Aller au contenu | Aller au menu

Chronique

1365 visites sur cet article

Rue Mathis (1)


Nous commençons la publication d’une chronique sur la rue Mathis hier et aujourd’hui. Vos témoignages sont les bienvenus.

Devant le métro et des numéros 1 à 7, stationnaient des voitures "quatre-saisons". Leur marchandise, magnifiquement rangée, donnait envie de tout emporter.

Quand venait la période des fruits rouges, les marchandes en sabots, hautes en voix et en couleur, n’hésitaient pas à distribuer une poignée de cerises aux gamins que nous étions et pour notre plus grande joie. L’hiver, emmitouflées de bas, de chaussettes de grosse laine dans leurs sabots, de pèlerines sombres, de bonnets et d’écharpes, tout en tapant leurs mains revêtues de mitaines et leurs pieds gelés, elles apostrophaient les passants pour vendre leurs légumes couverts de toile de jute et de journaux.

Côté impair, il ne reste rien. Côté pair, après l’ancienne blanchisserie, du 12 au 20, ont été construits récemment des immeubles avec une école primaire intégrée ; les commerces ont changé, mais les maisons sont les mêmes, témoins d’un passé récent.
JPEG - 200.6 ko

Photo : D.A.U.V.P. - 23-37 Rue Mathis /février 1954.


À la ferme, nous allions mon frère et moi, chercher le lait le soir dans une boîte à lait en aluminium munie d’un couvercle. Tous les enfants du personnel avaient droit à un demi-litre jusqu’à 14 ans, l’âge légal de la fin de la scolarité.

En attendant d’être servis, nous allions souvent à la forge. Il y avait d’autres forges dans la rue de Flandre, beaucoup de livraisons s’effectuant avec des voitures à chevaux.

J’ai été très marquée dans ma petite enfance par les attelages de bois aux grosses roues cerclées de fer et les charretiers en tablier de cuir qui dévalaient la rue Mathis à fond de train. Ces derniers, debout, criaient pour exciter davantage les bêtes en faisant claquer leur long fouet dans l’air. Le tout faisait un bruit d’enfer et des étincelles sur les pavés.

Nous, les gosses de la rue, courions de chaque côté de la carriole, l’accompagnant jusqu’au carrefour Flandre dans des hurlements de joie. Et, plus il y avait de bruits, de jurons, de claquements de fouet et d’étincelles plus nous étions contents, plus nous acclamions le charretier. C’était un jeu entre eux et nous.

Certains garçons, plus intrépides, guettaient l’arrivée d’un char, l’agrippaient par l’arrière en courant, et, d’un coup de reins, se hissaient à l’extrémité en s’asseyant jusqu’au carrefour, où le charretier "qui avait des yeux dans le dos", ralentissait et les faisait descendre en les menaçant, pour rire, du fouet.

Nous décernions des prix à ceux qui claquaient le fouet, criaient, juraient ou excitaient les chevaux, le plus fort !

Les rares automobilistes qui s’aventuraient (qui "osaient s’aventurer") dans cette rue quand un attelage déboulait, s’exposaient aux représailles. Les charretiers ne cédaient pas un pouce de terrain pour laisser le passage !

Ils occupaient le milieu de la chaussée et ils y restaient en dévalant à grande allure. Pour éviter le choc, l’automobiliste se garait… comme il le pouvait et où il le pouvait… sous les sarcasmes des passants et les projectiles des gamins.

Le délire c’était quand il descendait du haut de la rue Mathis deux ou trois chars ! La rue en tremblait de bruits et de rires. Ils roulaient l’un derrière l’autre à toute allure, ne prévoyant qu’un espace pour freiner sur le carrefour.

Une espèce de compromis intervenait avec le bus à plate-forme (le 60) dont le trajet empruntait ces mêmes rues. D’une manière générale, le bus restait derrière l’attelage, pas trop près…


Louisette

(À suivre…)


Article mis en ligne en novembre 2013.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros