Portraits de résistants

551 visites sur cet article

MAURICE PILLET

19ème arrondissement de Paris

Son nom a été donné à l’amphithéâtre du lycée professionnel Hector Guimard au 19 rue Curial.

Maurice Pillet.Maurice Pillet est né en 1902 à Châtel-Gérard dans le département de l’Yonne. Ouvrier Charpentier, militant syndical actif à la CGT, il devient secrétaire de la Fédération CGTU du bâtiment en 1930 et secrétaire régional du syndicat CGT du bâtiment parisien en 1935.

Mobilisé en 1939, démobilisé en 1940, il entre dans la clandestinité du fait de l’interdiction de ses activités syndicales. Il se consacre à la reconstitution du syndicat du bâtiment parisien dissous.

Dès l’occupation de la capitale par l’armée allemande, en Juillet 1940, une réunion clandestine se tient au domicile de Maurice Pillet, dans le Haut de Belleville, avec les principaux responsables syndicaux de cette fédération. L’organisation de la résistance va commencer, il s’agit en particulier de réinstaller dans les entreprises une forme de syndicalisation clandestine avec les « comités populaires », de diffuser une presse syndicale clandestine, d’organiser le sabotage de la production destinée à l’ennemi.

La police au service du pouvoir de Vichy arrête Maurice Pillet le 18 octobre 1940 à Paris dans le 20è arrondissement. Il est d’abord interné à Aincourt dans l’ancien département de Seine et Oise. Aincourt est le premier camp d’internement politique français ouvert sous l’occupation. Il se trouve sur l’endroit d’un ancien sanatorium situé à 70 km. de Paris, isolé en pleine forêt du Vexin. Toutes les conditions sont réunies pour le contrôle complet et efficace du lieu.

Le 4 décembre 1940, il est transféré sur l’établissement pénitencier de Fontrevrault dans le Maine et Loire, puis sur le camp de Clairvaux. Maurice Pillet arrivera enfin le 15 mai 1941 au camp de Choisel à Chateaubriand en Loire-Atlantique.

À la suite d’action de la Résistance contre l’armée allemande, les autorités d’occupation vont procéder à plusieurs exécutions d’otages. Le 15 décembre 1941, en représailles à l’exécution d’un de leurs officiers, les allemands vont prendre 9 otages au camp de Choisel sur désignation de Pucheu ministre de l’intérieur de Pétain. Maurice Pillet figurait parmi eux.

Ces 9 otages seront conduits aux abords de la forêt de Juigné dans un lieu nommé « La Blisière » où se trouvait une guinguette au bord d’un étang. C’est là, que les otages seront réunis pour écrire leur dernière lettre d’adieux avant d’être fusillés.

Dans cette dernière lettre à son épouse, Maurice Pillet lui disait : « dis adieu pour moi à tous mes amis. Adieu ma Suzon chérie, adieu mon petit Marcel. En finissant ma vie, je pense à vous, vous êtes les derniers à qui j’envoie mon souvenir. Je vous embrasse bien fort et bien tendrement, comme je vous aime. »

Pucheu qui les avait désignés aux bourreaux, fut jugé à la libération et condamné à mort.

Le 6 octobre 2011, au cours d’une cérémonie dans ce lycée de la rue Curial où l’on enseigne les métiers du bâtiment, en présence des élus de l’arrondissement, des associations et des élèves du lycée, le nouvel amphithéâtre y fut inauguré portant le nom de Maurice Pillet.

ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
Partagez cet article :

Localisation : MAURICE PILLET

5 Rue Curial

- Paris - 75019.

Zoom

Réactions
par Langlais - le : 14 mai 2015

MAURICE PILLET

Bonjour : Je suis à la recherche des identités des résistants fusillés à la blissière et qui auraient eu la première inhumation dans ma commune de CASSON .
Je sais que les neufs fusillés on eu une première inhumation dans les communes suivantes .
3 à Casson 3 à Fay de Bretagne et 3 à Notre Dame des landes en Loire-Atlantique .
J’aimerais retrouver les identités des enterrés dans chacune des communes .
et plus particulièrement dans ma commune CASSON .

Je suis président d’une association patrimoine dans ma commune " Casson mon Pays "

Voici mon adresse mail : denislanglais chez laposte.net tel 0630180559 .

Répondre à Langlais

le : 15 mai 2015 par Salvatore en réponse à Langlais

MAURICE PILLET

Bonjour Monsieur Langlais,

Notre association n’est pas spécialiste de la Résistance mais nous avons mis en ligne sur notre site les anonymes du 19ème arrondissement de Paris en collaboration avec l’ANACR 19.

Cependant je vais me renseigner auprès des derniers résistants que je connais, peut-être pourront-ils vous aiguiller.

Je reviens vers vous dès que possible.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Belleville-Ménilmontant en images, n°35

Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien (...)

Les traverses de juin

A la fin du mois de juin, les marionnettes sortent du théâtre et investissent les (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

A la recherche du vieux Belleville et de ses (...)

Voici une vidéo tirée du projet "Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?", de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 20 juin 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : dimanche 25 juin
Vous avez entre une semaine et un an de tango, vous pratiquez plus en cours qu’en bal, où (...)
Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien d’autres – (...)
Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, l’histoire (...)
Les marionnettes de la famille Rank sont situés dans le Parc Montsouris (14ème) et des Buttes (...)
De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit plongeon (...)