Rédaction révisée au 31 mai 2017

49042 visites sur cet article

Histoire de la butte Bergeyre

Un haut lieu du 19e arrondissement

JPEG - 221.9 ko


Il y a cent ans…

…et aujourd’hui


L’article que l’on propose ici est, très peu aménagé mais complété d’un chapitre, le texte initialement sorti dans une publication « papier » de l’Association des habitants de la butte Bergeyre (http://www.habitants-bergeyre.fr).

L’auteur tient à remercier M. Gérard Chouchan, président de l’association en question, et à dire sa dette envers Jean-Nicolas Béasse, membre de la même société, pour le concours décisif qu’il a apporté à l’élucidation finale de l’origine du nom « Bergeyre », que porta tout d’abord un stade.

À ce titre précis, nos remerciements vont aussi à M. Allemandou, et au service des archives du club sportif de Saint-Ouen bien connu, le Red Star, pour sa communication de photos aussi précieuses que rares.

La plus grande partie de l’iconographie du présent écrit provient de collections du domaine public ou de la collection personnelle de l’auteur, qui a par ailleurs pris les photos récentes de la butte.



Vue aérienne de la butte Bergeyre

Index : A Parc des Buttes-Chaumont - B Rue Manin - C Avenue Simon-Bolivar - D Rue des Chaufourniers - E Rue Michel Tagrine - F Avenue Mathurin-Moreau - G Rue Georges-Lardennois - H Rue Philippe-Hecht - I Rue Rémy-de-Gourmont - J Rue Edgar-Poe - K Rue Barrelet-de-Ricou - L Escalier rue Manin / rue Barrelet-de-Ricou - M Escalier avenue Simon-Bolivar / rue Barrelet-de-Ricou - N Hôpital ophtalmologique Rothschild - O Espace vert marquant à peu près l’emplacement de l’ancien parc de loisirs des Folles Buttes - P Belvédère.



Les trois escaliers

JPEG - 157 ko
De la rue Manin à la rue Barrelet-de-Ricou.

JPEG - 147.7 ko
Rue Michel-Tagrine.

JPEG - 154.1 ko

De la rue Barrelet-de-Ricou à l’avenue Simon-Bolivar.


Une île mystérieuse

Avec le groupe des hameaux qui surmontent la place de Rhin-et-Danube, le 19e arrondissement recèle un second îlot de charme où se respire l’atmosphère d’un village de province. Il s’agit, à l’ouest des Buttes-Chaumont, de l’entrelacs des rues Georges-Lardennois, Philippe-Hecht, Edgar-Poe, Rémy-de-Gourmont et Barrelet-de-Ricou, bordé de petits pavillons et d’immeubles bas.

Les chanceux qui y résident profitent d’une qualité de paix exceptionnelle au milieu du tumulte parisien, retranché qu’est leur quartier sur le plateau d’une petite colline. Bergeyre est le nom usuel sous lequel les habitants de ce coin de Paris la désignent aujourd’hui. La découvrir, du reste, tient presque du miracle car elle se trouve en grande partie escamotée à la vue du promeneur sur l’avenue Mathurin-Moreau, au-dessous de l’hôpital Rothschild, ou encore sur la « panse » de l’avenue Simon-Bolivar en amont de son croisement avec l’avenue Mathurin-Moreau et totalement sur la rue Manin ou le segment haut de l’avenue Simon- Bolivar par un coffrage d’immeubles élevés dans les années 1928-1930. Deux escaliers abrupts percés étroitement dans cette muraille donnent accès au plateau, l’un sur le côté est qui regarde les Buttes-Chaumont et l’autre sur le versant ouest en direction du bas Belleville. Leurs marches de béton n’inspirent guère aux courageux grimpeurs qui les empruntent le sentiment d’escalader une hauteur naturelle ; ils les ressentent bien plutôt, ces rudes degrés, comme l’excroissance des bâtiments qui les enserrent.

JPEG - 100.5 ko
Au bout de la rue des Chaufourniers.

La révélation du relief géologique commence réellement à se faire à partir du 40, avenue Mathurin-Moreau, où s’amorce le lacet quasi montagnard de la rue Georges-Lardennois, seule voie d’accès à la crête de la butte – et de sortie – pour les automobiles. S’élançant à partir du même camp de base, en léger retrait de l’avenue, l’escalier Michel-Tagrine [1], un tantinet moins raide que les deux autres et adouci au surplus par une bordure verte, raccourcit pour les piétons la trajectoire de montée. Mais qu’il suive la route ou choisisse l’escalier, le visiteur accomplit une élévation de quelque 12 mètres au-dessus du niveau de la base et, au sommet, se voit récompensé de ses efforts par la soudaine découverte d’un panorama grandiose sur Montmartre avec le Sacré-Cœur au centre, d’autant plus merveilleux qu’il était insoupçonné.

C’est toutefois au bout de la rue des Chaufourniers que la nature sous-jacente saute pleinement aux yeux, lorsque cette voie bute sur une pente moins accentuée qu’ailleurs, herbeuse et arborée, où quelques petits rangs de vigne ont été plantés pour rappeler symboliquement le passé rural et agricole – déjà lointain – des lieux. Savamment entretenu dans un état à demi sauvage par les services écologiques de la Ville de Paris, ce flanc de colline est fermé aux promeneurs mais, si l’on pouvait le gravir, on aboutirait directement au belvédère tout à l’heure décrit en prenant pied dans un « jardin partagé ».

En grande partie dissimulée, la butte qui nous occupe a donc quelque chose de mystérieux et son plus petit secret ne réside pas dans l’attribution du nom de Bergeyre. Celui-ci ne possède en effet aucun statut officiel ; il ne figure ni dans la nomenclature des voies dressée par la Ville de Paris ni sur aucun des plans, même récemment édités, de la capitale. Qu’importe, l’usage s’impose d’une façon légitime.

JPEG - 63.9 ko

Vers 1905. Au 38 de la rue des Chaufourniers, la vacherie des « Pâturages des Buttes-Chaumont ».


La sensation de montagne

Sur le lacet de la rue Georges-Lardennois : le virage n° 2 et la montée vers le virage 3.

Sur le lacet de la rue Georges-Lardennois : le virage n° 2 et la montée vers le virage 3.

Sur le lacet de la rue Georges-Lardennois : le virage n° 2 et la montée vers le virage 3.


JPEG - 86.3 ko

Du fond de la rue Philippe-Hecht, plongée sur les toits de l’hôpital Rothschild.



Sur le flanc occidental

JPEG - 84.6 ko
Bosquet et vigne.

JPEG - 101 ko
Le chardonnay de « Château Bergeyre ».

JPEG - 95.1 ko

Apiculteurs de l’Association des habitants de la butte Bergeyre affairés aux ruches du jardin partagé.



Carrières et moulins

Cette hauteur résulte de l’urbanisation. Avant l’aménagement du parc des Buttes-Chaumont, entre 1863 et 1867, elle constituait simplement l’éperon occidental du massif rocheux qui, depuis le Moyen Age, avait pour appellation butte Chaumont (ou de Chaumont). Vers le nord, ce massif s’achevait par une falaise qui marquait la cassure sur la Villette du plateau de Belleville, lui-même partie extrême du vaste plateau que les géographes nomment de Romainville. Ce sont les travaux de l’ingénieur Adolphe Alphand et de l’architecte paysagiste Pierre Barillet-Deschamps qui découperont la butte en buttes Chaumont. D’une manière non moins artificielle, le percement de la rue Manin détachera l’élévation qui est pour nous aujourd’hui la butte Bergeyre des autres bosses.

Partie du plan d'Albert Jouvin de Rochefort (1672) : l'avancée occidentale de la butte Chaumont (colorisée en vert par nous) plantée de moulins ; à ses pieds, le pays de la Courtille avec, tout en bas (en bleu), le mur d'enceinte de l'hôpital Saint-Louis. Marquées d'un X, des zones de carrières et de fours à chaux. Bibliothèque nationale Gallica.

Partie du plan d’Albert Jouvin de Rochefort (1672) : l’avancée occidentale de la butte Chaumont (colorisée en vert par nous) plantée de moulins ; à ses pieds, le pays de la Courtille avec, tout en bas (en bleu), le mur d’enceinte de l’hôpital Saint-Louis. Marquées d’un X, des zones de carrières et de fours à chaux. Bibliothèque nationale Gallica.


Antérieurement à 1863, l’ensemble du site chaumontois était d’abord connu comme un vaste territoire de carrières de gypse, la pierre à plâtre. Présente sur tous les sites montueux encadrant la cuvette parisienne, l’activité d’extraction de ce matériau a commencé au XIIIe siècle à Belleville et à Ménilmontant [2] et s’y est beaucoup développée ensuite jusqu’à ce que le progrès de l’urbanisation ne vienne la contrarier devant le risque d’affaissement des sols à bâtir. Dans la partie de la butte Chaumont qui nous occupe, les galeries souterraines furent foudroyées en 1780 et toutes les veines de cavage, même à ciel ouvert, se virent remblayées. En même temps étaient fermés les fours de calcination qui, tout autour des mines, transformaient la pierre en plâtre [3]. Toutefois, ces travaux de sécurisation ne furent pas menés de façon parfaite et cela, pour la suite de l’histoire de notre colline, aura l’incidence que l’on verra.

Dessin de Claude Chastillon montrant l'hôpital Saint-Louis (dont il fut l‘un des deux architectes), tout juste construit, en 1608. A l'arrière-plan, ce qui deviendra notre butte Bergeyre couronnée de cinq moulins. Bibliothèque nationale Gallica.

Dessin de Claude Chastillon montrant l’hôpital Saint-Louis (dont il fut l‘un des deux architectes), tout juste construit, en 1608. A l’arrière-plan, ce qui deviendra notre butte Bergeyre couronnée de cinq moulins. Bibliothèque nationale Gallica.


JPEG - 206.9 ko

Gravure de 1765 d’après un dessin de 1742 de Jean-Aimar Piganiol de la Force. Recomptez après nous mais il pourrait bien y avoir sept moulins. Bibliothèque nationale Gallica.


Au moins tard à compter du XVIe siècle, les carrières partagèrent leur domination sur les terrains avec des moulins à vent. L’espace chaumontois, voué en premier lieu à l’industrie, n’était par cela même guère cultivé : quelques vignes et clos de maraîchage, de maigres prés de pâturage aussi, mais les paysans amenaient ici à moudre leurs moissons. Sur le seul éperon de l’Ouest – la butte Bergeyre, n’est-ce pas –, il y eut jusqu’à six moulins. Si les archives ne nous procurent aucune image des carrières du secteur de notre butte Bergeyre, les moulins ont un peu plus de chance. Quelques estampes des XVIIe et XVIIIe siècles les silhouettent en effet et plusieurs plans les marquent (voir nos illustrations) [4]. De ce dernier type de document, le plan, très connu, de l’ingénieur Roussel (1730) est le plus intéressant car il nomme les moulins : Grand, Tour de Chaumont, la Carosse, Vieux, Maquereau et la Folie.

JPEG - 163.9 ko

Détail d’un plan du cartographe Alain Manesson-Malet : les moulins de notre butte vers 1708. Collection Emmanuel Jacomin.


JPEG - 188.2 ko

Détail du plan de Roussel (1730). Le cartographe militaire, outre ceux de notre Bergeyre de colline, figure aussi les trois moulins qui, dressés à la périphérie de la butte de Chaumont (au centre du cliché), bordaient les rues que nous appelons aujourd’hui Clavel et Fessart. Bibliothèque historique de la Ville de Paris et BNF Cabinet des plans.


Ils faisaient face à la capitale, vent occidental oblige. Cinq de ces édifices agricoles – mais lesquels au juste ? difficile à savoir — furent démolis en 1778 (voir l’illustration plus bas) dans le cadre des mesures prises pour prévenir les accidents courant dans le sous-sol, comme il a été dit tout à l’heure. Plus aucun ne figure en tout cas dans la recension des moulins en activité établie sous responsabilité préfectorale et pour enquête parlementaire en 1801 ainsi que 1809 (Archives nationales, site Pierrefitte , F/20/294 à 296) [5].

JPEG - 71.2 ko

1778 : page une de l’ordonnance du lieutenant général de police Jean-Charles Lenoir commandant la démolition de moulins sur la butte de Chaumont. Gallica.


JPEG - 51 ko
Tableau d’Hippolyte Adam. Musée Carnavalet.

C’est une butte désormais absolument chauve, un « chauve mont », qui figure à l’horizon sur une toile peinte vers 1835 par l’artiste Hippolyte Adam et qui montre de nouveau le vieil hôpital fondé par Henri IV, vu du canal Saint-Martin.

Les carrières qui subsistaient dans les entrailles de la butte Chaumont fermeront progressivement entre 1850 et 1863. L’histoire du parc d’Alphand et Barillet commençait alors mais le détachement à l’ouest de la rue Manin végéta quant à lui dans un état presque sauvage pendant une quinzaine d’années.

Le Musée historique

Extrait du plan de Paris d'Alexandre Vuillemin (éd. Hachette, 1894). Prolongée ultérieurement jusqu'à la place du Combat (du Colonel-Fabien aujourd'hui), la rue Priestley correspondra à notre avenue Mathurin-Moreau. Colorisée par nous en rouge, l'espace de la butte Bergeyre.

Extrait du plan de Paris d’Alexandre Vuillemin (éd. Hachette, 1894). Prolongée ultérieurement jusqu’à la place du Combat (du Colonel-Fabien aujourd’hui), la rue Priestley correspondra à notre avenue Mathurin-Moreau.Colorisée par nous en rouge, l’espace de la butte Bergeyre.


Vers 1878, quelqu’un s’avisa de disputer aux vaches une partie de leur territoire. Il s’agit d’Emile Bin. De ce personnage (1825-1897), on n’a plus guère aujourd’hui d’autre mémoire que celle de l’homme politique qu’il fut : républicain social proche de Georges Clemenceau, il administra le 18e arrondissement entre 1878 et 1889, comme adjoint au maire d’abord et maire ensuite ; son implication dans l’aventure du général Boulanger lui coûta la révocation de ce poste.

JPEG - 44.8 ko

Emile Bin, un vieux familier de la Butte.

Mais, de formation professionnelle basique, M. Bin était artiste peintre et sa spécialité résidait dans la mise en tableaux d’heures glorieuses ou bien douloureuses de l’histoire de France. A ce titre, il reçut quelques commandes officielles sous le Second Empire, qui lui décerna par ailleurs la Légion d’honneur. Il possédait en troisième part un sens entrepreneurial et commercial aiguisé. Il conçut ainsi deux dioramas, ce type d’exposition de tableaux jouant avec des dispositifs lumineux dont l’illustre Louis Daguerre fut en France l’un des pionniers. C’est donc à la butte vierge de Belleville que M. Bin songea pour faire vivre son deuxième spectacle à vocation artistique et pédagogique à la fois ; comme il avait la fibre marketing bien nouée, il lui donna le titre ronflant d’historiorama du Musée historique [6].

JPEG - 139.6 ko

« Une » de couverture du catalogue du Musée historique pour le centenaire de la Révolution document visible à la BHVP, cote 928212.


JPEG - 176.3 ko

Deux pages du programme de 1889. A droite, les renseignements pratiques pour se rendre au Musée en venant de différents horizons de Paris.


Le musée rencontra apparemment un beau succès et c’est pourquoi, sans doute, le cartographe Vuillemin a porté son nom sur le document reproduit ci-dessus. Il tira profit de la célébration, en 1889, du centenaire de la Révolution française. Au panel des tableaux proposé pour la circonstance, le siège de Paris par les armées austro-russo-prussiennes victorieuses de Napoléon (1814), l’inauguration du premier chemin de fer en France, le coup d’Etat du 2 décembre 1851, la déchéance de l’Empire en septembre 1870.L’entreprise poursuivit brillamment sa carrière mais il n’est guère assuré qu’elle survécut beaucoup au décès de son concepteur. On a en revanche quelque raison de penser que Le Cinéma champêtre, dont il sera parlé plus loin, en représenta une manière de succession.



L’hôpital du baron de Rothschild

Nous ne savons pas où, avec précision, se situaient sur la butte les baraquements – il ne s’agissait que de ce mode d’installation, très probablement – de l’historiorama d’Emile Bin. C’est en revanche une implantation beaucoup plus solide et localisée qui se produisit autour de 1900. D’un tout autre genre aussi. Elle ne fut rien de moins que l’œuvre du baron Adolphe de Rothschild. Représentant de l’illustre famille des banquiers, Adolphe était un philanthrope qui se piquait d’améliorer la condition sociale de ses concitoyens (plusieurs fondations portent son nom à Paris). Dès le milieu des années 1880, il forma le projet de créer un hôpital dédié, selon ses propres mots, au « traitement des maladies des yeux et de la tête et ouvert aux spécialités techniques imposées par les progrès de la médecine ». Afin de le réaliser, il acheta vers 1899 aux nourrisseurs de larges parcelles sur la basse pente de la butte à l’angle de ce qui était alors la rue Priestley (avenue Mathurin-Moreau de nos jours) et de la rue Manin. Il y avait là quelques vieilles maisons et surtout des baraquements qui furent démolis. la mort emporta Adolphe en 1900 et c’est sa veuve, Julie Caroline, qui finit de concrétiser le dessein de l’hôpital.

JPEG - 79.3 ko
1904 : l’hôpital Rothschild en cours de construction.

Après trois ans de travaux de construction, le centre ophtalmologique moderne, bâti sur les plans de MM. Châtenay et Rouyre, ouvrit ses portes aux patients en 1905 sous la direction du médecin chef Armand-Henri Trousseau, petit-fils du grand praticien du même nom. L’établissement, de statut privé, sera reconnu d’utilité publique en 1909. De là jusqu’à nos jours, plusieurs fois agrandi et en partie rénové, il acquerra une réputation professionnelle solide excédant les limites du 19e arrondissement. Avec son architecture puissante mais non dépourvue d’élégance, il est devenu un monument pour ainsi dire régional, une place très en vue aux portes des Buttes-Chaumont.

JPEG - 35.8 ko

Vers 1907. Vue sur l’arrière de l’hôpital de la pente nord-orientale encore vierge de la butte.


Les “ Folles Buttes ”

Alors que l’hôpital atteignait sa vitesse de croisière, une nouvelle entreprise s’empara vers 1908-1909 de l’angle opposé du site, en aval, du côté de la rue Bolivar. Il s’agissait d’un parc de loisirs que son propriétaire, la Société d’exploitation d’attractions parisienne (SEAP), baptisa les Folles Buttes. D’une envergure bien moindre que celle du célèbre Luna Park ouvert à peu près en même temps, il possédait cependant des attraits comparables qui firent de lui un lieu de plaisir également très apprécié des Parisiens : on peut affirmer qu’il fut dans leur cœur le « second » » du parc de la porte Maillot.

JPEG - 166.4 ko

Cet intéressant dessin de Jules-Adolphe Chauvet, daté de 1891, montre l’angle de ce qui n’était alors que la rue Bolivar (n° 104) et de la rue Priestley (plus tard rebaptisée avenue Mathurin-Moreau). Les pentes vierges de la butte Bergeyre apparaissent à gauche. Au second plan, numérotée 53, une maison meublée (nommée Poutignat). Collection BNF Gallica.


JPEG - 56.1 ko

L’entrée principale du parc bellevillois, vers 1912. On voit la guérite de la billetterie.


JPEG - 84.7 ko

La tour féerique des Folles Buttes vue de la pelouse du stade Bergeyre (présenté plus loin dans cet article) autour de 1920.

Pas de grande roue aux Folles Buttes mais, outre des manèges et des jeux très divers, des « chalets de curiosité ». Le clou des attractions tenait cependant à une tour de conte de fées autour de laquelle s’enroulait, telle une liane, une rampe piétonne qui, à différents niveaux de sa course, livrait accès aux ressources de divertissement abritées dans l’édifice d’une silhouette vraiment fantastique. Une sorte de Dysneyland de longtemps anticipé, en somme. Couvrant une assez large superficie, le parc, qui s’élevait jusqu’à la lisière du plateau de la butte, s’étendait entre l’escalier raide de l’avenue Simon-Bolivar, situé dans l’axe du passage Lauzin, et le 40 de l’avenue Mathurin-Moreau [7]. Les visiteurs entraient dans le parc de ce dernier côté et, le portail franchi, gravissaient plusieurs volées de marches basses pour arriver sans trop s’essouffler aux chalets. Le parc des Folles Buttes prospéra si rapidement que, dès 1910, il élargit ses attractions à des séances de music-hall et de théâtre. Jusqu’à l’été 1914, les amateurs de patins à roulette profitèrent aussi sur place de skating rinks (pistes de patinage) [8]. En 1912, la SEAP annexa même une entreprise de spectacles cinématographiques de plein air, Le Cinéma champêtre, qui, deux ans auparavant, avait déplié son écran blanc et étalé ses gradins au sud-ouest, à la jonction des rues Manin et Bolivar (n° 46) [9]. Les Folles Buttes firent au surplus restaurant et bal [10]. En 1919, à l’issue de la « der des der », la SEAP, devenue Société générale d’entreprises de spectacles et d’attractions (SGESA) sous la direction de G. Frémont, déborda même sur les sports, notamment le tennis, obtenant de la Préfecture la permission de monter, sur une parcelle de terrain louée à l’angle des rue Bolivar et avenue Mathurin-Moreau, des bâtiments provisoires afin d’abriter des courts et un garage pour automobiles par ailleurs. Sept nouvelles années de faste suivirent l’issue de la guerre avant que le parc, de même que le stade dont il va être question sous peu, ne ferme ses portes.

Pour être complet, il faut encore parler d’un lopin serré entre le cinéma et le parc des Folles Buttes, à la hauteur du n° 66 actuel de l’avenue Simon-Bolivar, où la municipalité du 19e arrondissement avait ouvert à la même époque une crèche.

Le stade Bergeyre

A la différence de son pied et de ses flancs, le sommet de notre butte est resté pratiquement vierge jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale. Enfin, vierge d’habitations humaines, pas de vaches. La rareté des maisons a pour raison celle qui a déjà été dite, plus haut, à savoir le risque d’éboulement constitué par la présence souterraine d’anciennes galeries de carrière imparfaitement comblées. Sol par conséquent impropre à supporter des constructions hautes et massives, le plateau pouvait néanmoins convenir à des structures légères. aux équipements d’un stade, par exemple. C’est bien l’opportunité que saisit au début de 1914 le Sporting Club de Vaugirard (SCV), une importante société sportive du Paris de l’époque. Elle avait pour mécène, et aussi président, Gaston Sigrand, patron d’une grande chaîne de magasins de confection, qui acheta pour l’usage du SCV – mais au nom d’une société générale d’entreprises sportives – les terrains où, il y a peu encore, paissaient les chers bovins.

Sur les circonstances qui présidèrent à l’ouverture d’un stade à cet endroit et les difficultés de son installation, le secrétaire général du Sporting alors en fonction, monsieur Allemant, par ailleurs lui-même joueur de rugby, nous apporte des informations précises dans un article du journal de sports L’Auto (ancêtre de notre Equipe) paru le 15 août 1918 : « Que manquait-il aux vaillantes équipes du SCV ? Un terrain bien à elles, les terrains qu’elles possédaient à Juvisy ne pouvaient attirer la foule. C’est pour cela que MM. Lebrun, oncle du regretté Bergeyre, et François, président actif du club, ancien membre de l’équipe première [de rugby] [11], m’encouragèrent à trouver un terrain pratique. Après cinq mois d’infructueuses recherches, on entrevit la possibilité d’installer un terrain en plein Paris, aux Buttes-Chaumont, pour préciser. Mais quel travail en perspective ! Il fallut toute l’énergique volonté de nos chers mécènes pour ne pas renoncer de suite au travail fantastique qui se présentait. Chaos indescriptible de trous et de bosses : une butte de 25 000 m3 à raser. Je vois encore la stupeur de nos pauvres disparus et leur incrédulité dans le succès de l’entreprise. Nos chers morts n’auront pas la joie de fouler ce terrain qui avait cependant été beaucoup préparé pour eux. L’implacable destin a passé. Il faut cependant penser aux jeunes, à ceux qui bénéficieront de la Victoire. Les travaux, commencés en avril 1914 avec la plus grande activité, furent arrêtés le 31 juillet. […]

« Du front, mes chers présidents m’encouragèrent à poursuivre les travaux, ce que j’entrepris avec beaucoup de difficultés. Pendant ce temps, les malheurs s’accumulent : Bergeyre, Vianet, Bertrand, Puig, Schuttenbach, Lhuène, Barbier tombent au champ d’honneur, sans compter ceux moins connus du public. Le découragement et la difficulté de l’approvisionnement en matières premières nous font presque ajourner la construction. Mais la vie sportive reprend et nous oblige à ne pas laisser inactif un terrain si nécessaire à la vitalité de notre cher rugby. Après avoir surmonté tous les obstacles, c’est chose faite aujourd’hui et tout est prêt pour la saison qui vient. »

JPEG - 5.3 ko

Robert Bergeyre, le sportif dont le nom a été donné au stade.

Les travaux herculéens de la mise en place du stade ne s’achevèrent que peu de semaines avant la date d’inauguration, quatre ans après les premiers coups de pelle. Les confidences d’Allemant permettent de bien saisir la raison pour laquelle le patronyme « Bergeyre » fut choisi afin de donner au terrain d’abord désigné – de manière purement descriptive – comme stade des Buttes Chaumont un vrai nom de baptême : on entendait honorer la mémoire du « regretté » Robert Bergeyre, jeune et déjà valeureux trois-quarts du XV type du SCV. Mobilisé pour la guerre au début du mois d’août 1914, au 103e régiment d’infanterie, il périt dès le 22 de ce mois dans les furieux combats d’Ethe, sur le front belge [12]. Il avait tout juste 20 ans [voir la « brève biographie » qui lui est consacrée en fin d’article].

L’inauguration eut lieu précisément le 18 août 1918, dans le cadre d’une rencontre internationale d’athlétisme, le « Meeting des champions alliés », saisie par l’objectif des caméras des opérateurs cinématographiques de la Gaumont [13]. Selon des quotidiens nationaux tels L’Écho de Paris ou Le Petit Parisien, la manifestation fut présidée par les officiels de l’union des sociétés françaises de sports athlétiques, des représentants du gouvernement et un sénateur des États-Unis. La compétition devait en principe voir s’affronter la fine fleur des champions de l’Hexagone et de l’Outre-atlantique mais les circonstances de la guerre limitèrent les disponibilités. De bonnes performances s’accomplirent malgré tout, notamment le jet record à 45,42 m du lanceur de disque américain Jim Duncan. Parmi les athlètes tricolores, Géo André, exceptionnel compétiteur polyvalent, par ailleurs international de rugby et, comme soldat, pilote de chasse [14], remporta brillamment le 110 m haies et le concours du saut en hauteur.

JPEG - 77.4 ko

Meeting d’athlétisme pour l’inauguration du stade : le champion français Géo André au concours du saut en hauteur. A l’arrière et à gauche du sautoir, la grande tribune. Image des « Actualités Gaumont ».


Les quelques dizaines de mètres de pellicule des Actualités Gaumont – que l’on peut visionner au Forum des images (Les Halles, Paris) – ont une grande importance. Elles constituent la plus riche source d’information visuelle que nous possédons sur le stade Bergeyre. A côté d’elles, une quinzaine de photos de presse et un second reportage Gaumont, de 1921, dont nous reparlerons tout à l’heure. A quoi ressemblait ce stade ? C’était d’abord une pelouse « de 100 m de long sur 80 m de large », informe M. Allemant dans l’article déjà cité, dimensions standards pour les matchs de rugby et moyennes pour ceux de football. Les images de la Gaumont donnent à voir un “ billard ” pas tout à fait bien nivelé et mal gazonné par endroits mais, à l’époque, on se satisfaisait de telles conditions. Le quadrilatère du terrain était grosso modo orienté Nord-ouest/Sud-est, un petit côté donnant sur le fameux belvédère évoqué plus haut et son opposé reposant sur notre rue Barrelet-de-Ricou. Une rambarde continue le délimitait, sur laquelle pouvaient s’appuyer des spectateurs debout ; les coureurs de l’athlétisme tournaient autour. Le public, selon le témoignage cinématographique, trouvait place assise, à l’origine, dans une seule tribune (bien que M. Allemant en décrive deux et parle d’un plan incliné), sorte de vaste et profond préau d’école ouvert aux vents à ses deux bouts, étiré le long du côté nord du terrain de jeu, à peu près à la hauteur de notre actuelle rue Philippe-Hecht.

JPEG - 79.3 ko
Le stade en 1924. Carte postale publicitaire.

JPEG - 25.9 ko

Marquage en pointillé rouge du périmètre du stade sur un plan actuel de la butte Bergeyre.

Sur le bord opposé fut disposée ultérieurement une petite tribune découverte composée d’une douzaine de rangs de sièges en gradins. Il pouvait en fait s’agir d’une structure mobile car, sur les photographies, elle figure à différentes places. Les sources d’information parlent d’une capacité d’accueil totale allant de 15 000 à 20 000 personnes, chiffres flatteurs que, d’après les documents visuels, l’on a néanmoins un peu de mal à admettre. Pourvu au surplus de « vestiaires spacieux avec salles de douches, WC, lavabos, etc. », rapporte avec fierté M. Allemant, le stade Bergeyre représentait tel quel, autour de 1920, l’un des meilleurs équipements sportifs de la capitale et même de France [15]. L’atteste la tenue dans son enceinte de plusieurs hautes compétitions d’échelles nationale (championnat de rugby, finales de Coupe de France de football…) et internationale : une rencontre marquante y eut lieu, au mois de janvier 1923, entre manieurs de ballon ovale de deux sélections parisienne et londonienne. Mieux que cela, Bergeyre compta, lors des jeux Olympiques de Paris, en 1924, parmi les quatre lices retenues pour le déroulement des matchs qualificatifs du tournoi de football, notamment les rencontres Pologne-Hongrie et Tchécoslovaquie-Turquie [16]. Curieusement, alors que le terrain avait été envisagé surtout pour les besoins du XV de rugby, c’est le football qui en profita le plus en vérité [17]. Il faut dire ici que, à l’époque même de l’ouverture du stade, le Sporting avait fusionné avec un autre club, en plein essor, l’Olympique de Pantin, qui, lui, excellait dans le domaine du ballon rond. En résulta l’Olympique de Paris (OP) dont les performances footballistiques sont rapportées dans le texte des légendes de photos ci-après.



Les grandes heures du stade Bergeyre
JPEG - 156.1 ko

Finale du championnat de Paris de rugby en 1921, opposant l’Olympique de Paris au Sporting Club universitaire de France. Aspect de la grande tribune du stade Bergeyre. « Une » de couverture du magazine « Miroir des sports » en sa parution du 20 janvier 1921.


JPEG - 66.9 ko

Finale de la coupe de France de football en 1920, mettant aux prises le Club athlétique de Paris et Le Havre Athletic club. Le défenseur normand sauve son camp. Au second plan, la petite tribune.


JPEG - 18.2 ko

Galerie de portraits des joueurs de l’équipe de foot de l’Olympique de Paris (OP) autour de 1922. En bas et au centre, l’avant international belge Jules (Julot) Dewaquez, vedette du club. Par deux fois, en 1919 et 1921, le PO arriva en finale de la coupe de France.


On l’a vu tout à l’heure, Bergeyre accueillait aussi l’athlétisme sur sa pelouse, ainsi que d’autres sports tels les basket, tennis, hockey sur gazon, gymnastique et même escrime ou pelote basque. Il pouvait également, à l’occasion, être loué pour certaines festivités. C’est ainsi que, à la fin de mai 1921, se tint au stade bellevillois une Fête des caf’conc’ organisée au profit de la fondation Dranem de Ris-Orangis (maison de retraite des artistes lyriques). Il s’agissait d’une sorte de gala mêlant les exercices sportifs sérieux à des jeux de type Intervilles. L’illustre fantaisiste Dranem, interprète des ineffables Petits Pois, était bien sûr présent, entouré de ses plus prestigieux confrères de music-hall : Mayol, Bérard, Georgel… ou de comiques de l’écran en vogue tel Biscot.

Mai 1921, scènes de la Fête des caf'conc' : prestation des Anouge, artistes de cirque.

Mai 1921, scènes de la Fête des caf’conc’ : prestation des Anouge, artistes de cirque ; Charlot et Fatty au départ de la course des « sans gêne ».

Mai 1921, scènes de la Fête des caf'conc' : prestation des Anouge, artistes de cirque ; Charlot et Fatty au départ de la course des « sans gêne ».


D’après les images d’un autre reportage de la Gaumont, le chanteur au petit chapeau rigolo paya lui-même beaucoup de sa personne pour amuser le public nombreux en s’inscrivant dans la course « au bol d’eau ». Maurice Chevalier, quant à lui, parodia un combat avec le boxeur Eugène Criqui, un titi bellevillois qui serait champion du monde en 1923. Mistinguett présida au départ de la course des « sans gêne » où, parmi les concurrents, figuraient rien de moins que Charlot et son partenaire de tournage Fatty Arbuckle… Cela aurait pu être car Chaplin se trouvait alors en pleine période de promotion internationale de son film The Kid mais, hélas ! ce n’étaient à Bergeyre que des acteurs bien grimés.



Le lotissement Pélissier

Ce gala comme celui des « Ex » qui suivit l’année d’après procuraient à l’Olympique de Paris des rentrées d’argent appréciables car le sol de son stade, resté délicat, demandait de constants et onéreux travaux de consolidation. Au fil du temps, le club ne parvint plus à les financer. En ce sens, les JO constituèrent le chant du cygne de Bergeyre. Dès 1924, il fut question de le liquider en même temps qu’était préparé le rachat du PO par le Red Star Amical Club, basé à Saint-Ouen (il demeure actif de nos jours). Le terrain vit encore se dérouler sur sa pelouse des matchs en 1925 mais, au mois d’avril de l’année suivante, la famille de Gaston Sigrand, qui était demeurée la propriétaire effective du stade, vendit ses terrains à un lotisseur immobilier (d’après les cartons V011 452 et 1369 des archives de Paris).

JPEG - 64.6 ko

Plan du lotissement de l’espace de l’ancien stade Bergeyre par la SGPI, société que dirigeait Charles Pélissier. Le dessin date de 1926 mais le document indique l’état des ventes en 1928 : l’on voit cochés d’une croix bleue les lots alors déjà achetés.


Ce personnage, Charles Pélissier – sans rapport avec le champion cycliste du même nom –, avait financièrement les reins assez solides pour supporter le choc de très gros travaux. En homme d’affaires éclairé, il avait d’autre part flairé la bonne opportunité que pouvait représenter l’achat de l’espace du stade à une époque de crise du logement provoquée par la raréfaction des terrains à bâtir. La peine vaut de détailler un peu son action car elle est directement responsable de la configuration du paysage urbain actuel de notre butte. Cela se peut grâce à l’existence, de nouveau aux archives de Paris, du gros volume VB58 2. Les pièces contenues montrent que l’entrepreneur Pélissier ne perdit pas de temps. Avant même que les terrains eussent été libérés des installations sportives, il préparait un plan de découpage en 220 lots de 100 à 1 500 m2 et traça entre eux cinq rues – nos voies présentes – afin de les desservir.

JPEG - 15.2 ko

La célèbre meneuse de revue de music-hall Joséphine Baker « marrainant » en 1928 l’inauguration lotissement immobilier de la butte.

En août 1926, ce plan recevait l’accord préfectoral assorti d’un cahier de charges relatives à la sécurisation du sous-sol. Menant prestement les travaux prévus, le promoteur se trouva en mesure de commencer la vente des lots dès le milieu de 1927. Fin 1928, beaucoup d’entre eux avaient déjà été vendus et construites par leurs acquéreurs, 30 parcelles destinées à des pavillons individuels. Pélissier, et son associé Stern au sein de la Société générale parisienne immobilière (SGPI), garda pour son exploitation directe les terrains du bord extérieur de la rue Barrelet-de-Ricou et ceux de la partie terminale de la rue Georges-Lardennois. Sur ceux-ci, la SGPI entreprit l’édification, d’après les plans de l’architecte de renom Georges Planche, de la vingtaine d’immeubles qui, s’ouvrant sur la rue Manin (n° 1 à 17) et l’avenue Simon-Bolivar (n° 50-62), composent le fameux coffrage dépeint dans l’introduction de la brochure. Selon la parution de décembre 1929 de la revue professionnelle La Construction moderne, elle aussi archivée dans le carton VB58 2, l’avancée des chantiers requit la résolution de problèmes techniques ardus. Les travaux s’achevèrent à la fin de 1930. A cette dernière date, certes, d’assez nombreux lots demeuraient à bâtir mais les fondements de notre village Bergeyre étaient posés.

JPEG - 173.6 ko

Coupure de la page une du journal « L’Excelsior » du 18 février 1931 apportant une nouvelle preuve de la difficulté de stabiliser le sous- sol de la Butte..


JPEG - 119 ko

Travaux de construction des immeubles de la rue Manin menés en 1929-1930 pour la SGPI. « Revue La Construction moderne », n° 11.


Fort bien mais quid de l’espace des Folles Buttes ? demandera-t-on. Il ne faisait pas partie du lotissement de la SGPI et, à son propos, les informations sont très chiches. Deux dates servent de repères. En se fondant sur une annonce parue dans une feuille de presse bellevilloise, Le Funi, il est possible de certifier que le parc d’attractions était encore en activité au printemps de 1925 puisqu’un grand bal s’y tint le 15 mars. Il était en revanche à l’abandon complet autour de 1933 bien que ses installations restassent en place à l’état de fantômes dans une traîne de terrains vagues peuplés d’herbes sauvages.

L’état actuel de la recherche de documentation ne permet pas de préciser la marche de la construction sur la partie Folles Buttes de notre colline. On peut seulement avancer avec une marge raisonnable de certitude que le lotissement s’est achevé après la Seconde Guerre mondiale. Partiel, il a laissé libre le flanc de côte au-dessus de la rue des Chaufourniers. A la bordure supérieure de celui-ci, au 70 de la rue Georges-Lardennois, le bâtiment d’allure avant-gardiste que conçut le grand architecte autrichien Jean Welz pour la famille Zilvelli date de 1933. Cette maison constitue, avec l’immeuble qui lui fait face au coin de la rue Rémy-de-Gourmont, paré de lierre, le bijou de l’ensemble résidentiel de notre butte Bergeyre.

JPEG - 17.4 ko
La résidence Zilvelli.

Résidents et visiteurs de marque

D’entre les vestiges des Folles Buttes au début des années 1930, il en est un, la tour féerique, qui, dressé à mi-pente en surplomb de la rue des Chaufourniers, marqua beaucoup la mémoire d’un certain témoin. Qui est-il ? un gosse alors âgé d’une dizaine d’années que ses petits copains appelaient Cécel – car il se prénommait Marcel – et qui, adulte, deviendrait le regretté crooner « rive gauche » à la voix chaloupée Mouloudji, "Moulou" pour les proches. Un vrai poulbot du quartier des Buttes-Chaumont, enfant d’une famille ouvrière (père, kabyle, maçon) qui habitait un une-pièce miséreux du passage Puebla, aujourd’hui effacé des plans, à deux pas au nord de l’avenue Mathurin-Moreau [18].

JPEG - 30.9 ko
Mouloudji à 14 ans.

La vie dans le foyer parental n’étant pas facile, Cécel, parfois accompagné de son frère cadet, André, s’en évadait presque tous les jours pour gagner le fief des anciennes Folles Buttes devenu le terrain d’aventures des mioches du coin. Mouloudji, au sein de ses récits quasi autobiographiques [19], se rappellera, avec une émotion teintée d’un reste d’hallucination enfantine, l’époque de ses culottes courtes dans les friches encore sauvages de l’ex-butte Chaumont : « Nous arrivâmes ainsi, écrit-il dans Enrico, au bout de la ruelle, puis mon père se mit à marcher plus vite, alors maman me prit par la main et m’entraîna en courant vers les Folles Buttes. La lune éclairait les rues et des ombres majestueuses tachaient les pavés. “Nous allons nous cacher dans la maison grise”, me dit ma mère. Nous grimpâmes le grand escalier et nous arrivâmes devant la maison grise : c’était une vieille baraque inachevée, bâtie en forme de château, juste au pied de la colline des Folles Buttes. […] Dehors, des ombres fantastiques s’allongeaient. C’était la saison des pluies et les bêtes, passantes "vipéreuses", allaient et venaient avec des yeux luisants et le corps en rut. » C’est beau comme un conte d’Edgar Poe, n’est-ce pas ? En un poème intitulé « Madeleine » [20], il confessera d’autre part sa découverte de l’amour, à 11 ans, dans les bras d’une fillette de la butte : « Où volais-je le premier baiser / Est- ce en vacances, à Saint-Junien / Ou au passage des Chaufourniers / Où tombait l’or des Algériens / Je crois que ce fut à Paris / Aux Folles Buttes, dans les étoiles / Comme dans les cartes postales / Que l’amour ensemble l’on fit / Nous devînmes de chastes amants / Et nous aimâmes follement / Des Folles Buttes aux Lilas / En l’année mil neuf cent trente-trois. » [21].

JPEG - 14.7 ko

Henri Calet, le clandestin de la rue Edgar-Poe.

A une ou deux années de distance, un autre visiteur se glissait subrepticement sur la butte, cette fois du côté du nouveau village. Condamné par contumace à cinq ans de prison pour vol, il tentait d’échapper à la poursuite des policiers en se cachant dans un hôtel meublé de la rue Edgar-Poe. C’est dans une chambre pauvre que cet homme, l’écrivain Henri Calet, acheva son premier roman, La Belle Lurette, publié en 1935. Dans un récit autobiographique écrit une quinzaine d’années plus tard, Monsieur Paul, il évoquera son habitation secrète : « En 1937, y écrit-il, je logeais en garni aux Buttes-Chaumont. J’avais pour voisins un groupe de réfugiés politiques allemands qui vivaient à dix dans une chambre non point par goût mais par nécessité car ils devaient se contenter d’un subside de 5 francs par jour et par personne que leur versait le Secours rouge international. » Un petit séjour nostalgique, autour de 1948, lui inspirera, dans le même livre, ces lignes : « Je suis retourné dans cette chambre d’hôtel. C’était toujours le même entassement mais […] les visages étaient nouveaux. Ils avaient en commun des blessures et des amputations qui n’étaient pas symboliques, comme pour moi-même. » [22]


JPEG - 103.2 ko

« Le Pardon de Plougastel », toile de Maurice Lederlé.

JPEG - 20 ko

La demeure de ce peintre rue Philippe-Hecht.


Par son caractère de site retiré, le village Bergeyre se désignait naturellement au choix des personnes ayant besoin de refuge et de discrétion. Ainsi Pietro Nenni, secrétaire général du Parti socialiste d’Italie, fuyant les persécutions mussoliniennes, habita-t-il au 22 de la rue Rémy-de-Gourmont de 1931 à 1940. Au chapitre politique, signalons aussi que Pierre Naville, poète, écrivain et éminent sociologue, compagnon d’André Breton aux premiers âges du surréalisme, résida au 6 de la rue Georges-Lardennois au milieu des années 1930, lorsqu’il militait dans un groupement trotskiste. La colline eut aussi des résidents tout autant de qualité mais un peu plus tranquilles. Des artistes, notamment. Parmi eux, citons le peintre et décorateur Maurice Lederlé (1887-1988), chantre de sa Bretagne natale, qui fit construire en 1928-1929 une maison-atelier (toujours debout de nos jours) au 5, rue Philippe-Hecht. Il y vécut et travailla au moins jusqu’en 1947 et avait orné un mur de son petit hôtel particulier d’une fresque en hommage aux danses lorientaises. Contemporain, son confrère Georges Pacouil (1903-1997) habita vers 1936, au n° 6 de la même voie, en face pour ainsi dire. Son art illustrait, quant à lui, la veine néo-réaliste. Quelque dix ans plus tard, l’aquarelliste et lithographe lucien Desmedts (1919-1993) se fixa au n° 1. C’était un ami proche de Pablo Picasso.

JPEG - 94.7 ko

Georges Pacouil : 6, rue Philippe-Hecht, maison où ce peintre habita dans les années 1930.


JPEG - 61.4 ko

Portrait de Lucien Desmedts dessiné par Picasso.


JPEG - 41.5 ko
« Métro Alma », toile de période parisienne de Pierre Berjole.

Au milieu de l’artère, décidément très prisée des peintres, c’est au 18 que vint s’installer de 1929 à 1943, à peu près, Pierre Berjole (1897-1990), aquarelliste de grand talent lui aussi. Dans les décennies moins éloignées de nous, Patrick Dupond, directeur de ballet à l’Opéra Garnier, élut quelque temps domicile sur notre butte, de même que Jean-Paul Goude, metteur en scène de cérémonies spectaculaires, la célébration du double centenaire de la prise de la Bastille, par exemple. Le designer de réputation mondiale Marc Newson avait encore, en 2012, un point d’attache au village.

Il est toutefois pour le moins curieux de constater que l’île Bergeyre, en dépit de son pittoresque et de sa situation exceptionnelle au-dessus de Paris, n’a pas hanté beaucoup l’imaginaire des gens des arts et lettres, même ceux qui s’y fixèrent à demeure. Au nombre des exceptions figure le maître photographe Willy Ronis, qui, hélas ! nous a quittés en 2009. Il découvrit le site au début des années 1950 en promenant son Leica magique du côté des Buttes-Chaumont et de sa chasse aux images ressort l’une des plus brillantes photos de son œuvre, une vue de la descente d’escalier vers l’avenue Simon-Bolivar [23].

Le cinéaste Maurice Delbez, dans son film Un gosse de la butte, montre le belvédère au bout de la rue Rémy-de-Gourmont en son état de 1963. Cette apparition s’opère du reste de manière frauduleuse car l’action dramatique de la scène tournée est censée se dérouler dans un cadre de Ménilmontant ! Dix-sept ans plus tard, L’Inspecteur la bavure, de Claude Zidi, exhibe Coluche en pétanqueur fanfaron sur l’emplacement de l’actuel jardin partagé de la rue Georges-Lardennois [24].

En littérature, outre les livres de Mouloudji et de Calet tout à l’heure mentionnés, on peut nommer le roman de Denise François – une écrivaine bellevilloise pur jus – L’Auberge du Grand Balcon [25], dont la petite héroïne rebelle, Haine, fait elle aussi de l’éperon occidental de la vieille butte Chaumont son jardin de rêve réservé. L’action que narre le livre se déroule autour de 1830, c’est-à-dire bien avant l’implantation du stade Bergeyre, quand tout ce coin de Belleville affichait encore un visage franchement champêtre. Avec La Confession dans la colline, de l’académicien français Angelo Rinaldi [26], il est beaucoup question d’un Hôtel Lardennois et de la singulière communauté de personnes qui l’habite.

JPEG - 155.7 ko

Vers 1950 : au pied de l’escalier qui ne s’appelait pas encore Michel-Tagrine, l’Hôtel des Buttes. Il a pu servir de modèle au romancier Angelo Rinaldi.


Terminons ce chapitre en corrigeant légèrement l’impression de cité toute résidentielle pour sujets des classes moyennes que présente aujourd’hui la physionomie du plateau de la butte Bergeyre. Dans les décennies 1930-1960, on y voyait de-ci, de-là, des petits immeubles qu’on dira populaires. Le garni où s’abrita Henri Calet, aujourd’hui démoli et remplacé par un bâtiment de standing à l’évidence plus élevé, en fournit un exemple. Des commerces, en nombre très réduit de nos jours et concentrés dans la rue Rémy-de-Gourmont [27], ainsi que des ateliers artisanaux se répartissaient sur les cinq artères. Un débit de boissons marquait l’angle des rues Barrelet-de-Ricou et Edgar Poe et, dans cette dernière voie, un magasin proposait des articles de ménage. Au 18 de la rue Rémy-de-Gourmont, on avait le restaurant Au Village [28] ; un marchand de couleurs, comme il se disait naguère, fonctionnait au 84, rue Georges-Lardennois et, presque en face, se tenait un salon de coiffure.



Enfin « Bergeyre » vint

Pour nous, en 2012, le fait que la colline soit baptisée et qu’elle reçoive le nom de « Bergeyre » semble naturel et logique. C’est pourtant de façon relativement récente que cette désignation s’est imposée. Pendant de longues années après son détachement de la butte de Chaumont, notre hauteur ne profita d’aucune appellation particulière. Les chroniqueurs de 1900 disaient parfois, vaguement, les « vieilles buttes » [voir la photo aux pages de tête de l’article]. Cette indétermination prévalait encore à l’époque du stade et du parc d’attractions. Les contemporains de Mouloudji faisaient sans doute comme lui et nommaient « folles buttes » non point tout le site mais la partie vierge de constructions. Pour le Willy Ronis de 1950, alors peu informé de l’histoire locale, le promontoire n’est rien de plus que le « petit quartier à gauche [pour mieux dire, à l’ouest, NDR] des Buttes-Chaumont ». Le personnage qui mène le récit de Monsieur Paul ne donne, on l’a vu, aucun nom et l’anonymat perdure pour Angelo Rinaldi une trentaine d’années plus tard.

Tout donne ainsi à penser que le baptême est intervenu après 1980. Il résulta au demeurant bien plus de l’initiative des résidents que de la volonté de la Ville de Paris, qui ne songeait guère à baptiser. De fait, c’est seulement en novembre 2011 qu’elle a entériné au moins de façon officieuse l’usage public par la pose d’une plaque informative sur la grille du jardin au belvédère de la rue Georges-Lardennois. Cette plaque, expressément demandée par l’Association des habitants de la butte Bergeyre, rend en même temps hommage au rugbyman et soldat Robert Bergeyre.

JPEG - 98.6 ko

Dispositif d’honneur inauguré le 27 mars 1921 sur le site du stade Bergeyre par l’Olympique de Paris afin de rendre hommage aux licenciés du SCV et de l’Olympique de Pantin tombés aux fronts de la Première Guerre mondiale. La plaque que supporte le mât des couleurs donne à lire l’inscription "Bergeyre, R." en troisième ligne de la première colonne. Ce quasi-monument a disparu en même temps que le stade. Crédit photo : BNF Gallica.


JPEG - 48.6 ko
Texte de la plaque inaugurée par le maire du 19e arrondissement.

On peut malgré tout formuler une question : à tant faire que célébrer le passé, pourquoi avoir donné à « Bergeyre » la préférence sur « Folles Buttes » ? Une raison de prestige aura certainement prévalu, celle du souvenir du terrain sportif où se sont déroulés plusieurs matchs des jeux Olympiques de 1924. Quoi qu’il en ait été, le choix arrêté, avec ses délicates connotations pastorales, convient très bien à la mémorisation de l’ancienne vocation de terre à moutons des lieux.


Maxime Braquet


JPEG - 65.7 ko
Aujourd’hui, le jardin partagé de la rue Georges-Lardennois.

JPEG - 45.3 ko

Espace vierge pré-Bergeyre : extrait du plan cadastral « napoléonien » de Belleville en 1815.


Brève biographie, forcément brève, de Robert Bergeyre (1894-1914)
JPEG - 51.2 ko

Le XV du 103e régiment d’infanterie. Robert Bergeyre se tient debout, deuxième à partir de la gauche. Allemant est sans doute le joueur assis au centre. Archives du Red Star.


JPEG - 87.1 ko

L’équipe de rugby du SCV avant un match disputé à la Croix-de-Berny en 1913. Robert Bergeyre est au premier rang, à gauche ; à l’autre bout, coupé, on voit Allemant. Archives du Red Star.


Il est né à Fontainebleau, au 5 de la rue des Sablons. Son père, Jacques, était tailleur de vêtements, patron d’une boutique ; sa mère, Mathilde, s’occupait du foyer. Il semble que la famille ait quitté la cité bellifontaine vers 1905.

On retrouve en décembre 1911 Robert trois-quarts centre gauche (n° 12 pour les connaisseurs) sur la feuille de match d’une rencontre entre le XV du lycée Michelet et celui de son prestigieux homologue londonien du Dullwich College, que les Parisiens, soit dit en passant, conclurent victorieusement. Sur ce, ouvrons une page furtive d’histoire sur les équipements sportifs, reconnus excellents, du lycée Michelet — sis, comme on sait, à Vanves, au sud du XVe arrondissement de Paris. Ces équipements étaient administrés par une structure spécifique du lycée, créée en 1890, l’Union athlétique du lycée Michelet (UALM), laquelle, en 1897, enfanta à son tour le Sporting Club de Vaugirard (SCV), prolongement extrascolaire et autonome mais qui recueillait parmi ses licenciés des élèves en fin d’études de Michelet. Une telle mutation, cela a déjà été dit, fut beaucoup favorisée par le soutien financier, le mécénat, de la famille Sigrand. L’intérêt de ces grands entrepreneurs pour le ballon ovale remonte au moins à l’ancêtre Paul et des années 1880, leur lien privilégié avec le lycée Michelet. Petit-neveu de Paul, Gaston François-Sigrand, déjà évoqué (voire la note 8 du texte principal), fut à la fois un étudiant de Michelet, vers 1905-1910, et un joueur de l’UALM, non point dans le XV premier, apparemment, mais dans les réserves. Il a bien entendu croisé à Vanves Robert Bergeyre dont on ne peut cependant pas certifier qu’il fut son condisciple étudiant, contrairement à trois de ses partenaires de jeu principaux, les frères Maurice et François Allemant ainsi que de Shuttenbach, tous membres du pack des avants. Comme ceux-là, le trois-quarts centre Robert, encore junior mais déjà brillant espoir de l’ovalie, est naturellement passé, poste pour poste — il pouvait néanmoins évoluer à l’aile également — du XV majeur de l’UALM à celui du SCV, club omnisports où la section rugbystique, après un démarrage laborieux, avais pris sa vitesse de croisière à compter de 1908*.

Au début du mois d’août 1914, il fut incorporé, à Lille, dans le 103e régiment d’infanterie et fut tué trois semaines plus tard. Avant que le 103e ne rejoignît le front, il avait constitué un XV et Robert en était, bien entendu, aux côtés d’Allemant, son coach ainsi que son partenaire de pelouse au SCV, et peut-être aussi du demi De Schuttenbach, son ancien condisciple du lycée Michelet et qui, comme lui, périt durant la guerre.


* Tous les renseignements notés dans ce paragraphe et le suivant proviennent des archives de l’Amicale des anciens du lycée Michelet (dont le n° 2043 de la feuille de presse Journal de la jeunesse, page "Chronique de la jeunesse") et du grand club de sport de Saint-Ouen, le Red Star, dont deux des membres, MM. André Allemandou et Roger Kieffer, ont publié en 1997 le livre Cent ans de rugby au Red Star olympique audonien, en cours, croyons-nous savoir, de réédition.



Cet article existe en format brochure (rédaction avril 2014) et imprimé offset, sous couverture cartonnée ; pages agrafées à la pliure :

JPEG - 176.7 ko

Contre participation aux frais, on peut se procurer la publication auprès de l’Association des habitants de la butte Bergeyre (http://www.habitants-bergeyre.fr).

Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association la Ville des Gens : info chez des-gens.net ou de M. Braquet : bramax2013 chez hotmail.fr

Notes :

[1En 1998, la Ville apposa une plaque au sommet des marches pour honorer le résistant que fut le jeune violoniste de métier Michel Tagrine. Lors des combats de la libération de Paris, en 1944, il périt dans l’action menée pour reprendre à l’armée allemande la caserne de la place de la République. Au 5 de la rue Georges- Lardennois, un hommage similaire a été rendu au docteur Ludovic Klein, qui avait là son cabinet. En restant fidèle au sujet, signalons encore que l’homme politique de gauche et journaliste Yves Farge, chef de réseau FTP auquel Jean Moulin demanda d’organiser le maquis du Vercors, habita au 88 de la même artère.

[2Du moins est-elle attestée à partir de cette date par des documents mais l’origine réelle remonte sans doute, à Belleville comme à Montmartre, à l’époque mérovingienne sinon gallo-romaine.

[3Ces fours, particulièrement nombreux dans les secteurs de notre butte, sont à l’origine de l’appellation de la rue des Chaufourniers et du passage des Fours-à-Chaux.

[4Il s’agit très certainement de substituts des bâtiments antérieurs détruits lors des guerres de Religion et notamment lors de chacun des trois sièges de Paris par les armées des rois Henri III et Henri IV (1588-1590).

[5L’un des moulins de notre butte Bergeyre eut pour propriétaire et/ou meunier la famille Monroy (ou Mauroy), dont un membre posséda par ailleurs, à l’angle des rues Fessart et Préault, le moulin de la Chopinette ; c’est du reste pourquoi, si l’on en croit l’historien Philippe Dally (Belleville, histoire d’une localité parisienne pendant la Révolution, 1912 ; en bibliothèques municipales du 19e arr. de Paris), l’on appelait usuellement ce dernier Monroy de la Chopinette. Il est plaisant encore de signaler avec Dally que ce personnage acquit en 1832 la propriété du légendaire spectacle du Combat d’animaux ouvert au bord de notre place du Colonel-Fabien. A cette époque, vu le recul prononcé des cultures céréalières à Belleville (comme partout ailleurs dans la banlieue immédiate de la capitale), le moulin en question ne devait déjà plus moudre grand-chose et fonctionnait bien plus sûrement comme décor de guinguette. Un plan de 1880 marque encore sa présence sous le nom nouveau de moulin de la Galette ; désert de nouvelles au-delà.

[6Le chroniqueur Charles Simond enregistre sa mise en place dans La Vie parisienne au XIXe siècle. Paris de 1800 à 1900, éd. Plon, 1900, tome 3, chapitre de l’année 1880. BHVP, BNF.

[7Il faut avoir à l’esprit que ni la rue Georges-Lardennois ni l’escalier Michel-Tagrine n’existaient à l’époque. Ils seront ouverts en 1926-1928.

[8Cette information nous a été communiquée par un lecteur de l’article, M. Sam Nieswizski, lui-même auteur du livre Rollermania, éd. Gallimard, collection « Découvertes »,1991.

[9L’écran, avancent certains chroniqueurs du temps, avait une surface de 42 m2. Le cinéma offrait, par les beaux jours, s’entend, des séances de projection de deux heures trente à un public pouvant rassembler, est-il affirmé, jusqu’à 3 000 spectateurs. En l’absence de documentation, on suppose une disposition en amphithéâtre. Les premiers exploitants pourraient avoir été le couple Perret qui, selon un acte conservé aux archives de Paris (carton VB58), était en tout cas propriétaire du terrain en 1912. Sont-ce ces mêmes personnes qui prirent la succession de l’historiorama de M. Bin (voir deux chapitres plus haut) ?

[10Dans une manière de publi-reportage, le journal Le Matin du 31 août 1913 donne à lire ces lignes : « L’admirable parc verra aujourd’hui une foule plus nombreuse encore que les dimanches précédents car les distractions ne manquent pas aux Folles Buttes. Bal à grand orchestre tyrolien et restaurant à petites tables à prix modérés. »

[11Gaston François (1893-1931), neveu de Gaston Sigrand : on l’appelait d’ailleurs François-Sigrand. Très jeune, il succéda à son oncle (décédé en 1916) à la tête des magasins aussi bien qu’à la présidence du SCV.

[12Informations d’après une fiche signalétique militaire conservée au service historique de la Défense (SHD, château de Vincennes). La « mort pour la France » de Robert Bergeyre est par ailleurs consignée dans le livre Héros du sport, héros de France, de Bernard Busson(éd.d’art Athos, 1947, p. 205).

[13Ils venaient pour ainsi dire en voisins puisque la célèbre firme à la marguerite avait, à cette époque, son établissement principal tout près des Buttes-Chaumont, rues Carducci et de la Villette.

[14De nombreux stades et centres sportifs portent aujourd’hui son nom en France.

[15Paul Souchon, romancier, poète mais aussi aficionado de sports (ce n’est pas incompatible), écrira en 1923 ces vers aériens : « C’est un plateau de gazon, une île claire et tranquille / Que vient battre à l’horizon le flux de l’immense ville. » (Dans le recueil Chants du stade, éd. du Monde nouveau.)

[16Un journaliste de L’Humanité, rédigeant le 27 mai 1924 son papier de compte rendu de la victoire des Magyars sur les Polonais par 5 buts à zéro, rapporte : « Une assez nombreuse assistance s’était rendue hier soir au stade Bergeyre. Fait à première vue difficilement explicable, c’était la tribune couverte, c’est-à-dire les places les plus chères, qui étaient les mieux garnies. »

[17Juste pour la précision, soulignons que le football était avant tout, en 1918, le rugby – si curieux que cela paraisse au regard d’une discipline qui privilégie le jeu à la main – alors que notre foot s’appelait « football association », dénomination qui est d’ailleurs toujours la sienne officiellement et que rappellent les deux dernières lettres du sigle FIFA.

[18L’actuel passage des Fours-à-Chaux a repris en partie son tracé.

[19Enrico, éd. Gallimard, 1944 (réédition en 1998) ; Le Petit Invité, chez Balland, 1989 (« Livre de poche », n° 1991).

[20Dans le recueil Complaintes, éd. Seghers, 1975, où on lit aussi « Passage Puebla ».

[21Pour les n° 90-91 de la défunte revue imprimée Quartiers Libres , nous avons naguère écrit un article plus détaillé sur Mouloudji. On peut désormais le lire sur le site Web La Ville des gens, onglet « Quartiers Libres ».

[22La Belle Lurette, éd. Gallimard, 1935 (réédition en 1979) ; Monsieur Paul, même éditeur ; 1950 (réédition en 2004). Henri Calet évoque d’autres sites bellevillois dans Le Tout pour le tout (éd. Gallimard, 1948 ; réédition en collection « L’imaginaire », 1980).

[23Elle peut se voir sur la Toile mais préférer l’admirer dans le livre Belleville-Ménilmontant que Ronis a cosigné avec Pierre Mac Orlan en 1954 (éd. Arthaud). Elle y est accompagnée de deux autres vues de la butte (voir aux pages 4, 6 et 85).

[24Visionner la scène sur Internet (entrer le titre du film comme clé de recherche). Le film de Delbez fait partie des collections du Forum des images (Les Halles, Paris).

[25. Filipacchi, 1990.

[26Ed. Gallimard, 1994.

[27Il faut naturellement désigner l’épicerie associative L’Utopicerie qui est aussi le siège de l’Association des habitants de la butte Bergeyre. A ses côtés, un marchand de fleurs.

[28Ce bâtiment d’origine fut remplacé en 1931 par celui de la clinique Rémy-de-Gourmon que codirigea pendant la IIe Guerre mondiale l’éminent chirurgien et résistant Raymond Leibovici. Parmi ses collaborateurs de l’époque, sa femme, Geneviève, sa belle-sœur Isabelle Zimmer et ses amis Hector Descomps et Fritz Busse. Aujourd’hui, la clinique n’hospitalise plus personne et ses locaux sont utilisés par l’EPS Maison-Blanche.

Partagez cet article :


Réactions
par Gisèle - le : 31 janvier 2013

Butte Bergeyre Story

Où se situaient, avenue Simon Bolivar, les magasins de la Compagnie française Thomson-Houston ? Existe-il des photos de ces bâtiments qui occupaient une grande surface ? Merci.

Répondre à Gisèle

le : 3 février 2013 par Salvatore en réponse à Gisèle

Butte Bergeyre Story

Réponse de M. Braquet à Gisèle :

Chère madame
Je crains de ne pouvoir vous aider. J’ignorais l’existence de ces magasins sur l’avenue Simon-Bolivar dont, je vous l’assure, aucun ouvrage consacré à l’histoire du XIXe arrondissement (Belleville et la Villette) ne parle. Comment, puis-je vous demander, le savez-vous vous-même ? "Magasins", dites-vous aussi, mais dans quel sens : entrepôts ou boutiques commerciales (vente de produits électro-ménagers, par exemple) ? Si la deuxième hypothèse est la bonne, l’établissement ne devait pas occuper une vaste surface.

Quoi qu’il en soit, la consultation des bottins aux Archives de Paris (bd Sérurier, porte des Lilas) pourrait très certainement vous apprendre l’adresse précise que vous cherchez. Voilà mon conseil. Pour les photos, c’est une tout autre histoire et il faudrait, je pense, voir avec les archives de la Thomson-Houston.
Salutation cordiales.
Maxime Braquet

le : 9 avril 2014 par Madame LONDICHE en réponse à Gisèle

Butte Bergeyre Story

concernant la THOMSON il s’agissait bien d’une usine qui occupait le haut de la rue des Chaufourniers à partir de l’angle de ladite rue et de l’avenue Simon Bolivar
elle occupait approximativement l’emplacement des bâtiments d’habitation qui datent des années 1980/1982. ils y fabriquaient des cables électriques.
L’entrée de l’usine se situait sur l’avenue Simon Bolivar (je ne puis préciser à quel numéro) je ne possède aucune photo mais j’ai passé toute mon enfance et une partie de ma vie au 33 de la rue des Chaufourniers (mes grands parents s’y étaient installés en 1902 et nous en sommes partis en 1984).
Dans les années 1980 le jardin n’était qu’un terrain vague qui était clos au niveau de la rue des Chaufourniers par des ruines d’anciens bâtiment qui étaient soutenues par des grosses poutres pour que les murs ne tombent pas dans la rue.
Dans les années 1980 on ne parlait pas de butte Bergeyre mais simplement de la butte. Des travaux avaient été entrepris pour empêcher le terrain de glisser ils ont durée au mois 6 mois

par Dominique CHEMINANT - le : 15 juin 2013

Butte Bergeyre Story

Mais bien sur, "la THOMSON" ! En contrebas de l’actuel jardin associatif, adossée à la butte et donnant sur une impasse perpendiculaire à l’avenue Simon Bolivar, la prolongation de la Rue des CHAUFFOURNIERS . Le terme magasin prête à confusion, pour tout le quartier, c’était une usine, probablement un dépôt. Pour la surface, je dirais entre 600 et 1200 m2 avec le terrain. M. BRAQUET ne devait pas habiter le quartier dans les années 55 -65, moi si. Tout le monde connaissait la THOMSON…
Les escaliers depuis baptisés Tagrine appartenaient à la famille GILLET, propriétaire de la SALVER , en face du 33 rue Georges Lardennois . M. GILLET avait du mal à en faire l’entretien de voirie . Il consentit à les remettre à la Ville après une ou plutôt plusieurs pétitions pressantes ( et mal ressenties par lui- je le connaissais bien), d’un groupe d’habitants, entraîné par la mère d’un de mes copains d’enfance.
Une partie du sol de la butte n’est pas rocheuse comme le gypse des Buttes Chaumont , mais faite de terre glaise de rapport, ce qui explique l’instabilité du sol. Il se disait qu’elle venait du creusement du canal St Martin. Je n’ai jamais rien trouvé à ce sujet. Ce n’était pas la terre d’origine en tous cas.
Cordialement
Dominique CHEMINANT

Répondre à Dominique CHEMINANT

le : 15 juin 2013 par Salvatore en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Bonjour,

Merci pour votre contribution, nous transmettons à l’auteur de l’article.

Cordialement
S.Ursini
la Ville des Gens

le : 23 juin 2013 par BRAQUET en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Cher monsieur Cheminant
Vous le dites très exactement : "M. BRAQUET ne devait pas habiter le quartier dans les années 55 -65 […]. " Les informations que vous apportez sont précieuses et si, par hasard, vous possédez des coupures de presse, des photos, etc. sur l’usine Thomson, je pense que les visiteurs du site La Ville des gens et les lecteurs de l’article sur la butte Bergeyre y seraient intéressés. En particulier la personne à l’origine de notre boucle de communications.
Bien content de votre message.
Mes cordiales salutations.
Maxime Braquet

le : 23 juin 2013 par BRAQUET en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Cher Dominique Cheminant

Sur la Thomson
Comme vous le dites très exactement : je n’habitais pas le quartier au cours des années 1950 et 1960.
Toutes les informations que vous apportez sont précieuses et si, par hasard, vous possédiez de la documentation écrite et/ou des photos sur le dépôt de la Thomson (il devait en effet s’agir de cela plus que d’une usine), tous les visiteurs du site La Ville des gens et les lecteurs de l’article sur la butte Bergeyre seraient, je pense, heureux de pouvoir en profiter, à commencer par la personne à l’origine de la présente boucle de communication.

En ce qui concerne la Salver, c’était quoi, son activité ? L’escalier devenu Michel-Tagrine a donc été une voie privée… Les pétitions dont vous parlez, vous en avez gardé une trace ?

A propos du sol de la butte Bergeyre :
Ce que vous dites de la terre d’appoint venue du creusement du canal Saint-Martin est étonnant, pas incroyable, non, mais surprenant.

Comme vous vous en êtes sans aucun doute rendu compte, mon article est relativement imprécis quant au lotissement et à l’occupation de la partie occidentale de la butte Bergeyre après 1935.Je suis très demandeur de témoignages sur ce point.
Maxime BRAQUET

par Maxime BRAQUET - le : 24 juin 2013

Butte Bergeyre Story

Cher monsieur Cheminant
Je n’ai pas répondu, le 23 juin, à tous les points de votre courrier — et je me demande bien pourquoi ? — sur lesquels je veux venir maintenant.
Si je vous lis correctement ("en contrebas de l’actuel jardin associatif, adossée à la butte et donnant sur une impasse perpendiculaire à l’avenue Simon Bolivar, la prolongation de la Rue des CHAUFFOURNIERS"), la Thomson (avec 600-1 200 mètres carrés de surface, il devait effectivement s’agir d’un dépôt plus que d’une usine) était implantée au sommet de la rue des Chaufourniers, au pied occidental de la butte Bergeyre. A propos de cette appellation "Bergeyre", était-elle déjà usitée à l’époque où vous habitiez son quartier ou bien de quel autre nom la désignait-on alors ?

A propos de la SALVER, quelle était son activité ? La voie escalière aujourd’hui baptisée Michel-Tagrine lui appartenait donc et était de ce fait privée. Merci de l’info et si, là aussi, vous avez des photos, des documents…

Ce que vous dites de l’apport au sous-sol de la butte Bergeyre de terres résultant du creusement du canal Saint-Martin n’est pas incroyable. La chose se serait donc faite dans le premier tiers du XIXe siècle.

Au plaisir de vous lire.
Maxime BRAQUET

Répondre à Maxime BRAQUET

par Dominique CHEMINANT - le : 8 juillet 2013

Butte Bergeyre Story

Cher Monsieur BRAQUET
Je reprends un peu tard cet échange pour répondre à vos questions :
Dans les années 50-60, ce quartier était couramment désigné par " Le Stade Bergère", traduction phonétique. Le pauvre Bergeyre était donc escamoté, car rien n’était écrit. Seule référence sportive, le "Stade"…
La S.A.L.V.E.R. importait des machines à écrire d’Italie et des Etats-Unis. Elle en assurait la commercialisation et l’entretien dans ses locaux, à l’arrondi du second virage de la rue Georges Lardennois.
Les pavillons du 29-33 appartenaient au propriétaire de cette société, il aurait été tentant de les surélever, mais le sol de terre glaise était trop instable comme en témoignaient les fissures bien visibles dans les garages. J’ai récemment constaté que l’agrandissement s’était fait en sous-sol, certains garages étant transformés en rez-de-chaussée d’habitation.
Pour la pétition, je confirme, mais les témoins que j’aurais pu citer sont maintenant disparus.
Meilleurs sentiments

Répondre à Dominique CHEMINANT

le : 7 août 2013 par Salvatore en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Bonjour,

Merci pour votre contribution, nous avons transmis à l’auteur qui ne manquera pas de vous répondre.

Cordialement.
S.Ursini
info chez des-gens.net

le : 8 août 2013 par Maxime en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Cher monsieur Cheminant
Je viens de prendre connaissance de votre courrier du 8 juillet.
Merci pour vos infos.

Vous écrivez :
* "Dans les années 50-60, ce quartier était couramment désigné par " Le Stade Bergère". On ne disait donc pas "butte Bergeyre" mais "quartier du stade Bergeyre".
** "La S.A.L.V.E.R. importait des machines à écrire d’Italie et des Etats-Unis. Elle en assurait la commercialisation et l’entretien dans ses locaux, à l’arrondi du second virage de la rue Georges Lardennois." Ces locaux se trouvaient donc au-dessus de la Fondation Rothschild.

Bien à vous.
Maxime Braquet

par Dominique CHEMINANT - le : 10 juillet 2013

Butte Bergeyre Story

Sur le site : parisenconstruction.blogspot.com/lettre-c-, je crois avoir trouvé la trace du permis de construire un atelier d’un étage 40 rue des chauffourniers, déposé le 1/12/1925 par la société Thomson 80 rue Bolivar.

Répondre à Dominique CHEMINANT

le : 7 août 2013 par Salvatore en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Bonjour,

Merci pour votre contribution, nous transmettons à l’auteur.

Cordialement.
S.Ursini
info chez des-gens.net

le : 8 août 2013 par Maxime en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Merci, monsieur Cheminant.
Maxime

le : 8 août 2013 par Maxime en réponse à Dominique CHEMINANT

Butte Bergeyre Story

Encore un point, monsieur Cheminant
Dans l’un de vos courriers précédents, vous évoquez la famille Gillet prropriétaire de la Salver. Savez-vous s’il y a un lien avec André Gillet, directeur de société de cinéma qui, autour de 1936, habitait au 9 de la rue Georges-Lardennois ?

Maxime

par Sam Nieswizski - le : 14 mars 2014

Butte Bergeyre Story

Pour contribuer pour une infime part à vos recherches (fort intéressantes), voici un détail :
Il y eut à Paris une grande vogue du patinage à roulettes dans des "skating-rinks" entre 1910 et 1914.
Participant à cette vogue, les Folles-Buttes accueillirent entre 1912 et 1914 les patineurs pour y pratiquer du "skating mouvant" (je ne sais pas ce que signifie cette expression).
Sources :
— Bottin mondain, 1913 : Rubrique Parcs d’amusement. Folles Buttes.
—  Bottin mondain, 1914 : Rubrique Parcs d’amusement. Folles Buttes. Montagne magique. R. Bolivar, Priestley, Manin (Buttes-Chaumont). Le plus vaste parc d’amusement du monde. Skating mouvant. Patinage.
— Magazine : Patinage à roulettes (Boulogne-Billancourt), organe de la F.F.R.S., avril 1976, p. 11 :
[…] les nombreux adhérents des clubs précités […] évoluaient sur une dizaine de rinks fonctionnant ensemble dans la capitale, les principaux étant le Vel’ d’Hiv’ […] , les patinoires de la rue de La Boëtie, d’Amsterdam, de l’Élysée Montmartre, des Folles Buttes et autres […] jusqu’en 1914.

Sam Nieswizski. Auteur de Rollermania, Gallimard, collection Découvertes, 1991

Répondre à Sam Nieswizski

le : 15 mars 2014 par Salvatore en réponse à Sam Nieswizski

Butte Bergeyre Story

Bonjour,

Merci pour votre contribution, je transmets à l’auteur de l’article.

Cordialement
S.Ursini
info chez des-gens.net

le : 16 mars 2014 par Maxime Braquet en réponse à Sam Nieswizski

Butte Bergeyre Story

Cher monsieur Nieswizski
Dans la liste des sources d’information que j’utilise pour rédiger mes articles figure habituellement le "Bottin industriel et commercial" autrefois imprimé par Didot. Mais là, en ce qui concerne le "skate rink" des Folles Buttes, je me suis troué ! Grand merci, donc, de combler l’oubli. Si vous aviez des photos d’illustration de la piste bergeyrienne que vous voudriez bien nous communiquer, nous les incorporerions sans hésiter.
Sachez que va très prochainement paraître une brochure papier par moi composée sur l’histoire de la butte Bergeyre. Elle sera disponible (contre 5 euros) auprès de l’Association des amis de la butte Bergeyre via son Website. Il est malheureusement trop tard à cette heure pour que j’y insère la "new" sur l’anneau de patinage.
J’ai bien le plaisir de vous serrer la main.
Maxime Braquet

par claudie Lecerf - le : 1er août 2014

Butte Bergeyre Story

Ah souvenirs , souvenirs…je recherche des photos des bains-douches Mathurin-Moreau….j’ai 72 ans ….j’y étais…. toute petite ….mes souvenirs sont à la fois vagues et précis ….avez-vous des infos à me communiquer …Merci !….Mouloudji allait dans ces bains-douches …..

Répondre à claudie Lecerf

le : 25 novembre 2016 par Michel Ponte en réponse à claudie Lecerf

Butte Bergeyre Story

Bonjour,
Pour moi aussi les souvenirs sont aussi vagues que vivaces. J’ai 69 ans et je me souviens de ces lieus. Je dois me rendre à l’Utopicerie le 9 décembre. J’y apporterai des photos et pas mal de souvenirs.
Ma mère m’a souvent parlé de Mouloudji que mon frère a dû connaître.
J’espère vous y retrouver.
Bien cordialement.
Michel Ponte

par Salvatore - le : 2 août 2014

Butte Bergeyre Story

Bonjour,

Merci pour votre message, il n’existe pas beaucoup de photos de ce lieu, nous allons nous renseigner auprès de l’auteur de l’article et ne manquerons pas de revenir vers vous si nous en trouvons.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

Répondre à Salvatore

par hetzel - le : 14 août 2014

Butte Bergeyre Story

Dominique, je m’y balade souvent et je t’y retrouve aussi l’air de rien ! fais-moi signe et je te raconterais comment l’hôtel de la rue edgar poë est devenu mon immeuble, et aussi les soirées passées avec les Desmedts qui étaient mes voisins de pallier !!!

Répondre à hetzel

par Maxime Braquet - le : 11 septembre 2014

Butte Bergeyre Story

Chère ou cher Hetzel
Je ne suis pas certain que ce message me soit adressé (sans doute l’est-il plutôt à Dominique) mais, comme auteur de l’article et historien, je serais très intéressé à vous entendre parler dudit hôtel et des Desmedts. On fait ça un de ces jours ?
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par Maxime Braquet - le : 11 septembre 2014

Butte Bergeyre Story

Chère madame Claudie Lecerf
Hélas, je ne puis que confirmer ce que vous répond M. Salvatore Ursini et ajouter simplement que, en règle générale, l’avenue Mathurin-Moreau n’a pas beaucoup arrêté l’objectif des photographes d’hier et même d’aujourd’hui.
J’ai lu les récits autobiographiques de Mouloudji et ne crois pas qu’il évoque quelque part les bains-douches dont vous parlez et où "Cécel" est très certainement allé dans les années 1930 puisqu’il habitait alors passage de la Puebla, tout près de l’avenue.
Mes cordiales salutations.
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par claudie Lecerf - le : 2 octobre 2014

Butte Bergeyre Story

…OUI JE L ’AI ENTENDU CHANTER DANS CES BAINS DOUCHES ……c’est vague ,mais mon oncle directeur de ces bains-douches disait souvent : c’est moi qui est "lancé " Mouloudji……je voudrais tant retrouver des photos … ! ………………
Le dimanche matin, la famille se rend aux bains-douches de l’avenue Mathurin-Moreau, puis elle part se promener sur les bords de la Marne et déjeuner sur l’herbe. Elle se rend également sur les fortifs, à la porte de Clignancourt, où campèrent les Prussiens en 1870, et s’allonge au pied de la grande muraille. Généralement, Marcel et André arborent leur costume du dimanche : « Fiers dans nos habits des dimanches, nous traversions différents quartiers de la ville. Mon costume était un habit à l’air maritime, brillant comme les ailes d’un scarabée. Mes culottes longues et plissées se tenaient raides, et mes souliers étincelants sentaient l’odeur du magasin. J’avais sur la tête un béret pomponné de rouge, et, sur le devant, était inscrit en lettres d’or : “Le Vengeur”. »

Marcel et André vont à l’école de l’avenue Simón-Bolívar sous la férule de deux maîtres d’école, M. Pingard16, homme élégant portant chapeau et diamant piqué sur la cravate, et M. Leblanc, un pilote d’avion :

En classe de première, le maître, ce maquereau
Nous giflait pour un rien.
[…]
On dit que notre maître est un aviateur
On l’a vu en avion survoler le quartier
Piquer droit sur l’école et jeter un bouquet17.

Le petit Marcel, que ses copains appellent Céssel (« Céssel, passe-moi le sel ! »), n’apprend pas grand-chose, si ce n’est à lire et à écrire. Il écoute les piaillements des filles de l’autre côté du mur, participe aux batailles rangées pendant les récréations, joue aux billes et aux plumes. Gamin vif-argent, il ne tient pas en place et le maître d’école a l’impression de voir perpétuellement « dix Mouloudji » dans la cour18. L’école l’ennuie, l’attrait de la rue est souvent irrésistible :

Répondre à claudie Lecerf

le : 3 octobre 2014 par Salvatore en réponse à claudie Lecerf

Butte Bergeyre Story

Bonjour Madame,

Nous vous remercions pour toutes ces précisions et les avons publiées dans le forum de cet article sur la Butte Bergeyre,

Si vous souhaitez un jour écrire sur ce sujet que vous connaissez bien, nous publierons vos écrits avec un grand plaisir.

Sachez que nous sommes une association loi 1901, que notre site est sans publicité et que nous ne tirons aucun revenu de la mise en ligne d’articles. Par contre nous avons eu des aides de la Région Ile de France et de la Ville de Paris pour notre travail sur l’histoire et la Mémoire des quartiers du Nord-Est parisien, ce qui nous a permis de continuer à exister jusqu’à aujourd’hui.

Cordialement.
S. Ursini - La Ville des Gens

par Maxime Braquet - le : 4 octobre 2014

Butte Bergeyre Story

Chère Claudie Lecerf
Grand merci pour vos témoignages, parfois aigus, comme à propos de M. Leblanc, instituteur à l’école communale de la rue Simon-Bolivar (mais laquelle, en fait : il me semble qu’il y en eut deux, dont l’une au bord de la rue de l’Atlas).
Je crois en effet que "Cessel’ a acquis tôt la vocation de chanter. Une de ses premières scènes de music-hall fut la salle des fêtes de la Maison des syndicats de la rue de la Grange-aux-Belles. La figure de poulbot des Buttes-Chaumont que vous dessinez de Mouloudji est en tout cas très attachante : réellement, Moulou mioche était cela. Avez-vous approché sa maman dont le frère d’André fait une peinture affectueuse mais en même temps troublée et très troublante dans son livre "Enrico" ?
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par Dominique CHEMINANT - le : 3 décembre 2014

Histoire de la butte Bergeyre

Oui, cet immeuble avait une distribution intérieure particulière, chacune pièces des appartements ayant une sortie sur le palier. Donc un ancien hôtel dont je ne connais qu’une partie de l’histoire. Il est tentant d’en apprendre davantage, et puisque ce message m’est plus particulièrement adressé, voici mon adresse mel : dominiquecheminant chez wanadoo.fr.
Merci infiniment à Maxime Braquet de transmettre

Répondre à Dominique CHEMINANT

le : 4 décembre 2014 par Salvatore en réponse à Dominique CHEMINANT

Histoire de la butte Bergeyre

Bonjour M. Cheminant,

Nous avons écris à M. Braquet, il ne manquera pas de vous contacter.

Cordialement.
S.Ursini

par Chris93 - le : 26 décembre 2014

Histoire de la butte Bergeyre

Tout petit détail dans cet excellente recherche : le designer est Marc Newson (et non Newton).

Répondre à Chris93

le : 26 décembre 2014 par Salvatore en réponse à Chris93

Histoire de la butte Bergeyre

Bonjour,

Merci pour cette précision, la correction a été effectuée.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

par Maxime Braquet - le : 26 décembre 2014

Histoire de la butte Bergeyre

Pardon, cher monsieur Cheminant, de rebondir avec retard sur votre courrier du 3 décembre, dont je ne suis pas bien certain, au reste, qu’il m’était adressé. Il y a tellement de courriers qui se croisent maintenant à la suite de l’article, et c’est tant mieux de toute façon, que l’équivoque peut parfois se produire. Vous parlez d’un immeuble avec une distribution particulière de pièces ; excusez-moi, quel immeuble, où ?
A vous lire bientôt, l’auteur de l’article, Maxime Braquet.

Répondre à Maxime Braquet

par Maxime Braquet - le : 26 décembre 2014

Histoire de la butte Bergeyre

Merci, Chris 93 (message du 26 décembre)
C’est bien Newson qu’il aurait fallu écrire. Merci aussi, travailleurs du site de La Ville des Gens, d’avoir spontanément rectifié.
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par BARRILLION - le : 27 décembre 2014

Histoire de la butte Bergeyre

Provinciale, en cours de généalogie, je découvre que mes ancêtres habitaient en 1885 rue de Meaux et passage Puebla. Ces rues faisaient-elles partie de la Butte Bergeyre ?

Cordialement,
MClaire Barrillion

Répondre à BARRILLION

le : 28 décembre 2014 par Salvatore en réponse à BARRILLION

Histoire de la butte Bergeyre

Bonjour Madame, et merci pour votre message.

Je transmets à l’auteur de l’article et reviens vers vous.

Bonnes fêtes de fin d’année.

Cordialement.

Salvatore Ursini
Responsable de La Ville des Gens

par Salvatore - le : 29 décembre 2014

Histoire de la butte Bergeyre

Réponse de M. Braquet à Mme Barrillion :

Non, ces deux voies n’appartiennent pas au site de la butte Bergeyre, dont, au nord-ouest, elles sont cependant voisines. Enfin, ”était” en ce qui concerne le passage Puebla, qui n’existe plus depuis une quarantaine d’années. Comme vous avez lu mon “papier”, vous avez certainement noté que je parle du passage Puebla à propos du chanteur-acteur-poète Mouloudji qui, enfant, dans les années 1930-1933, y habita.

Bien heureux de vous saluer,

Maxime Braquet

Répondre à Salvatore

par Jean Marc Kerviche - le : 19 mars 2015

Histoire de la butte Bergeyre

Ah la Thomson CFTH (fils et câbles) j’y ai travaillé 3 ans de 1967 à 1970 date approximative de sa fermeture.
Ce n’était pas un dépôt mais une usine qui fabriquait toutes sortes de câbles pour la télévision, pour le téléphone, pour l’armée et pour l’énergie nucléaire. Le dépôt et les plateformes d’essais pour les câbles destinés aux PTT se trouvait rue Adolph Mille dans le 19 ème. (J’étais le responsable de cette plateforme). La porte d’entrée principale se trouvait juste en face de la rue Burnouf. Et la cantine se trouvait juste au coin de la rue des Chaufourniers et de l’avenue Simon Bolivar.

Répondre à Jean Marc Kerviche

par Maxime Braquet - le : 24 mars 2015

Histoire de la butte Bergeyre

Monsieur Kerviche
D’après ce que vous dites, l’usine de la CFTH occupait un assez vaste espace le long de l’avenue Simon-Bolivar (trottoir des pairs) puisque ses ateliers et dépendances s’étendaient de la rue des Chaufourniers (cantine) jusqu’à la hauteur de la rue Burnouf (trottoir des impairs). "En face de la porte centrale", précisez-vous, ce qui autorise à supposer que les bâtiments commençaient encore plus en amont sur l’avenue. Il est d’autant plus dommage de ne pas posséder de documents visuels sur ce site industriel bellevillois
Merci, quoi qu’il en soit, de votre courrier.
Cela me fait plaisir de vous saluer.
Maxime Braquet

Répondre à Maxime Braquet

par S. Moreau - le : 28 décembre 2015

Histoire de la butte Bergeyre

Je suis à la recherche d’anciens habitants de la Butte Bergeyre. Sauriez-vous m’orienter vers un groupe ou des archives ? Je suis née au 13-15 rue Edgar Poë et j’y ai vécu 20 ans avant de "descendre" vivre rue des Chaufourniers. J’ai donc grandi là-haut, sur "le stade" comme on le disait à cette époque (années 60-70). Mon école était avenue Simon Bolivar.

Répondre à S. Moreau

le : 28 décembre 2015 par Salvatore en réponse à S. Moreau

Histoire de la butte Bergeyre

Bonjour,

Vous pouvez trouver sur internet le blog qui s’appelle "habitants de la Butte Bergeyre", cela pourra peut-être vous aider dans vos recherches.

Cordialement.
Salvatore Ursini
La Ville des Gens

le : 25 novembre 2016 par Michel Ponte en réponse à S. Moreau

Histoire de la butte Bergeyre

J’ai aussi habité sur le "Stade" de 1947 à 1972 au 5 rue Rémy de Gourmont. J’ai également fréquenté l’école du 69 avenue Simon Bolivar, maternelle, primaire puis 6ème et 5ème. C’était un Cours Complémentaire.
Je dois venir à l’Utopicerie le 9 décembre. Je vous y rencontrerai peut-être.
Bien cordialement.
Michel Ponte

par Michel - le : 29 novembre 2016

Les escaliers

Bonjour,
Regardant les photos de cette page, je me demandais si le 3ème escalier (74 marches si mon souvenir est bon) ne partait pas "encore" de la rue Georges Lardennois et non "déjà" de la rue B. de Ricout ?
Bien cordialement à tous et peut-être au 9 décembre à l’Utopicerie.
Michel Ponte

Répondre à Michel

par VÉZIEN Jack - le : 26 juillet 2017

Histoire de la butte Bergeyre

J’ai emménagé dans le 19eme Arrt le 1er juillet 1937, j’avais 5 ans. J’y suis resté jusqu’en 1990. J’ai pas mal bourlingué dans cet arrondissement et je me souvient qu’ aux alentours des années 1947-1950 il y avait sur la gauche de la rue Maturin Moreau en descendant vers ce qui était encore la place du Combat, à la hauteur de la rue des chaufourniers, un café qui se nommait "le café des buttes Saint-Chaumont.
Y a-t’il quelqu’un qui aurait un souvenir de ceci. J’avait entre 15 et 18 ans mais j’e m’en souviens fort bien.
Je me suis toujours demandé d’où venait ce nom de "Saint-Chaumont ?

Répondre à VÉZIEN Jack

le : 28 juillet 2017 par Maxime Braquet en réponse à VÉZIEN Jack

Histoire de la butte Bergeyre

Cher monsieur Vézien
Rédacteur de l’article auquel votre courrier a été rattaché, je prends la liberté de m’en considérer le destinataire premier. N’ayant commencé à fréquenter les parages de l’avenue Mathurin-Moreau que dans les années 1970, je n’ai évidemment pu former aucun souvenir du "Café Saint-Chaumont" de l’époque qui vous intéresse même d’après une carte postale des lieux que j’aurais visualisée plus tard. Je ne sais d’ailleurs pas si des ressources iconographiques existent pour ledit temps sous ce mode ou un autre. A la croisée de l’avenue Mathurin-Moreau, à gauche en descendant, et de la rue des Chaufourniers, à gauche en montant, soit le point que vous semblez localiser avec précision, il y a de nos jours une pharmacie, qui aurait en quelque sorte pris la succession du café. Alors, je me dis que ces pharmaciens ont peut-être, qui sait ? archivé des documents que vous aimeriez voir… Voici ses cordonnées : "Pharmacie de l’Avenir", 24, avenue Mathurin Moreau, 75019 Paris ;
01 42 00 60 76 ; leadersante.fr
Pourquoi ce nom de "Saint-Chaumont" ? Hélas de nouveau, je ne puis guère vous aider à répondre. Je m’étonne comme vous. En tout état de cause, c’est un bien singulier nom de baptême car l’Eglise catholique ne reconnaît sous lui aucun de ses saints*. En revanche, il fait furieusement songer à l’appellation (déformation purement toponymique de "chauve mont") du grand parc urbain tout à fait voisin. J’ajoute à ces maigres informations qu’une venelle privée reliant les boulevards de la Villette et Simon-Bolivar, à 300 m cap au sud de l’avenue Mathurin-Moreau, porte encore en 2017 la surprenante désignation, et tout ce qu’il y a d’officiel, "Saint-Chaumont".
Bien à vous,
Maxime Braquet

* Un historien dont j’ai oublié de noter le nom prétend qu’il y eut autrefois un couvent de nonnes dans ce secteur de l’arrondissement mais il ne donne pas la source de ce renseignement que tous ses confrères ignorent complètement.

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Circul’Livre - Lecture citoyenne

Circul’Livre consiste à mettre gracieusement des livres à la disposition des habitants (...)

MUSÉE DE L’ABSINTHE

Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, (...)

La Montagne Sainte-Geneviève

Claude Marti, guide touristique et conférencier, vous propose régulièrement des visites (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

A la recherche du vieux Belleville et de ses (...)

Voici une vidéo tirée du projet "Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?", de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 30 juin 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : jeudi 24 août
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001 Audrey Tautou, métro Abbesses, photogramme. Coll. Jean-Pierre Jeunet
S’il est un lieu qui résume à lui seul Paris, c’est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres (...)
16 spectacles ! Des représentations tous les jours. Chaque été depuis onze ans à Paris, en (...)
Du petit bout de chou qui ne veut pas quitter sa tétine au grand bout de chou qui veut déjà son (...)
Du presque adulte qui veut faire le tour du monde au presque ado qui veut déjà son scooter et du (...)