Aller au contenu | Aller au menu

Rue de Flandre

189 visites sur cet article

Musons, Musettes



Dans les six ou sept mètres carrés de la petite boutique aux quarante accordéons, on se croirait à "La boule rouge" rue de Lappe, autrefois [1].

"D’ailleurs, j’y ai joué avant la guerre" dit l’un. J’imagine la même ambiance : la même gaieté, la même chaleur, la danse manque mais le plaisir de la musique doit être identique.

Comment s’appellent-ils ? Qu’importe ! C’est en chœur que les cinq se lancent maintenant, parce qu’au hasard de l’inspiration les premières notes ont été jouées, dans le mélo du Dénicheur.

Deux accordéonistes, un chanteur tenant un pseudo-micro, puis nous deux qui sommes arrivées pour interviewer l’hôte, le réparateur et vendeur d’accordéons, pas de présentation, il suffit d’une mesure, c’est parti. Louisette est déjà un peu introduite, moi, toute nouvelle, j’ai accroché tout de suite mon wagon. On croirait entendre cinq vieux complices qui ont bourlingué ensemble dans le musette toute leur vie.

"D’l’aut’ côté d’la rue, y a un’ fille, un’ belle fille".

Les voisins ne se plaignent pas trop, il faut dire qu’une pareille fiesta ne se produit pas tous les jours, l’humeur, des rencontres imprévues font que parfois la mayonnaise monte tout de suite et puis si la femme de Claude est gentille et ne dit rien s’il rentre un peu tard dîner, l’autre sera reçu après vingt heures avec le rouleau à pâtisserie - "enfin, façon de parler"- donc récital de six à huit heures. Par ailleurs, ça se passe dans une cour, rue de Flandre, au 64, et les passants n’ont pas les oreilles titillées et curieuses.

"Tu t’ rappelles le 14 Juillet 1939 ?" et l’on enchaîne aussitôt avec La belle ouvrez-moi donc suivi de Au clair de la lune, c’était en 1934, ça, paraît-il. "Mon frère jouait à l’Intransigeant à Réaumur". "Moi, j’étais dans l’orchestre à Saint-Mandé, en 59-60".

En vingt minutes… dix-huit chansons… À ce moment là, j’avais gardé mon sang-froid pour réaliser plus tard l’interview. Mais d’interview : point. M. Costa, dans son atelier qu’on aperçoit par la porte ouverte, est occupé ; un client sans doute. La conversation dure… dure.

Les parents de M. Costa ont habité la petite Italie et construit des accordéons, c’est tout ce que je sais de lui. Il apparaît seulement de temps en temps et vient suggérer un "pianissimo" sans grand effet, c’est vrai qu’il manque de conviction.

Allez, encore une dernière, tiens : Le tueur affamé.

Je n’aurai pas mon examen de passage, en voilà une que je ne connaissais pas. Il faut dire que lui-même en cherche en vain les auteurs, après quelques consultations ultérieures, je n’ai toujours rien trouvé concernant ce tueur affamé - si quelque amateur peut fournir des renseignements… début de siècle sans doute ?

Par contre, La chanson de mon premier amour était interprétée par Jean Tranchant dans le film Ici l’on pêche… Fiançailles et Amour et printemps : c’est un peu de la même couleur. Rue de Tanger, il y avait Le tourbillon, qui a été démoli. Le petit jardin n’existe plus non plus.

Après une ou deux évocations, on enchaîne avec des succès de Mariano, Tina Rossi, Piaf la bellevilloise. La tête tourne entre Marjolaine, Maître Pierre, La petite diligence.

De la nostalgie, sans doute… : on ne fait que dans l’ancien ! Mais le plaisir de jouer des deux accordéonistes, de chanter des trois autres, c’est de l’énergie née avant guerre.

JPEG - 172.6 ko

Photo J. Herfray.


Pourquoi ai-je demandé imprudemment : "Ça fait trois ans que j’apprends à jouer de l’accordéon, dans combien de temps je vais pouvoir me lancer un peu comme ça, pas aussi bien, évidemment, mais quand même ?…"

"Oh moi, vous savez, ça fait plus de cinquante ans que je joue, alors !…"
"Alors !…". En effet, c’est raté ! J’ai plus de cinquante ans !… Seule "note" triste ! Et si ça conservait… j’aurais peut-être une petite chance de jouer avec presqu’autant d’aisance, à 100 ans !


J.H.


Article mis en ligne en décembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

[1La Boule Rouge avec le Balajo, dancing-musettes de la rue de Lappe à la Bastille où, avant la guerre (la dernière), les promeneurs du "Paris by night" venaient s’encanailler. Le Balajo existe encore (ancien bal auvergnat). Il y a toujours là, pour les amateurs, les meilleurs orchestres musettes de Paris certains jours.

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros