Portraits de résistants

399 visites sur cet article

Maurice Charpentier

19ème arrondissement de Paris

Un jeune de la rue de la Solidarité mort pour la France

GIF - 135.5 ko

Monument réalisé en 2002 par le sculpteur et plasticien Pascal Convert en hommage aux 1008 résistants et otages fusillés au Mont Valérien entre 1941 et 1944. Leurs noms sont gravés sur ce monument.


Né le 7 novembre 1919 à Paris, Maurice Charpentier, Fernant dit Jérôme habitait dans les immeubles HLM de la rue de la Solidarité dans le 19è arrondissement. Dès les débuts de l’occupation allemande, ce jeune d’une vingtaine d’années participait déjà à l’activité clandestine des jeunes communistes de ce quartier populaire. Il en était membre depuis l’avant guerre.

Révolté et profondément heurté dans ses sentiments par cette présence militaire ennemie, Maurice avait un jour pris à partie un soldat qui passait dans le quartier. Un de ses voisins, Mr. Gabriel Halbwax, avait relaté en son temps le fait suivant : « un jour de juin 1940, j’ai vu Maurice croisant un soldat allemand ivre à l’angle de la rue d’Alsace-Lorraine et de la rue Manin. Il eut à ce moment une réaction brutale sans doute non réfléchie, il lui donna un violent coup de poing à la face qui envoya ce soldat à terre. Ce dernier pu se relever et dégainer son révolver, mais Maurice était déjà loin ».

Maurice Charpentier, comme nombre de ses camarades du 19è, avait rejoint les premiers groupes de Francs-tireurs (FTP) lorsqu’ils se formèrent.

C’est à la suite d’une action armée menée à Paris le 27 septembre 1943 contre un collaborateur notoire, le docteur Guérin, membre du Parti Populaire Français de Doriot, que Maurice Charpentier fut blessé par la police et arrêté.

Le docteur Guérin tenait une rubrique médicale dans le journal collaborationniste et antisémite « Je suis partout » et présidait une organisation visant à entrainer le corps médical et para médical dans l’allégeance à la politique de Pétain.

D’abord hospitalisé à l’hopital de la Pitié à Paris, Maurice Charpentier fut incarcéré à la prison de Frèsne, puis remis aux autorités allemandes.
 
Il fut condamné à mort le 29 février 1944 pour actes de francs-tireurs par le tribunal du Gross-Paris siégeant rue Boissy-d’Anglas dans le 8e arrondissement.
C’est le 10 mars 1944 que Maurice Charpentier fut fusillé au Mont Valérien. Il repose au cimetière d’Ivry dans le carré des fusillés. Sur sa tombe est inscrite la mention : « mort pour la France ».
Nous n’avons pas de photo de Maurice Charpentier, c’est pour cela que nous avons mis celle de ce monument à la mémoire des 1008 fusillés du mont Valérien dont il faisait partie. Si vous possédez une photo de ce jeune résistant, n’hésitez-pas à nous contacter : info chez des-gens.net ou 01 77 35 80 88


ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - Escalier 1 - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
Partagez cet article :

Localisation : Maurice Charpentier

Rue de la Solidarité

- Paris - 75019.

Zoom

Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

MUSÉE DE L’ABSINTHE

Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 30 juin 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : samedi 21 octobre
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une machine à sous, (...)
Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, l’histoire (...)
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001 Audrey Tautou, métro Abbesses, photogramme. Coll. Jean-Pierre Jeunet
S’il est un lieu qui résume à lui seul Paris, c’est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres (...)
Les vidéos des gens : Claude Bourguignon, agronome Claude Bourguignon parle de la (...)