Résistance à l’effacement des sites

6702 visites sur cet article

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Histoire et Mémoire

Rédaction révisée au 3 juillet 2016


Entre 1968 et 1971 disparut du paysage ménilmontanais son bâtiment de gare de chemin de fer sur la ligne de la Petite Ceinture. Il est depuis lors remplacé par la barre d’immeubles modernes des 7-11, rue de la Mare.

De l’ensemble de la station, il ne reste aujourd’hui, d’une part, que la passerelle de cette rue qui, enjambant les voies, reliait les deux quais maintenant démolis au profit des herbes et arbustes sauvages ; d’autre part, la grille d’accès et les marches descendant vers le quai de l’est à partir de ladite rue.

En vérité, la fermeture de la gare de Ménilmontant a suivi le déclin de la Petite Ceinture.

JPEG - 78.8 ko

Gare de Ménilmontant (1900) - « Début du xxe siècle : vue générale de la station en direction de Belleville. On voit les immeubles de la rue des Couronnes. »


Un chemin de fer ceinturant la capitale

L’idée d’un chemin de fer ceinturant la capitale et reliant entre elles les lignes partant des six gares de Paris a germé dès le début des années 1840. On y voyait deux avantages : le trafic de marchandises et les utilités stratégiques militaires.

Le décret de mise en chantier de la ligne circulaire, baptisée Petite Ceinture (un projet de Grande Ceinture existait par ailleurs), est signé le 10 décembre 1851. Les travaux commencent au mois de janvier suivant. Dans la partie nord du Grand Paris, ils partent du quartier des Batignolles.

Le percement du tunnel sous la butte de Chaumont (le parc actuel des Buttes n’était pas encore aménagé) se termine en 1853. Dès le début de 1854, des trains roulent des frontières de la commune des Batignolles à celles d’Ivry mais le bouclage total de la ceinture autour de Paris ne s’opère qu’en 1866 (l’administration de la ligne est assurée par un syndicat de cinq compagnies ferroviaires).



Histoire de la Petite Ceinture à grand train

D’abord limitée au trafic des marchandises, la Petite Ceinture s’ouvre au transport des voyageurs en juillet 1862, de façon partielle, et, de manière élargie, en 1868.

Si le succès de cette ligne est vif auprès des Parisiens de 1870 à 1900 (elle transporte 39 millions de personnes par an à cette dernière date), l’ouverture du Métropolitain au service public va ensuite entraîner son déclin non moins rapide (14 millions de voyageurs en 1913, 6 millions en 1927).

Dès 1918, le Syndicat supprime le service aux voyageurs sur le tronçon d’Auteuil et l’arrêt total, à l’étude à compter de 1931, est décidé en juillet 1934 (le train circulaire étant alors remplacé par des autobus PC roulant sur les boulevards des maréchaux).

Le transport des marchandises se trouvait lui-même déficitaire aux lendemains de la guerre et n’a déjà pratiquement plus de clients en 1927. Réduite après 1945 à un pur rôle logistique (transport de matériaux d’entretien et de personnels) pour la SNCF, devenue l’administratrice du réseau, la Petite Ceinture voit sa continuité rompue dans les années 1960-1970 avec la fermeture de plusieurs tronçons.

La dépose des rails par secteurs suivra au cours de la décennie suivante ; c’est d’elle qu’a résulté la « Coulée verte » du 12e arrondissement, très agréable promenade dont personne, à ce qu’il semble, ne regrette l’existence.

Depuis 1990, les rails et les tunnels subsistants ne sont plus entretenus qu’à minimum pour certains besoins logistiques de la SNCF. La RATP s’en est servi lors de ses travaux pour les nouvelles lignes de métro Météor et EOL, vers 1993. Seules quelques gares qui, telle celle de Courcelles-Levallois [1], se situent à la croisée avec d’autres lignes demeurent debout et actives.

Des associations parisiennes amoureuses des trains et la société du Réseau ferré de France essaient de sauver les vestiges de voie tombant en friche et, occasionnellement, font circuler une locomotive attelée à quelques voitures. La Mairie de Paris, pendant une dizaine d’années, ne fut pas hostile à la réutilisation de certains segments pour la circulation de tramways-navettes périurbains qui, on le sait aujourd’hui, ont finalement emprunté d’autres pistes.



Visite commentée de la station
JPEG - 98.3 ko

« La station vue du quai Est en 1904. Sur le quai opposé, le bâtiment de la gare. »

Ménilmontant était la station intermédiaire entre les gares de Belleville-La Villette, au Nord, et de Charonne, au Sud. A la différence de la première, elle ne se situait pas sur un nœud de trafic. C’est pourquoi elle avait une moindre envergure. Tout comme Charonne.

Le long du quai Est s’arrêtaient les trains qui avaient traversé le parc des Buttes-Chaumont puis la colline bellevilloise sous un tunnel continu débouchant à l’air au-dessous de la rue des Couronnes. Ceux qui venaient de Charonne après être passés eux-aussi par des tunnels – plusieurs à la suite dont le dernier se terminait sous la rue de Ménilmontant – stoppaient donc devant le quai opposé, celui sur lequel s’ouvrait le bâtiment de la gare.

A l’origine, soit en 1862, celui-ci n’était qu’un baraquement précaire. Il fut remplacé par une construction solide en 1868, à la date de la généralisation du trafic voyageurs, l’inauguration officielle ayant lieu le 1er mai.

JPEG - 72 ko

« Hall d’accueil et billetterie de la gare de Ménilmontant en 1906. »

L’accès au hall d’accueil et à la billetterie se faisait par une cour ouverte à l’Ouest. On y arrivait par la rue de la Mare ou encore par un chemin de desserte spécialement tracé entre la rue de Ménilmontant et celle des Couronnes. Cette venelle, opportunément appelée passage de la Station-de-Ménilmontant, a vu son usage condamné vers 1970. Le segment qui en subsiste de nos jours, du côté de Ménilmontant, fermé à la rue par une grille, est envahi de végétation sauvage.

« 1904 : la passerelle de la rue de la Mare ; l'entrée des bureaux de la gare est cachée, au deuxième plan du cliché, par des arbres ; au fond, l'escalier montant vers la rue des Couronnes. »

Pour les cinéphiles, rappelons que ce passage apparaît dans une des scènes du début du film « Jules et Jim » (1962), de François Truffaut, parcouru par Jim. D’ailleurs, la gare et son environnement, pittoresque en diable, ont beaucoup inspiré les cinéastes – et le font encore. La passerelle reliant les deux quais et les segments de la rue de la Mare est notamment empruntée par les personnages du « Rififi chez les hommes » (Jules Dassin, 1955) et de « La Métamorphose des cloportes » (Pierre Granier-Deferre, 1965).

La construction primitive ne comprenait pas de garde-fous. Des enfants des pauvres maisons environnantes s’étant livrés au jeu stupide de jeter des pierres et des ordures sur les trains à partir d’elle, le Syndicat en fit construire une autre en 1881, bordée cette fois de grilles. C’est celle qui est encore en place.


Quelques faits de la chronique
  • 16 juillet 1863. Sous le tunnel de Belleville, un voyageur de l’impériale tombe sur la voie en voulant retenir son chapeau. Les agents ménilmontanais de la Petite Ceinture retrouvèrent l’accidenté debout et appuyé à la paroi, sans blessures apparentes. Mais la personne mourut peu de semaines après des conséquences de sa chute malencontreuse.
  • 30 octobre 1863. Une avarie de machine immobilise une demi-heure à Ménilmontant le train qui ramenait l’impératrice Eugénie à Saint-Cloud.
  • 1865. Des agents de service doivent dégager, à Ménilmontant , un jeune homme pris violemment à partie par des voyous dans un compartiment de train. Les problèmes de la sécurité des voyageurs s’étant vite posés, le syndicat fit armer ses agents roulants.
  • Pendant le siège de Paris par les armées allemandes, en 1870-1871, Ménilmontant voit passer de fréquents convois militaires. La Petite Ceinture ne connaîtra pas une pareille mobilisation lors de la Première Guerre mondiale.
  • Février 1874. Des sondages y ayant détecté des anomalies, la voûte du tunnel de Belleville est refaite sur 345 mètres vers Ménilmontant.
  • 10 juin 1883. Nouvelle collision sous le tunnel entre un train de bestiaux et un train de voyageurs. Une douzaine de blessés. Une partie des bêtes s’enfuirent de wagons défoncés. Elles furent vite rattrapées dans l’enceinte ferroviaire à l’exception d’un bœuf qui réussit à gagner les rues adjacentes après avoir frappé d’un coup de corne un agent de la station de Ménilmontant. L’animal, renversant d’autres personnes sur son passage, prolongea sa cavale jusqu’à la porte de Charenton ! où l’on dut abattre le bovin, devenu fou furieux.
  • 23 septembre 1888. Un voyageur tombe de l’impériale du train n° 59 tout près de la gare de Ménilmontant. Il est grièvement blessé à la tête (d’après « Le Postillon du 20e » ).
  • 2 août 1893. Une erreur de signalisation est à l’origine d’une collision sous le tunnel de Charonne (côté Ménilmontant). Un blessé grave parmi les voyageurs.
  • 1898-1899. Réfection de la voie sous les tunnels nord et sud.
  • Lors des combats de la Libération de Paris, des opérations militaires se déroulèrent le 23 août 1944 à la station de Ménilmontant. A ce moment, les forces armées américano-françaises se rapprochent de Paris ; les troupes allemandes cherchent à quitter la capitale en emportant avec elles le plus d’équipements et de fournitures possible.

Dans ce cadre, les FTP du réseau Nord-Libération et un groupe local dit (de la rue) Piat eurent l’information qu’un train de la Petite Ceinture était gardé par un bataillon de soldats de la Wehrmacht sous le tunnel de la rue de Ménilmontant. Descendant sur les voies, ils enfumèrent celui-ci pour forcer les soldats allemands à la fuite car il ne pouvait s’agir de mener une bataille rangée qui aurait conduit à l’explosion des munitions et à un écroulement de terrain catastrophique pour le quartier.

Ils firent prisonniers les soldats du Reich asphyxiés et se saisirent du train. Las, le résultat de la bataille fut décevant. Pas d’armes dans les wagons mais seulement, selon le témoignage du chef résistant Albert Ouzoulias (in « Les Bataillons de la jeunesse ou les Fils de la nuit » ), des uniformes d’hiver et des chaussures.


Maxime Braquet


JPEG - 82.1 ko

« Le site de la gare vue du pont de la rue des Couronnes vers 1905. Au plan médian, la passerelle de la rue de la Mare ; au fond, les immeubles de la rue de Ménilmontant. »


JPEG - 127.1 ko

« Longeant à l’ouest les voies ferrées, le passage de la Station de Ménilmontant, qui commence à la rue éponyme. Cliché de 1907. »


JPEG - 71.8 ko

« Sur l’emplacement de l’ancien bâtiment de la gare de Ménilmontant, les immeubles de la rue de la Mare en cours de construction en 1972. » - Crédit : Daniel Boudinet-Ministère de la Culture


JPEG - 72.3 ko

« 1994 : la tranchée du chemin de fer vue de la rue de Ménilmontant. » - Crédit : Maxime Braquet


JPEG - 71.1 ko

« Vestiges de l’accès au quai est de la gare par la rue de la Mare. Photo de 2003. » Crédit : Maxime Braquet


Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association la Ville des Gens : info chez des-gens.net ou de M. Braquet : bramax2013 chez hotmail.fr

[1Aujourd’hui intégrée comme station de la ligne C du RER, elle porte le nom de Pereire-Levallois

Partagez cet article :

Localisation : Mémoire de la gare de Ménilmontant

11 Rue de la Mare

- Paris - 75020.

Zoom

Réactions
par George - le : 29 juillet 2013

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Je pense que vous voulez dire "1974", pas "1984" pour les immeubles de la rue de la mare. Parce-que j’y habitais en 1980, 7 rue de la mare.

Répondre à George

le : 29 juillet 2013 par Salvatore en réponse à George

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Bonjour,

Merci pour votre précision, ne pouvant que vous croire j’ai modifié moi-même la légende de la photo et transmis à l’auteur qui ne manquera pas de vous répondre sur le forum de l’article.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

par André Girod - le : 20 août 2014

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Libération

Un incident remarquable de la Libération de Paris qui est passé sous silence se déroule dans le quartier populaire de Ménilmontant le 23 août 1944 : la prise du train de munitions en gare de Ménilmontant et qui permit d’alimenter en armes une partie de la résistance à Paris. J’ai vécu cette attaque quand j’avais 9 ans et je la raconte dans un de mes livres : " Flammes du père inconnu". Nous étions au patronage Saint Jean vers 2 heures de l’après-midi quand un homme est apparu essoufflé et nous a dit de rentrer chez nous. L’abbé Ronco nous fit descendre de la salle de projection où nous regardions un filmostat de Tintin. Je descendis la rue Henri Chevreau qui mène à la gare. Des gens construisaient une barricade rue de la Mare. Les enfants se joignirent au groupe en cherchant des matériaux à mettre sur la barricade : table chaises, meubles. Puis je traversai le pont qui enjambe la voie de chemin de fer de la Petite Ceinture. Là étaient couchés 3 ou 4 hommes derrière des sacs de sable avec de vieux fusils. De l’autre côté du pont rue, d’Eupatoria, une autre barricade s’élevait. A nouveau coup de main. Puis dans le square Sorbier il y avait des bouches d’aération. Sur le pourtour des bouches, un amoncellement de débris et d’objets avec pour but de les pousser sur la voie en dessous lorsque le train serait passé. Il serait ainsi bloqué et ne pourrait plus reculer dans le tunnel. Le train serait coincé à l’air libre en pleine gare de Ménilmontant. Les bouches d’aération de l’autre côté de la gare avaient été aussi obstruées. L’attaque a commencé vers 4 heures de l’après-midi. Nous étions couchés derrière des murets à hauteur de la gare. En une heure le travail était fait, les Allemands se rendaient. Mais cinq FFI avaient été tués et plusieurs blessés que nous avions aidé à transporter rue d’Eupatoria. Ce fut mes premiers morts ! Les Allemands mains en l’air descendirent ma rue et furent emmenés vers le centre de Paris.

Répondre à André Girod

le : 22 août 2014 par Salvatore en réponse à André Girod

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Bonjour et merci pour votre témoignage.

Nous transmettons à l’auteur de l’article.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

par Maxime Braquet - le : 23 août 2014

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Cher monsieur André Girod
Vous avez remarqué que mon article ne passe précisément pas sous silence l’évènement dont vous parlez.
D’après la source d’information que j’ai utilisée (n’ayant pas été un témoin direct) et que je cite : Albert Ouzoulias," Les Bataillons de la jeunesse ou les Fils de la nuit", le résultat de l’opération fut en partie décevant car les résistants ne trouvèrent pas dans le train immobilisé les armes et munitions de la Wehrmacht qu’ils pensaient s’accaparer. Pensez-vous que M. Ouzoulias se trompe ?
Quoi qu’il en soit, merci de votre témoignage vivant.
Je vous salue cordialement.
Maxime Braquet, auteur de l’article.

Répondre à Maxime Braquet

par LEFEBVRE René - le : 10 mars 2017

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Un ancien agent sncf
J’étais chef de brigade voie à la Rapée poste National de 1977 à 1985.
Les 2 tunnels de Ménilmontant & Belleville faisaient partie de mes tournées entretien/voie et je les ai bien souvent traversé seul !!!!
A l’époque, j’habitais au logement de cadres sncf (mon épouse était la concierge)
situé rue de Lorraine (19ème)avec accès sur l’ancienne gare de Belleville.
j’ai plein de souvenirs en tête sur cette période , notamment sur des phases de divers
travaux (conservés sur le carnet noir sncf du chef de canton)
Si vous êtes intéressés pour certains détails techniques, ce sera avec un grand plaisir
que je vous donnerai des éléments auxquels j’ai participé.
Salutations sincères.
Mr LEFEBVRE

Répondre à LEFEBVRE René

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

MUSÉE DE L’ABSINTHE

Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre 2017 Image (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : lundi 20 novembre
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001 Audrey Tautou, métro Abbesses, photogramme. Coll. Jean-Pierre Jeunet
S’il est un lieu qui résume à lui seul Paris, c’est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres (...)
Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une machine à sous, (...)
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
Les vidéos des gens : Claude Bourguignon, agronome Claude Bourguignon parle de la (...)
Le mémorial de la Résistance se met au numérique sur la Ville des Gens. Dans le cadre de la (...)