Portraits de résistantes

2036 visites sur cet article

France BLOCH

19ème arrondissement de Paris

France Bloch est née à Paris le 21 février 1913. Elle était la fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch. Ingénieur chimiste, elle met ses connaissances au service de la Résistance et en 1940, en liaison avec le colonel Dumont, elle installe un petit laboratoire avenue Debidour près de la place du Danube dans le 19ème arrondissement.

France Bloch y fabrique des explosifs pour l’action armée des « Bataillons de la Jeunesse ». Pierre Georges, le futur colonel Fabien, viendra souvent s’y « ravitailler ». Elle remet aussi en état des armements utilisés par les francs-tireurs dont beaucoup sont des jeunes communistes du 19è.

La police aux aguets parvient à localiser un certain nombre de résistants qui ont l’habitude de se rencontrer dans le petit bar-restaurant tenu par les époux Rappenau au 121 Bd. Serurier. Elle découvre aussi dans cette affaire le laboratoire clandestin tout proche. Le 25 novembre 1941, un vaste coup de filet s’abat sur eux. France Bloch échappe à ces arrestations, Constance Rappenau figure parmi les résistants arrêtés, elle mourra à Auschwitz.

Au cours de la perquisition au laboratoire, la police aurait découvert d’après le rapport des archives allemandes : « une machine infernale, 45 charges de tolite avec détonateurs et cordeaux bickford, 250 charges de dynamite, une dizaine de bombes incendiaires, 20 bouteilles d’essence, de l’acide sulfurique, du chlorate de potasse, 150 révolvers et des munitions ».

France Bloch fut arrêtée plus tard le 16 mai 1942 dans le 14è arrondissement dans d’autres circonstances. Condamné à mort, elle fut décapitée par les allemands le 12 février 1943.

-  Plaque apposée au 1, avenue Debidour - 75019 Paris


Lettre de France Bloch-Sérazin aux époux Touchet

Prison de Hambourg-Wallanlagen (Allemagne) 12 février 1943.

« Mes amis, ce soir je vais mourir ; à 9 heures, on m’exécutera. Je n’ai pas peur de quitter la vie, je ne veux seulement pas attacher ma pensée sur la douleur atroce que cela m’est de vous quitter tous, mes amis.

J’écris en même temps deux lettres, à papa et maman et à Frédo- ceci est pour vous, Monette chérie, pour toi, ma tante Maimaine, pour ma Claude, moitié de moi-même, pour mes bien aimés Marianne et Michel, pour toi, mon gérard, pour vous mes chéris…et vous tous.

J’écris deux autres lettres-arriveront-elles ?-Je pense aussi à Berthe et à tous ceux que j’ai aimés. Madame Dreyfus est la dernière amie que j’ai vue avant de quitter le sol français. Je l’embrasse.

Beaucoup de camarades vous renseigneront sur ce qu’à été notre, ma captivité. Je vous ne la raconte pas. Je n’en ai d’ailleurs pas envie. Ce que je veux, c’est vous dire au revoir. Je meurs sans peur. Encore une fois, la seule chose affreuse, c’est de se quitter. Je serai très forte jusqu’au bout, je vous le promets. Je suis fière de tous ceux qui sont déjà tombés, de tous ceux qui tombent chaque jour pour la libération.

Je vous demande à tous d’entourer maman et papa, de rester près de Frédo, de m’élever mon fils adoré. Il est à vous tous. Si Tante Maimaine continue à voir Eliane, je suis heureuse. Merci à tous, mes amis bien-aimés.

J’ai eu des amis et un amour, vous savez, et je meurs pour ma foi. Je ne faillirai pas. Vous verrez tout ce que je ne verrai pas. Voyez- le et pensez à moi sans douleur. Je suis très calme, heureuse, je n’oublie personne. S’il y en a que je n’ai pas nommés, cela ne veut pas dire que je les oublie. Je pense à vous tous, tous. Je vous aime, mes amours, mes amis, mes chéris, mon Roland.


France ».

Antoinette Touchet et son mari cachaient et élevaient Roland, le fils de France Bloch-Sérazin. Il fut ensuite confié à ses grands-parents, Jean Richard et Marguerite Bloch. France Bloch ignorait que Frédo Sérazin, son mari, résistant lui aussi, avait été arrêté et fusillé.



ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - Escalier 1 - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
Partagez cet article :

Localisation : France BLOCH

1 Avenue Debidour

- Paris - 75019.

Zoom

Réactions
par Roland Sérazin, fils de France Bloch-Sérazin - le : 31 décembre 2014

France BLOCH

Bonjour,
Je suis le fils de France Bloch-Sérazin.
J’ai eu accès par hasard à votre Site Internet et aux informations concernant ma mère.
Je connais bien René Le Prévost, grâce à qui a été posée en 2008 la Plaque bd Debidour à la mémoire de ma mère, et sa femme Josette.

Si vous souhaitez des informations plus détaillées sur ma mère, et mon père Frédo Sérazin, lui aussi Résistant, torturé et exécuté à Saint Etienne le 15 juin 1944, n’hésitez pas à me contacter.

Quelques précisions :
- en plus de la Plaque mentionnée plus haut, il existe à Paris 2 plaques à la mémoire de mon père et de ma mère, au 1 rue Monticelli (75014) où ils habitaient au début de la guerre.

- en ce qui concerne votre commentaire sur ma mère : "France Bloch ignorait que Frédo Sérazin, son mari, résistant lui aussi, avait été arrêté et fusillé", ceci est "partiellement" exact : en fait, mon père, emprisonné au Camp de Voves, s’en est évadé en Septembre 1943 ; il avait auparavant eu connaissance de l’arrestation de ma mère, mais n’a jamais su qu’elle avait été exécutée en février 1943, bien avant sa propre évasion. Ma mère savait qu’il était emprisonné à Voves (elle avait même préparé son évasion qui aurait dû avoir lieu quelques jours après sa propre arrestation, en mai 1942) ; elle n’a ^mus jamais pu avoir de contacts avec l’extérieur jusqu’à sa mort, qui est intervenue bien avant celle de son mari.
Cordialement
Roland Sérazin
tel : 04 91 40 46 01 / 06 70 92 45 28

Répondre à Roland Sérazin, fils de France Bloch-Sérazin

le : 31 décembre 2014 par Salvatore en réponse à Roland Sérazin, fils de France Bloch-Sérazin

France BLOCH

Bonjour Mr Sérazin,

Merci pour votre message que j’ai transmis à René Le Prévost et Robert Endewelt de l’ANACR.

Je pense qu’il vous écrirons rapidement car nous allons certainement modifier l’article à la lumière de vos informations.

En ce qui nous concerne nous serions bien sûr ravis d’avoir des informations sur France Bloch et sa famille même si cela doit faire l’objet d’autres articles.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

par Salvatore - le : 1er janvier 2015

France BLOCH

Bonjour Mr Sérazin,

Merci pour votre message que j’ai transmis à René Le Prévost et Robert Endewelt de l’ANACR.

Je pense qu’ils vous écriront rapidement car nous allons certainement modifier l’article à la lumière de vos informations.

En ce qui nous concerne nous serions bien sûr ravis d’avoir des informations sur France Bloch et sa famille même si cela doit faire l’objet d’autres articles.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

Répondre à Salvatore

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Belleville-Ménilmontant en images, n°35

Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien (...)

Les traverses de juin

A la fin du mois de juin, les marionnettes sortent du théâtre et investissent les (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

A la recherche du vieux Belleville et de ses (...)

Voici une vidéo tirée du projet "Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?", de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 20 juin 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : dimanche 25 juin
Vous avez entre une semaine et un an de tango, vous pratiquez plus en cours qu’en bal, où (...)
Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien d’autres – (...)
Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, l’histoire (...)
Les marionnettes de la famille Rank sont situés dans le Parc Montsouris (14ème) et des Buttes (...)
De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit plongeon (...)