Portraits de résistantes

1360 visites sur cet article

Simone Sampaix

19ème arrondissement de Paris

L’une des plus jeunes du groupe des mouflets. Simone Sampaix est née le 14 juin 1924 à Sedan dans les Ardennes. À 8 ans, elle arrive à Paris avec ses parents, ils vont habiter au 25 rue Émile Devaux dans le 19ème arrondissement. Simone est la fille du journaliste Lucien Sampaix fusillé le 15 décembre 1941 (voir dans la suite de ce mémorial).

Alors que Lucien Sampaix est à la prison de la Santé où il a été enfermé après son arrestation, Simone annonce à son père sa décision de prendre son relai dans la Résistance. Elle est déjà depuis le début de l’occupation, en relation avec « les mouflets » et la Résistance commence à s’organiser.

Simone Sampaix va faire partie, avec deux autres jeunes, André Biver et Isidore Grinberg, d’un petit groupe de trois comme le voulaient les règles de sécurité d’une activité clandestine voulue par la Résistance.

Simone transporte des journaux, des tracts. Puis vient le moment des actions armées contre l’occupant où elle est agent de liaison et transporte aussi parfois des armes.

Le jour où les allemands fusillent son père, c’est une immense émotion dans tout ce quartier populaire du 19ème. Simone a évoqué ce moment terrible où, avec ses camarades, elle participe à la dénonciation de ce crime contre son père :

« Des tracts avaient été tirés dans la nuit, nous les avons distribués le soir suivant dans les boîtes aux lettres et collés sur les murs, partout où mon père était connu, place des fêtes, rue des Bois, rue Émile Desvaux, rue de Romainville, rue des Lilas et jusqu’à la place du Télégraphe. »

Le 10 mai 1942, Simone Sampaix avait un rendez-vous avec André Biver et Isidore Grinberg. Elle ignorait qu’ils venaient d’être arrêtés.

Elle fut arrêtée à son tour 3 jours plus tard alors qu’elle se rendait à un lieu de repêchage pour tenter de reprendre le contact avec ses deux jeunes camarades.

Cet endroit était malheureusement déjà piégé par la police. Conduite d’abord au dépôt de la Préfecture de Police, Simone fut amenée au Fort de Romainville le 27 août 1942 où elle séjourna jusqu’au 23 janvier 1943.

Le 24 janvier au petit matin, 229 femmes dont Simone, partaient en camion jusqu’à Compiègne d’où un train devait les transporter en Allemagne. Ce convoi de résistantes était destiné au camp d’Auschwitz.

Simone avait à peine 18 ans lorsqu’elle posa le pied dans cet enfer. Elle y vécu une vie de bagnard, dans un froid terrible avec la faim et des conditions morales et physiques inhumaines. Souvent malade, au seuil de la mort, elle réussit à survivre grâce à la solidarité interne des détenues.

Le 2 août 1944, Simone avec d’autres déportées, fut transférée au camp de Ravensbrück au cours d’une marche forcée. Enfin libérée par les troupes alliées, Simone Sampaix fut rapatriée le 10 juin 1945.

Sur les 229 femmes de ce convoi, seules 49 avaient survécu.

Simone Sampaix est décédée le 28 août 1998 à Lurscy-Lévis (Allier) où son nom a été donné à une allée de cette ville le 8 mai 2005, jour anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie.

André Biver et Isidore Grinberg ont tout deux péri, condamnés à mort après leur arrestation.



ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris

En savoir plus : ANACR 19ème

Touts droits réservés © ANACR

Toute reproduction partielle ou totale de cet article hors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’association ANACR 19ème ou de la Ville des Gens : info chez des-gens.net - 01 77 35 80 88.
Partagez cet article :

Localisation : Simone Sampaix

25 Rue Emile Desvaux

- Paris - 75019.

Zoom

Réactions
modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Les Piscines Municipales

De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit (...)

Les Compagnons Charpentiers des Devoirs du (...)

Tour de France ? Il ne s’agit nullement ici de vélo, mais d’une tradition qui remonte à (...)

MUSÉE DE L’ABSINTHE

Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

Cour de la Métairie

Rédaction initiale : 2013 ; révision au 11 octobre 2017. Si étonnant que cela puisse (...)

La « descente de la Courtille »

Attention, rédaction en cours de révision. Chantier ouvert le 31 octobre 2017 Image (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : mardi 21 novembre
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001 Audrey Tautou, métro Abbesses, photogramme. Coll. Jean-Pierre Jeunet
S’il est un lieu qui résume à lui seul Paris, c’est bien Montmartre. Les écrivains et les peintres (...)
Vous êtes chineurs, collectionneurs ou tout simplement curieux ? De nombreuses villes vous (...)
Les vidéos des gens : Claude Bourguignon, agronome Claude Bourguignon parle de la (...)
Le mémorial de la Résistance se met au numérique sur la Ville des Gens. Dans le cadre de la (...)
Dans le cadre de l’exposition "Paris Libéré, Paris Photographié, Paris Exposé", proposée au musée (...)