Portraits de résistants

14366 visites sur cet article

Serge GRIVILLERS

19ème arrondissement de Paris

Serge Grivillers.Serge Grivillers habitait avec sa femme et son fils au 19 rue de Nantes dans le 19è arrondissement. À cette adresse, une plaque apposée sur l’immeuble indique que Serge Grivillers fut torturé et pendu par les nazis le 21 juillet 1944 à l’âge de 35 ans.

Il fut mobilisé en 1939 à la déclaration de la guerre en tant qu’affecté spécial dans l’usine d’optique de précision où il travaillait comme ouvrier métallurgiste.

Dès sa démobilisation après l’armistice, du fait de ses engagements politiques et syndicaux, il assume notamment des responsabilités au syndicat des métaux et milite au Parti Communiste Français dans le quartier Amérique, il rejoint rapidement ces organisations devenues clandestines.

Militant connu, il est vite repéré par la police et traqué par la Gestapo, Serge Grivillers doit quitter précipitamment son domicile avec sa femme et leur fils pour échapper à l’arrestation, abandonnant logement et travail.

La famille se replie à Chevaigné, à 15 kilomètres au nord de Rennes en Ille-et- Vilaine. Il se voit confier dans ce département d’importantes responsabilités au sein du mouvement de résistance le « Front National de Lutte Pour la Libération de la France ».

En 1944, il rejoint le maquis d’Eréac dans les Côtes du Nord. A l’approche de l’insurrection nationale en juillet 1944, désigné pour une mission particulièrement dangereuse dans la région de Saint-Malo, il disparait tombé aux mains de l’ennemi.

Ce n’est que le 7 novembre 1944 que son corps sera retrouvé parmi 55 résistants massacrés dans l’un des charniers laissés par les allemands dans ce département, celui du lieu dit « La Butte Rouge » sur la commune de l’Hermitage-Lorge près d’Uzel.

La Médaille de la Résistance fut attribuée à Serge Grivillers à titre posthume le 7 décembre 1971
 
Il était né le 16 août 1909 dans une petite localité du nord de la France à Bruay-sur-Escault.

Une plaque à son nom a été apposée au 16, rue de Nantes (19ème) où il habitait.

En savoir plus : http://almrd22.fr/La-Butte-Rouge-a-L-Hermitage-Lorge

En savoir plus : http://almrd22.fr/Serge-Grivillers-parmi-55-victimes



ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
Partagez cet article :

Localisation : Serge GRIVILLERS

19 Rue de Nantes

- Paris - 75019.

Zoom

Réactions
par GRIVILERS SERGE JEAN - le : 12 février 2014

Serge GRIVILLERS

GRIVILLERS Serge, dit Yves Le Cornec ou Paul Darcet
Né le 16 août 1909 à Bruay sur l’Escaut (Nord), exécuté fin juillet 1944 à L’Hermitage-Lorge (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; tourneur ; militant communiste de Paris ; responsable du Front National en Ille-et-et-Vilaine.

Né de père inconnu, Serge Grivillers perdit sa maman en 1915 tuée pars les soldats allemands occupant le Nord de la France (Circonstances). Devenu pupille de la Nation, il fut confié à son frère qui lui permit d’apprendre le métier de tourneur. Marié (en ??) avec Andrée (Nom de jeune fille), née (date) à Fère-en-Tardenois (Aisne), ouvrière fer-blantière, le couple eut un enfant, Serge Grivillers, née en 1933 (Date). Installé à Paris, il milita au PCF à la cellule Améric dans le XIXe arrondissement. Son épouse était également une militante du PCF. En 1939 Serge Grivillers fut rappelé comme affecté spécial dans l’usine d’optique de précision où il travaillait. Resté en contact avec le PC clandestin, il intégra les structures du Front National en 1941. Repéré par la police et traqué par la Gestapo le couple dut quitter Paris dans la précipitation abandonnant logement et travail.
La famille se replia à Chevaigné, à 15 kilomètres au nord de Rennes en Ille-et-et-Vilaine. Serge Grivillers se présenta comme agent d’assurances, mais en fait assurait d’importantes responsabilités au sein du Front National en contact avec Louis Pétri, alias Loulou. En 1944, il rejoignit le maquis d’Eréac dans les Côtes-du-Nord. Il était connu sous deux identités : Yves Le Cornec dans les Côtes-du-Nord et Paul Darcet ou Darcey en Ille-et-et-Vilaine. Proche de Bertrand Collery, il fut contacté pour prendre le poste de responsable du Front National en Ille-et-et-Vilaine. Pendant des mois il sillonna à pied et à bicyclette le département créant des comités locaux du Front National.
Parti le 22 juillet 1944 dans la région de Saint-Malo pour effectuer une mission, il ne revint pas à son domicile. Cependant une lettre glissée d’un camion allemand fut retrouvée à Plessala (Côtes-du-Nord). Andrée Grivillers regagna alors Paris avec son fils craignant d’être arrêtée. Lors la découverte du charnier de l’Hermitage-Lorge, près d’Uzel, le 7 novembre 1944, Bertrand Collery reconnut son ami dans une de ces horribles fosses qui constituaient le charnier d’Uzel. Il ne fut pas possible de préciser la date et les circonstances de son exécution.
Une plaque portant son nom fut apposée au numéro 16 de la rue de Nantes dans le XIX e arrondissement.

GRIVILLERS SERGE JEAN FILS DE GRIVILLERS SERGE ÉMILE

Répondre à GRIVILERS SERGE JEAN

le : 13 février 2014 par Salvatore en réponse à GRIVILERS SERGE JEAN

Serge GRIVILLERS

Bonjour M.Grivilliers,

Je vous remercie pour votre témoignage et de toutes ces précisions sur la vie de votre père, j’ai transmis votre message aux responsables de l’Association des Anciens Combattants et Amis(es) de la Résistance (ANACR) du 19ème, Messieurs Endewelt et Le Prévost qui sont à l’initiative de cet article, ils ne manqueront pas d’entrer en contact avec vous et si vous le souhaitez bien entendu, nous pourrons compléter l’article.

Je reste à votre disposition pour tout renseignement.

Bien cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens - info chez des-gens.net

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

L’Île Saint-Louis

Claude Marti, guide touristique et conférencier, vous propose régulièrement des visites (...)

Créateur de masques, un métier d’art

Les 1er et 2 avril prochain de 15h à 20h, dans le cadre des Journées Européennes des (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

A la recherche du vieux Belleville et de ses (...)

Voici une vidéo tirée du projet "Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?", de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 8 Janvier 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Le Funiculaire de Belleville

Ce texte est un résumé de la conférence présentée dans les locaux de l’URA le 9 février (...)

Les sorties : jeudi 30 mars
Cette série de peinture a été réalisé dans l’atelier de l’Openbach durant 2 mois, à la base il n’ y (...)
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit plongeon (...)
« Le » Skatepark de Paris Le plus grand parc de glisse urbaine ! Amateurs de glisse en tous (...)
Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, reconnue (...)