Aller au contenu | Aller au menu

52 visites sur cet article

Santé et solidarité


Le nord-est de Paris regorge d’associations diverses, ce qui montre bien le dynamisme exceptionnel de sa population. Si certaines "assosses" sont éphémères ou ne passent pas la décennie, il en est une qui a plus de quatre-vingts ans, c’est le Groupe d’Œuvres Sociales de Belleville, une association reconnue d’utilité publique créée en 1920 et médaillée d’or à l’Exposition du Centenaire de Pasteur en 1923.

JPEG - 86.8 ko

Lors de sa fondation, elle offrait différents services de base pour les mal lotis, tels des logements à bon marché pour familles nombreuses, des formations professionnelles pour la jeunesse ouvrière, des colonies de vacances, un hôpital, une maternité et un dispensaire. Qu’est devenu le groupe en 2004 ? Le terme de dispensaire a été remplacé par celui de centre de santé. Les réalisations sont sans doute plus regroupées. Alors qu’est-ce qui a changé ? Pas grand-chose. L’esprit d’origine reste le même : "donner le moyen d’apaiser les cœurs en pansant les corps" (c.a. du 30 avril1928).

Le groupe comprend actuellement une crèche de soixante-dix places, un centre de protection infantile pour les nourrissons (PMI), un institut médical psychologique (IMP) pour quarante-huit enfants déficients mentaux et un centre de santé avec, outre les généralistes et les dentistes, une vingtaine de spécialités.

"Notre premier objectif est toujours d’aider en gérant une institution sociale spécialement destinée aux plus défavorisés" explique Françoise Durrieu, directrice générale du groupe. Issue du milieu de l’économie solidaire, elle travaillait avant dans une entreprise d’insertion au travail. Appelée il y a trois ans pour redresser l’établissement, même si elle hésite à utiliser cette expression qui peut avoir une consonance péjorative pour ses prédécesseurs, cette femme humble et discrète se conforte avec ce dernier résultat : "Nous avons eu une augmentation de la clientèle de 10 % en 2003 par rapport à 2002. Le nombre moyen de clients à l’année est de 20 000. Et notre volonté est d’ouvrir de nouvelles consultations, même le soir pour les gens qui rentrent tard, et de doubler celles qui existent afin qu’il y ait toujours une présence ici en cas de besoin… et si possible que les usagers deviennent membres de l’association. Notre ligne directrice est celle du sens participatif, de garder toujours une mission sociale et d’être au service des gens du quartier. Nous pensons que plus ils pourront participer, plus ils seront intéressés. On tient à s’adresser à des personnes qui ont des difficultés d’accès aux soins. Il n’y a pas d’esprit libéral à cette payant ou avec la carte CMU. En tout, c’est une petite entreprise de cent quatre-vingt salariés, une association qui en veut, pour une bonne trentaine de médecins qui se relaient pour répondre à la demande croissante de la population."

L’institut médico-psychologique, lui, s’occupe d’enfants habitant les 17e, 18e, 19e et 20e arrondissements qui ont des soucis, des difficultés pour apprendre. Ils sont pris en charge par des éducateurs et une institutrice qui leur apprennent à jouer, à être bien. Les quarante-huit enfants répartis en huit groupes de six ont entre six et quatorze ans. L’enseignement est orienté par la Commission Départementale d’Éducation Spécialisée qui les dirigera ensuite, entre 14 et 20 ans, vers l’apprentissage d’un métier. "Ici, on leur donne leur première goutte de lait, si j’ose dire" rajoute Françoise Durrieu.


Laure POUGET

Groupe d’Œuvres Sociales de Belleville
162, rue de Belleville Paris 20e

JPEG - 71.5 ko



Article mis en ligne en décembre 2014.

Quartiers Libres, le canard de Belleville et du 19ème (1978-2006) numérisé sur le site internet La Ville des Gens depuis 2009.

Consultez les archives et les nouveaux articles jamais parus dans la version papier de Quartiers Libres numérique

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association Quartiers Libres et/ou de la Ville des Gens

Quartiers Libres - Contact et renseignements :

Michel Fabreguet et Richard Denis :quartierslibr1 chez gmail.com

La Ville des Gens - Salvatore Ursini

Rédacteur – Chargé des relations avec les publics

Téléphone 01 77 35 80 88 / Fax 01 40 36 81 57

Nous contacter

Consultez nos archives sur :
Quartiers Libres Numérique sur la Ville des Gens

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Thematiques Quartiers Libres par Thèmes
Archives des numéros