3387 visites sur cet article

Mon technicien hippophagique

Boucher, c’est pas du tout cuit !

JPEG - 132.1 ko

Déjà, ne m’appelez pas « boucher », je suis un technicien de la viande, moi ! Et puis boucher ça fait penser à des mauvaises choses, à des tueries.

« Vous autres, vous dites toujours : “C’était une vraie boucherie !” alors que la violence, les meurtres, tout ça, c’est pas de la boucherie ! Alors, s’il vous plaît ! »

On l’appellera donc technicien, spécialiste de la viande, notre homme de la boucherie chevaline, qui ne tient pas à donner son nom car « à chaque fois que vous parlez trop, les loups sont là… », mais qui a bien voulu nous parler de son métier dans sa boutique rutilante de propreté.



Mes Apprentissages

« A 14 ans, j’ai commencé mon apprentissage à l’école de la Porte Dorée, qui existe toujours, après le certificat d’études, et j’ai aussi le C.A.P. Un apprentissage qui met 4 ans. C’est un travail dur.

De nos jours, les jeunes n’y sont pas encouragés, ils sont dégoûtés par ce type de travail. Maintenant, un « marchand de viande » de supermarché obtient un diplôme en 6 mois, 1 an : il ne connaît pas la bête d’un bout à l’autre.

A l’école, ils n’ont pas eu de demande d’apprentissage en boucherie chevaline depuis 4 ans. » [1]



Travail et voisinage

« Et les horaires, alors ! A la boutique, depuis 7 heures ce matin, je ne vais pas fermer ce soir avant 8 heures. Mais je n’ouvre pas le dimanche. Ça non, j’ai trop à faire !

C’est un dur métier, oui, et encore, on ne fait plus l’abattage à Paris comme ça se faisait il y a 40 ans, à La Villette* (en fait une précision a été apportée par Mr Brice, l’abattage des chevaux se faisait à Vaugirard dans le 15ème). Maintenant, la viande est abattue en province, puis apportée à Rungis, parfois directement ici, au magasin, par camion réfrigéré. »

Gravure de Gericault


Mais alors, le métier n’a pas trop changé, vous êtes bien dans le quartier ?

« Les voisins du dessus, c’est des nouveaux dans le coin, amenés ici par des prix d’abord compétitifs, puis qui ont grimpé : c’est le cercle vicieux de l’immobilier… »

Ces voisins se plaignent du bruit des livraisons tôt le matin, tout en se vantant auprès de leurs amis du côté charmant de leur quartier, où l’on trouve tout en bas de chez soi. Mais ce « chez soi », ils signent des pétitions pour que les commerces alimentaires bougent un tout petit peu plus loin d’eux… pas juste en bas de chez soi, quoi !

JPEG - 42.2 ko

Gravure de Gericault

Cet afflux, partout, de nouvelles populations, a éloigné les bonnes mémés, qui, chaque matin, venaient à la boucherie : il y en avait 20, 30, mais à présent on les a toutes relogées ailleurs, on ne les voit plus… mais ça payait les frais.

C’est l’abrogation de la loi de 48 qui a tout changé dans les quartiers. Là, mes 35 heures, c’est que pour les frais, c’est seulement les 35 heures que je fais en plus qui rapportent un peu. »


Et ces nouveaux arrivants, deviennent-ils des habitués à leur tour ?

« Pas forcément. C’est tout juste s’il faut pas faire cuire leur steak ! Et puis je fais des salades de lentilles, je vends des pâtés de toute sorte, des friandises de charcuterie, parce que la viande, à elle seule, ça ne suffit plus. »



Et le cheval, dans tout ça ?

Etude de Degas

« La boucherie chevaline n’a pas bonne réputation dans le métier : les gros éleveurs n’y trouvent pas leur compte, car le cheval est un animal qui ne peut pas être élevé en masse comme le bœuf, le poulet, ou même le porc.

Non, le cheval requiert un régime sain : de la lumière, de l’espace pour brouter, des céréales, du bon fourrage, de l’eau fraîche… pas intéressant pour notre investisseur en profit, euh, en viande…

Alors que justement la viande de cheval est l’une des plus saines, avec de rares qualités nutritionnelles : pas d’antibiotiques et autres saletés dans son régime, il n’a que ce que l’on nomme communément « le bon cholestérol ».

C’est une viande savoureuse - à l’origine d’ailleurs du steak tartare - avec du fer, des acides aminés, des protéines et du glycogène.

Défendue par les scientifiques Geoffroy-Saint-Hilaire ou Parmentier, c’est une viande succulente qui ne mérite aucunement notre dédain ou nos airs dégoûtés…

On peut garder ce dégoût pour les pauvres animaux élevés en masse dans d’affreuses conditions, et tués de même. »

Mon technicien de la viande, je retournerai le voir. La consommation de viande de cheval est en chute libre, mais lui est dans le quartier depuis 36 ans, et il en a vu des changements.

Heureusement, il restera dans sa boutique immaculée à miroirs et carreaux blancs, son tablier plié de certaine façon le long des jambes, et on parlera hippophagie.


Siane Gallozi Danielson



Note :

[1Les autres bouchers de la rue ont tous confirmé le manque de personnel.

Partagez cet article :


Réactions
par Salvatore - le : 18 janvier 2007

Mon technicien hippophagique

bonjour,
Beau témoignage d’une personne qui aime son métier, respecter un animal c’est aussi savoir le manger n’en déplaise à quiconque. Meilleurs voeux pour 2007, entre la grippe du poulet, la maladie de Creutzfeldt-Jacob, bientôt la toux du cochon, je pense qu’il vous reste encore de beaux jours.
S.Ursini

Répondre à Salvatore

le : 27 mars 2007 par sabrina en réponse à Salvatore

Mon technicien hippophagique

vous servez a rien, vous etes completement inocent vous pensez qu’a vous sa se voit !!
tué des millions d’animaus vous appelez sa le respect ?? mais ou va le monde !!!
ce métier est le pire, c’est un crime, vous ne respécté meme pas les amoureux du cheval ! je dit du cheval car de nos jours, les chevaux ne sont plus concidéré comme steak !!
comment faites vous pour savoir qu’un cheval va etre tué, massacré, souffrir pour les papilles gustatives des clients que je n’aime pas non plus !
je ne comprendrais jamais !
montez sur un cheval ! et vous vérez la senssation que sa fait ! la liberté. Et vous vous lui rendez tout ce qu’il a fait pour nous en le mangeant et le tuant ! c’est débile je ne sais pas comment exprimer ma haine sans grossiertés.
bref vous avez les yeux plein de sang, pourquoi ne pas faire un métier "normal" ?! sans tuerie ?
sabrina-18 chez hotmail.fr

le : 21 octobre 2007 par inconnu en réponse à Salvatore

Mon technicien hippophagique

pfff je pratique l’équitation depuis maintenant 3 ans alors moi qui adorée les chevaux quand j’était petite(maintenantaussi d’alleuire), alors excusée moi mais c’est un meurtre vous tuez des animaux et après vous les mangé alors si vous tuez tout les animaux il n’y aura plus d’animaux et après on crira famine . alors hein ..

par Jodylove - le : 19 octobre 2007

Mon technicien hippophagique

Je sais pas…
Je ne suis pas toucher par cet article
je trouve toujours l’idée de manger du cheval
équeurante car le cheval c’est un animal de compagnie
et puis, cet animal a était aimer…
par des jeunes cavaliéres qui croivent que leur tendre béstiole est dans le pré entreint de vivre
sa retraite…

NON A L’HIPPOPHAGIE !

Répondre à Jodylove

par inconnu - le : 12 décembre 2007

Mon technicien hippophagique

Je trouve cela terrible que les boucheries chevalines soient toujours présentent. Le cheval devient de plus en plus un animal domestique et on n’a pas idées de manger un animal qui porte se titre. Peu importe sa forme, son caractère, le cheval est la plus noble conquête de l’homme et je trouve cela impenssable de manger une bête aussi noble !

Répondre à inconnu

par inconnu - le : 12 décembre 2007

Mon technicien hippophagique

Je voudrais m’attarder sur un point qui me semble important : le boucher parle d’une viande très saine mais c’est sans compter la maladie nommée trichinellose qui est donnée par les vers que l’on trouve dans la viande de cheval et qui, je précise, peut tuer un humain.

Répondre à inconnu

par pbot - le : 13 mars 2008

Mon technicien hippophagique

Je ne comprends pas le degoût de certains Le cheval est au même titre que le pord ou le boeuf un animal et sa viande est succulente Le boeuf qui tirait la charrue aussi etait un animal sympatique. Le cochon elevé par la famille paysanne qui jouait avec les enfants qui s’y attachaient est tres sympa en jambon fumé. Allez, assez de betises. L’homme qui tue des hommes, qui pollue la terre qui a toujours fait plus de mal que de bien serait aux yeux de certains un infame gourmet qui adore cette viande. Et quand vous allez chez Machtruc grill ou hyppomachtruc, ca ne vous fait pas de la peine ce buean steak de 300 grames dans votre assiette ?
Assez d’hypocrisie. Vive la chevaline.

Répondre à pbot

par Romy Stratta - le : 22 juin 2008

Mon technicien hippophagique

Je trouve criminel de manger du cheval, qui est l’ami de l’homme, mais aussi du veau, de l’agneau, du mouton, du porc, du chevreau, du lapin, du poulet et de la dinde. En un mot, l’homme n’a pas besoin de trouver sa nourriture dans la viande. La viande n’est pas nécessaire à sa santé. Il est bien connu que si l’on devait se rendre dans un abattoir et non dans un supermarché pour acheter sa viande, personne n’en mangerait ! Je suis contre l’exploitation de l’animal par l’homme, pour quelque raison que ce soit. Contre l’expérimentation animale aussi. Les animaux devraient être respectés en tant qu’êtres vivants, qui ont les mêmes droits que les soi-disant humains.

Je ne mange plus du tout de viande. Je garde encore du poisson et des fruits de mer. Et les produits laitiers.

J’aimerais élever des chèvres, mais jamais je ne vendrai un chevreau. Je limiterai simplement le nombre d’animaux et ne ferai pas porter une chevrette si cela n’est pas nécessaire. Je ferai de l’élevage pour le plaisir. Tant pis pour le lait et les fromages ! Des chèvres de compagnie, cela me semble merveilleux !

Romy Stratta

Répondre à Romy Stratta

par brice - le : 8 mars 2013

Mon technicien hippophagique

Bravo pour votre excellent article !!! En effet la viande cheval est excellente et elle est , et de loin , la viande la plus saine qui soit !!!
Juste une petite remarque , on n’a jamais abattu de chevaux à La Villette !!! Les chevaux , les mulets et les ânes étaient abattus aux abattoirs de Vaugirard rue Brancion dans le XVème .

Brice Jacques

Répondre à brice

le : 11 mars 2013 par Salvatore en réponse à brice

Mon technicien hippophagique

Bonjour Mr Brice,

Merci pour cette précision, nous avons ajouté votre remarque dans l’article.

S.Ursini
La Ville des Gens

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Circul’Livre - Lecture citoyenne

Circul’Livre consiste à mettre gracieusement des livres à la disposition des habitants (...)

MUSÉE DE L’ABSINTHE

Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, (...)

La Plaine Monceau

La visite guidée de la plaine Monceau, initiée par les frères Péreire, vous éblouira par (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

A la recherche du vieux Belleville et de ses (...)

Voici une vidéo tirée du projet "Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?", de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 30 juin 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : mercredi 16 août
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
Circul’Livre consiste à mettre gracieusement des livres à la disposition des habitants en leur (...)
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001 Audrey Tautou, métro Abbesses, photogramme. Coll. Jean-Pierre Jeunet
S’il est un lieu qui résume à lui seul Paris, c’est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres (...)
16 spectacles ! Des représentations tous les jours. Chaque été depuis onze ans à Paris, en (...)
Du petit bout de chou qui ne veut pas quitter sa tétine au grand bout de chou qui veut déjà son (...)