exemple : oui, non,
bonjour…

Statue de Chappe, Bd Saint Germain, détruite en 1940.C’est Claude Chappe qui concrétisa le dispositif permettant des liaisons rapides à grandes distances. Il eut quelques précurseurs tels : Guillaume d’Amentons qui effectua des essais entre Meudon et Belleville en 1694/1695 et Charles Dupuis qui fit des expériences entre Belleville et Bagneux en 1778.

Claude Chappe est né à Brûlon dans la Sarthe en 1763. Pour communiquer avec ses frères dont il était séparé pendant ses études de séminariste, il disposait des règles sur un mur clair suivant un code préétabli. Nommé abbé,pourvu de revenus confortables, il entreprit des études de physique et plus particulièrement sur l’électricité.

Les avantages financiers de sa charge d’abbé supprimés lors de la Révolution de 1789, il rentre à Brûlon.Il y étudiera divers moyens de correspondre à distance. Il tentera d’utiliser l’électricité mais les difficultés pour générer cette énergie (il utilisait l’électricité statique), ainsi que d’insurmontables problèmes d’isolation lui firent préférer la voie aérienne optique. Dès 1791 il exécutait des démonstrations devant les notables de Brûlon.

Le 22 Mars 1792 il présenta ses travaux devant l’Assemblée Législative où l’un de ses frères siégeait. Autorisé à poursuivre ses travaux, c’est encore Belleville qui fut choisie pour établir une liaison expérimentale avec Saint Martin du Tertre (95), via Ecouen, soit une distance d’environ 24 km.

Le premier modèle monté sur un mât de 5 mètres était installé dans le parc Saint Fargeau qui de nos jours serait délimité par les voies suivantes : Rue de Romainville au Nord (la rue de Belleville n’existait pas dans la partie comprise entre la rue du Télégraphe et la porte des Lilas) le boulevard Mortier à l’Est, la rue du Surmelin au Sud et l’actuelle rue du Télégraphe à l’Ouest (ancien chemin de la Fontaine).

Des Bellevillois soupçonneux, craignant que la famille royale incarcérée au Temple ne communique avec les troupes ennemies, détruisirent l’installation. Reconstruite au même endroit à proximité de l’actuel cimetière, une première liaison fut effectuée le 25 Juillet 1793. En 11 minutes 29 mots parvinrent à Saint Martin du Tertre et 26 mots de réponse en 9 minutes.

Voici le début de ce message : "DAUNOU EST ARRIVÉ ICI, IL ANNONCE QUE LA CONVENTION NATIONALE VIENT D’AUTORISER … ". Cette démonstration valut à Claude Chappe le titre d’ingénieur-télégraphe avec le traitement d’un lieutenant du génie. Perfectionnant son invention à chaque reconstruction, plusieurs modèles seront utilisés. On trouve un appareil avec bras horizontal mobile (le régulateur) muni d’un bras vertical mobile (l’indicateur).

Suivra le modèle équipé de deux indicateurs mobiles. L’appareil définitif comporte trois indicateurs mobiles,le régulateur est fixe. Présenté à la Convention sous le nom de tachygraphe (écrire rapidement) il sera rebaptisé télégraphe (écrire à distance) par Miot de Melito. À partir de Belleville une première ligne est mise en place en 1794, c’est la ligne du nord, elle comporte une quinzaine de relais.

C’est l’époque où les machines sont installées sur des tours. Cette première grande liaison acheminera une victoire le 15 août "LA GARNISON AUTRICHIENNE DU QUENOY, FORTE DE DEUX MILLE ESCLAVES A MIS BAS LES ARMES … ". Pour gagner du temps la tête de ligne de Belleville fut transférée au Louvre. Désormais la ligne du nord passe par Montmartre et une nouvelle ligne, celle de l’est créée en 1798 utilise la station de Belleville.

Claude Chappe est décédé en 1805. Utilisé jusqu’à la moitié du XIX ème siècle le télégraphe aérien fut remplacé par le télégraphe électrique, grâce aux progrès techniques. Une plaque apposée à l’entrée du cimetière de la rue du Télégraphe rappelle les faits, une autre donne l’altitude du lieu : 128,508 m. La tour du télégraphe disparut vers 1870.

Yves Joly

Photo (1) : Statue de Chappe, Bd Saint Germain, détruite en 1940.


JPEG - 185.7 ko


Article mis en ligne par Mr Antoine Seck, collaborateur à La Ville des Gens. Actualisé en décembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros