Portrait de résistant

2242 visites sur cet article

René Le Prévost, prisonnier de guerre évadé et résistant.

Une mémoire vive du 19e arrondissement.

JPEG - 141.5 ko


René Le Prévost, est né le 19 septembre 1918 à Paris dans le 10e arrondissement. Il a moins de 20 ans, lorsqu’il est appelé à effectuer son service militaire, d’une durée de 2 ans à l’époque. La guerre éclate et René Le Prévost se trouve immédiatement engagé dans les combats contre les troupes allemandes qui envahissent la Belgique en 1939.

Alors que Pétain appelle à déposer les armes le 17 juin 40, l’unité de René Le Prévost continue à se battre. Le 26 juin, il est fait prisonnier à Verdun, puis transféré à Bathorm en Allemagne.

Pendant deux ans, il subit le sort des prisonniers loin de leurs familles et, à deux reprises, il tente de s’évader. Il est menacé d’être déporté dans un camp de représailles à Rawa-Ruska près de la frontière polonaise.

Il apprend par de vieux journaux enveloppant des colis, la mort des otages de Châteaubriant et parmi eux des syndicalistes qu’il connaît bien. Il décide alors de tenter une troisième évasion pour rejoindre le combat de la Résistance mené par ses camarades.

C’est à la faveur d’une corvée à l’extérieur du camp, qu’il réussit à s’enfuir en avril 1942. Il rejoint Paris après un trajet de plus de 100 kilomètres jalonnés de biens des difficultés.

Il prend très vite des contacts avec la Résistance et se voit confié des responsabilités dans la région Paris Nord. Il est doublement recherché, comme prisonnier de guerre évadé et comme résistant, René Le Prévost devient un combattant clandestin jusqu’à la libération de Paris à laquelle il participe activement dans le 19e arrondissement.

Après la libération, il occupe notamment un emploi de technicien au sein du groupe Antargaz. René Le Prévost, militant communiste dans son quartier du 19e, est aussi un responsable syndical dans son entreprise. Il dirige jusqu’en 1952, le centre de vacances de Baillet, qui accueille les familles des métallurgistes. Par solidarité, ce centre recueille aussi des enfants de républicains espagnols réfugiés en France et des enfants de mineurs à la suite des grandes grèves de 1948.

C’est à partir de sa retraite, que René Le Prévost s’engage totalement dans le travail de mémoire de la Résistance. Cette période l’a marqué à vie, nombre de ses camarades dans cet arrondissement populaire du 19e ont payé de leur existence leur combat contre l’occupant et les collaborateurs de Vichy.

Président du comité du 19e de l’ANACR, l’Association des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance, il va inlassablement mener l’action dans l’arrondissement et auprès des pouvoirs publics pour la pose de plaques en hommage aux résistants morts pour la France.

Il va tisser un solide réseau auprès des enseignants de l’arrondissement avec lesquels de nombreux témoignages de résistants, et particulièrement du sien, vont être organisés devant les collégiens et lycéens du 19e et bien au-delà à Paris.

Avec l’ANACR et sous son autorité, un livre sur la Résistance dans le 19e a été édité, Il constitue aujourd’hui une référence précieuse et unique sur les événements qui se déroulèrent dans cet arrondissement sous l’occupation.

Le contenu de ce livre a permis, par la suite, la création d’un mémorial virtuel dédié aux résistants du 19e sur le site internet « La ville des gens ».

Toute cette activité, menée par le comité ANACR présidé par René Le Prévost, a constitué le pilier d’un travail mémoriel important mené dans l’arrondissement, soutenu par la municipalité ou initié par elle.

René Le Prévost est décédé le 1er mai 2015 dans sa 97e année. Lors de la cérémonie du 70e anniversaire de la capitulation allemande le 8 mai, un émouvant hommage lui a été rendu par M. François Dagnaud maire du 19e.

Monsieur Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, auprès du ministre de la Défense, a également salué René Le Prévost « cet homme qui n’a cessé de s’engager tout au long de sa vie, d’abord au combat pour défendre son pays et, après la Libération, comme militant associatif et syndicaliste ».



ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - Escalier 1 - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
Partagez cet article :

Localisation : René Le Prévost, prisonnier de guerre évadé et résistant.

33 Rue Compans

- Paris - 75019.

Zoom

Réactions
par renald - le : 1er septembre 2016

René Le Prévost, prisonnier de guerre évadé et résistant.

un amical salut à la mémoire de René ainsi qu’a Josette et aux filles. fraternellement Rinaldo

Répondre à renald

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

MUSÉE DE L’ABSINTHE

Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre 2017 Image (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : mardi 21 novembre
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001 Audrey Tautou, métro Abbesses, photogramme. Coll. Jean-Pierre Jeunet
S’il est un lieu qui résume à lui seul Paris, c’est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres (...)
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
Les vidéos des gens : Claude Bourguignon, agronome Claude Bourguignon parle de la (...)
Le mémorial de la Résistance se met au numérique sur la Ville des Gens. Dans le cadre de la (...)
Dans le cadre de l’exposition "Paris Libéré, Paris Photographié, Paris Exposé", proposée au musée (...)