L’art et la nécessité

2724 visites sur cet article

Au Bouffon Théâtre

Richard Arselin est metteur en scène et directeur du Bouffon Théâtre, dans lequel il accueille de jeunes troupes. Un quotidien fait de passion et de bricole.

Richard Arselin est un homme très occupé. Ce matin, il l’est particulièrement : il doit intercaler entre ses propres rendez-vous ceux de sa collègue absente.

Nous le rejoignons au café la Bicyclette [1] et l’interview commence, dans une ambiance agréable avec du jazz en musique de fond, et se poursuit dans la rue, jusqu’au théâtre où un autre rendez-vous l’attend…

« Le Bouffon théâtre existe depuis à peu près 20 ans. Lorsque je suis arrivé, il y a 10 ans, il portait déjà ce nom. Je pense que c’est lié à la programmation qu’il y avait alors, essentiellement des pièces de la Commedia dell’Arte.

Le nom rappelle celui d’autres théâtres célèbres : les Bouffes du Nord (qui n’est pas très loin) et les Bouffes Parisiens. Cela a probablement aidé à faire venir le public au début. »

Un public jeune pour du théâtre d’essai

« 
Le public vient de Paris et également de banlieue, il y a surtout des jeunes de moins de 26 ans alors que dans beaucoup de théâtres, les spectateurs sont des enfants ou des gens plus âgés.

Les gens viennent parce qu’il se passe quelque chose de vivant, c’est un rapport qu’ils ne trouvent pas devant leur écran de télévision.

Ces jeunes viennent au théâtre parce qu’on leur propose des créations de jeunes auteurs et metteurs en scène.
C’est du théâtre d’essai à 100 %, c’est-à-dire que nous laissons les planches à des jeunes qui créent, qui expérimentent toutes sortes de formes théâtrales. »

« 
Pour décider de la programmation au sein du théâtre, il n’y a pas vraiment de règles. Ce sont les troupes qui ont un coup de cœur pour le Bouffon Théâtre. Ce qui compte c’est la rencontre entre les gens.

J’ai très rarement refusé à des troupes de jouer au Bouffon Théâtre. Sauf si la pièce proposée ne correspond pas au lieu ou s’il n’y a pas eu de vrai travail avant, ou encore si c’est pour faire passer des idées douteuses (incitation à la haine, etc.).

Le Bouffon Théâtre accueille aussi des troupes amateurs qui jouent leur spectacle de fin d’année. »

De quelle manière êtes-vous impliqué dans la vie de quartier ?

« Lorsque je suis arrivé il y a 10 ans, j’ai organisé des cours pour les jeunes de la cité d’à côté. Ces ateliers ont fonctionné pendant 2 ans. Je le faisais gratuitement, ça me paraissait évident, et je pensais que ça l’était pour tout le monde.

Mais aucune aide financière n’a été apportée. La mairie nous a seulement proposé de faire des photocopies gratuites… J’ai fini par arrêter. Il faut bien payer son loyer !

Ici, la culture, n’est pas une priorité. Mais si nous avions proposé de faire un terrain de basket, nous aurions eu des subventions, ça ne fait pas de doute !

Néanmoins, la présence du théâtre participe à la vie du quartier. Il y a des lectures au café La Bicyclette et quand les gens sortent d’un spectacle ils vont boire un verre, c’est important. Je participe également à l’organisation des repas de quartier. »

Bricole, survie et passion

« La Compagnie monte des spectacles et part en tournée en Italie. Pour faire vivre le théâtre, la troupe voyage. Les pièces sont jouées en français en Italie. Pour un public francophone. Il y a 200 représentations à l’étranger. Sans subvention.

Aucune aide, 0 € de la part de la francophonie. Pour bénéficier de subventions de la francophonie, il faut faire une tournée dans 5 pays ! Mais il est impossible de monter des pièces dans autant de pays sans subvention…

Seuls les théâtres qui ont les moyens de monter ces pièces bénéficient donc de subventions. »

« Je fais ce métier depuis plus de 20 ans. Ce n’est pas un métier à faire si on veut devenir riche. J’aime le côté artisanal du théâtre, la “bricole”, fabriquer des rideaux, des décors, le voyage qu’on fait avec le public.

Le théâtre n’a aucune subvention et ne tire aucun bénéfice financier. Toutes les recettes vont dans les cachets et le loyer.

Mais faire du théâtre aujourd’hui, c’est une nécessité. Le théâtre ne changera rien au monde, mais il permet la rencontre entre les gens, il y a un échange avec le public, une histoire racontée, c’est charnel, organique, on écoute une œuvre.

Le public entre dans l’univers du créateur, son imaginaire est mis à disposition. Si le théâtre existe encore, c’est que le public y trouve quelque chose. »

Propos recueillis par Leila Hafed, juin 2006

Bouffon théâtre - 26/28 rue de Meaux - 75019 Paris - Métro Colonel Fabien/Jaurès

Retrouvez le Bouffon Théâtre dans :

Splendeurs et misères des gens de théâtre

[1La Bicyclette Café est un agréable petit café proposant de nombreuses animations, notamment des concerts : 5 rue Chaumont 75019 PARIS - 01 42 02 91 70 - Métro Jaurès ou Bolivar

Partagez cet article :


Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Henri Krasucki

Henri Krasucki s’était engagé très tôt, dès l’occupation, dans la Résistance. Il fut parmi (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre. 2017. (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les sorties : lundi 22 avril