Ces anonymes qui ont donné leur vie

23160 visites sur cet article

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Des noms de résistants morts pour la France ont été donnés dans tous les quartiers du 19ème arrondissement. Voici leur histoire écrite à ce jour par l’association des anciens combattants et ami(es) de la Résistance du 19ème (extraits du livre édité par l’association).

2 stations de métro.
9 places et rues du 19ème.
46 plaques apposées sur des immeubles pour honorer 86 résistants fusillés ou morts en déportation.
Divers lieux publics.

De nouveaux portraits seront ajoutés régulièrement à cet article



René LE PRÉVOST

Prisonnier de guerre évadé et résistant, une mémoire vive du 19e arrondissement.

JPEG - 43.1 ko

René Le Prévost, est né le 19 septembre 1918 à Paris dans le 10e arrondissement. Il a moins de 20 ans, lorsqu’il est appelé à effectuer son service militaire, d’une durée de 2 ans à l’époque. La guerre éclate et René Le Prévost se trouve immédiatement engagé dans les combats contre les troupes allemandes qui envahissent la Belgique en 1939.

Alors que Pétain appelle à déposer les armes le 17 juin 40, l’unité de René Le Prévost continue à se battre. Le 26 juin, il est fait prisonnier à Verdun, puis transféré à Bathorm en Allemagne.

Pendant deux ans, il subit le sort des prisonniers loin de leurs familles et, à deux reprises, il tente de s’évader. Il est menacé d’être déporté dans un camp de représailles à Rawa-Ruska près de la frontière polonaise.
Suite de l’article : René Le Prévost


Le colonel FABIEN et Andrée GEORGES

JPEG - 18.7 ko
La station de métro et la place du Colonel Fabien sont situées au carrefour de 2 arrondissements : Le 10è et le 19è arrondissement. Ce nom a remplacé celui de « Combat » porté avant la guerre par ces mêmes endroits.

Le Colonel Fabien, de son vrai nom Pierre Georges, est né le 21 janvier 1919 à Paris dans le 19è arrondissement. Il habitait au 100 Boulevard se la Villette, immeuble sur lequel est aujourd’hui apposée une plaque évoquant sa mort sur le Front d’Alsace, à Habsheim près de Mulhouse, le 27 décembre 1944.

Pierre Georges commence à travailler très jeune, tout d’abord comme apprenti boulanger…

Suite de l’article : Le colonel Fabien et Andrée Georges


Angèle MERCIER

Résistante morte en déportation à Auschwitz le 1er mars 1943.

Son nom a été donné au Centre d’animation Solidarité situé : 133-135, Boulevard Sérurier.

Angèle Mercier était originaire de Chaumes en Brie en Seine et Marne. Elle était gérante d’un petit hôtel situé au 3-5 rue de Lunéville dans le 19è arrondissement où elle était venue résider. Son compagnon, Pierre Landrieux, un militant antifasciste, s’était engagé volontaire dans les brigades internationales en 1936 aux côtés des républicains espagnols victimes du coup de force militaire du général Franco.

Angèle Mercier participa elle aussi à ce grand élan populaire de solidarité en France. Pierre Landrieux écrira dans ses mémoires : « C’était une chrétienne très sincèrement attachée à ses convictions et d’une approche très sensible…

Suite de l’article : Angèle Mercier


Michel TAGRINE

En 1998, le nom de Michel Tagrine fut donné à la petite ruelle qui monte en escalier vers la Butte Bergeyre (proche de la rue Georges Lardenois).

Jeune résistant de 22 ans, Michel Tagrine a été tué le 25 août 1944 durant l’insurrection parisienne lors d’une attaque contre la caserne de la place de la République occupée par l’armée allemande. Il était lieutenant FTP-FFI.

Né à Paris Le 26 mai 1922, il était entré dès 1940 dans un groupe de résistance d’étudiants, il n’avait que 18 ans.

C’est en 1944, qu’il rejoint les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) avec lesquels il participe à diverses actions, récupérations d’armes, délivrance de prisonniers à l’hôpital Tenon, récupération de tickets d’alimentation à la mairie du 8è arrondissement…

Suite de l’article : Michel Tagrine


Mihran (Michel) MAVIAN

Résistant arménien de la MOI (1900-1983).

JPEG - 79.7 ko

Mihran (Michel) Mavian est né en juillet 1900 à Ada-Bazar (Turquie) de parents arméniens. Il termine ses études au Lycée d’Ada-Bazar (Terminale) et a l’intention d’entreprendre des études de médecine lorsque le gouvernement ottoman de Turquie décide en 1915 la déportation des arméniens pour les exterminer. Toute la famille Mavian est déportée vers la Syrie, les parents de Mihran et l’une de ses sœurs trouvent la mort dans les déserts.

Après des pérégrinations de pays en pays, Mihran Mavian arrive à Marseille puis à Paris en 1926 où il suit des cours de bottier-modéliste, obtient le diplôme et travaille chez les fabricants de chaussure du quartier de Belleville (19e-20e arrondissements)…

Suite de l’article : Mihran Mavian


Henri BAJTSZTOK

Son nom a été donné à la salle de conférence du Lycée Technologique Diderot (61, rue David d’Angers)

Henri Bajtsztok est né le 23 octobre 1923 dans une famille de travailleurs juifs immigrés. Il poursuivait des études d’électricité à l’école Diderot, à l’époque située Boulevard de la Villette.

Henri Bajtsztok, s’engage à 18 ans dans la Résistance avec les FTP (Francs-Tireurs et Partisans). Il participe notamment à des actions contre des trains militaires allemands…

Suite de l’article : Henri Bajtsztok


Charles TILLON

Charles Tillon, personnage hors du commun, est né le 3 juillet 1897 à Rennes (Ile et Vilaine), il est mort le 13 janvier 1993 à Marseille.

Sa notoriété commence avec les mutineries des marins de la mer Noire en 1919. Quartier-maitre sur « Le Guichen », il est condamné à 5 ans de travaux forcés, mais il est libéré au bout de 5 mois à la suite des campagnes qui se produisent pour la libération des mutins…

Suite de l’article : Charles Tillon


France BLOCH

Plaque à sa mémoire apposée au 1, avenue Debidour.

France Bloch est née à Paris le 21 février 1913. Elle était la fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch.

Ingénieur chimiste, elle met ses connaissances au service de la Résistance et en 1940, en liaison avec le colonel Dumont, elle installe un petit laboratoire avenue Debidour près de la place du Danube dans le 19è arrondissement. France Bloch y fabrique des explosifs pour l’action armée des « Bataillons de la Jeunesse ».

Pierre Georges, le futur colonel Fabien, viendra souvent s’y « ravitailler ». Elle remet aussi en état des armements utilisés par les francs-tireurs dont beaucoup sont des jeunes communistes du 19è…

Suite de l’article : France Bloch


Henri NOGUERES

Homme politique, journaliste, avocat, résistant et président de la Ligue des Droits de l’Homme de 1975 à 1984, Henri Noguères est né le 13 novembre 1916 à Bages dans les Pyrénées Orientales. Il est mort le 15 novembre 1990.

La rue Henri Noguères fut inaugurée le 6 juin 2003 - (Rue située entre le 45 avenue Jean Jaurès et le quai de la Loire)

Mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier et détenu pendant un an en Allemagne puis rapatrié pour raison sanitaire. Henri Noguères s’engage dans la Résistance avec le Comité d’Action Socialiste de la zone nord le (CAS)…

Suite de l’article : Henri Noguères


Gabriel PIORO

Président du Comité de Libération du 19è arrondissement, Gabriel PIORO est né le 21 mars 1899 à Paris. Professeur agrégé d’histoire, il enseigne à Paris et en province et aussi à l’étranger en Pologne et en Égypte.

Une plaque commémorative a été apposée au 14 rue des Annelets.
Une autre plaque, est également présente en haut de l’escalier d’honneur de la mairie du 19ème.

C’est au début de l’année 1942 qu’il entre dans la Résistance avec le « Comité de Libération Universitaire » et en juin 1943 il rejoint les « Francs Tireurs et Partisans » en région parisienne avec le « Front National de Lutte pour l’indépendance Nationale »(…)

Gabriel PIORO devient le Maire du 19ème libéré, il le restera jusqu’en 1950…
Suite de l’article : Gabriel Pioro


Fanny LADSKY

Fanny Ladsky, jeune bachelière, s’était engagé dans la Résistance dès les premières heures de l’occupation. Elle était déjà avant la guerre une militante active de l’organisation « l’Union des Jeunes Filles de France ».

La plaque du 26 rue de Meaux rappelle que Fanny LADSKY, née le 31 août 1914 est morte pour la France.

Ses convictions antifascistes l’avaient conduite naturellement à poursuivre cet engagement contre l’envahisseur nazi, malgré les risques encourus…

Suite de l’article : Fanny Ladsky


Jean-QUARRE

Une petite rue part de la rue du Docteur Potain et vient rejoindre la place des fêtes, elle porte le nom de ce jeune résistant, Jean QUARRÉ, fusillé par les allemands.

Jean Quarré était né le 22 septembre 1919 à Paris dans le 10ème arrondissement. Il était encore un jeune enfant lorsque sa famille, madame Quarré et ses trois enfants, vinrent habiter au 27 rue du docteur Potain dans le 19è arrondissement.

Jean QUARRE - Arrêté le 28 janvier 1942 - Condamné à mort le 15 avril 1942 - Fusillé le 17 avril 1942

Suite de l’article : Jean-Quarre


Suzanne MASSON

Née à Doullens dans la Somme le 10 juillet 1901. Décapitée à la prison de Hambourg le 1er novembre 1943. À 23 ans elle entre au bureau d’études des usines RATEAU à la Courneuve. Elle y occupe un poste de technicienne en dessin industriel ; c’est la seule femme à ce niveau de qualification à cette époque…

…En 1936, elle loue un studio avec un jardinet attenant, au 95 Bd. MacDonald dans le 19è arrondissement. On la connait bien dans ce quartier, militante communiste, activité qu’elle partage avec ses responsabilités de secrétaire-adjointe de la section syndicale des employés, techniciens et cadres chez RATEAU(…)

14 mai 1950, pose d’une plaque commémorative sur la façade du 95, boulevard Mac Donald (75019).
Suite de l’article : Suzanne Masson


Corentin CARIOU

L’avenue qui commence au Pont de Flandre dans le 19è arrondissement, porte le nom de Corentin Cariou.

À cet endroit se trouve la station de métro de la ligne n° 7 portant également le nom de ce résistant fusillé par les nazis en 1942. Qui était Corentin Cariou ? (…)

Suite de l’article : Corentin Cariou


Maurice RIPOCHE

Fondateur du Mouvement de résistance « Ceux de la Libération ».
Condamné à mort, exécuté en Allemagne le 20 juillet 1944. Maurice Ripoche était né en mars 1895. Il s’était engagé volontaire dans le génie en 1916 et a été pilote de chasse de 1917 à 1918 en temps qu’officier de réserve durant la première guerre mondiale.

En 1920, il fonda l’entreprise industrielle « Fours électriques M. Ripoche ». L’usine était située 20, rue Manin et 33, rue d’Hautpoul(…)

Suite de l’article : Maurice Ripoche


Léon GOLDBERG

Léon Goldberg - L’un des 23 de l’affiche rouge - Fusillé le 21 février 1944

Né le 24 février à Lodz en Pologne, Léon Goldberg était venu très jeune en France avec sa famille.

Léon avait fréquenté l’école du 119, avenue Simon Bolivar et habitait 37 rue de Meaux.

Il s’était tenu jusqu’alors à l’écart de toute activité militante, mais confronté plus tard aux mesures prises contre les juifs par Pétain et l’occupant, il prit conscience de la nécessité de résister(…)

Suite de l’article : Leon Goldberg


André TOLLET

Une grande figure parisienne de la Résistance. Président du Comité Parisien de la Libération. André Tollet habitait place des fêtes dans le 19è arrondissement. Né à Paris le 1er juillet 1913, Il est décédé le 24 décembre 2001. Dès son plus jeune âge, il était entré en apprentissage et avait exercé la profession d’ouvrier tapissier.

Communiste et militant syndicaliste, il participe activement au mouvement social du Front Populaire de 1936. Il devient l’un des secrétaires de l’Union régionale des Syndicats parisiens.

Suite de l’article : André Tollet


Henri KRASUCKI

Henri Krasucki s’était engagé très tôt, dès l’occupation, dans la Résistance. Il fut parmi les premiers à mettre en place dans le 20ème arrondissement, puis dans tout Paris, des groupes de jeunes résistants avec le secteur juif de la M.O.I, qui devaient donner plus tard naissance aux FTP-MOI parmi lesquels les héros du groupe Manouchian.

Il eut lui-même la responsabilité, au plus haut niveau, d’organiser le passage à la lutte armée des jeunes volontaires de ce mouvement.

Suite de l’article : Henri Krasucki


Georges VALLET

Membre du Comité Militaire des FTP - Fusillé par les nazis le 9 juillet 1943, Georges Vallet est né en 1912, il habitait le "hameau" au 24 rue des Bois, près de la place des fêtes. Syndicaliste, il était responsable des syndicats de la confection pour dames de la région parisienne.

Suite de l’article : Georges Vallet


Lucien SAMPAIX

Journaliste fusillé le 15 décembre 1941, Lucien Sampaix habitait avec sa famille rue Émile Devaux. Sa notoriété dépassait le cadre de notre arrondissement ; journaliste à l’Humanité, il était connu pour ses nombreux articles dénonçant l’activité des milieux fascistes en France.

Mobilisé le 3 septembre 1939 à la déclaration de guerre contre l’Allemagne, l’autorité militaire l’affecte aux "compagnies spéciales de travailleurs français indésirables" du fait de son appartenance aux Parti Communiste Français alors interdit.

Suite de l’article : Lucien Sampaix


Thomas FOGEL

Thomas Fogel, écolier de 15 ans, jeune résistant, déporté et mort à Auschwitz. Thomas est né le 25 novembre 1925 à Paris. Il habitait avec ses parents au 127 avenue Simon Bolivar, à deux pas de l’école communale du 119 dont il fut l’élève(…)

(…)Thomas entre à son tour dans la Résistance, il a 15 ans. Il rejoint les groupes des jeunes juifs de la MOI du 19è. Cette organisation rassemble des étrangers et leurs enfants, souvent français, qui combattent dans la Résistance Nationale.

Suite de l’article : Thomas Fogel


Maurice REIMOND

Mort à Auschwitz. C’était un militant du "Secours Populaire". Maurice Reimond né dans l’Aisne en 1897, était un ancien combattant de la guerre de 1914-1918 décoré de la croix de guerre.

Ouvrier cordonnier, il consacrait son temps libre aux activités de solidarité du "Secours Populaire Français". Il fut notamment l’administrateur de "La Défense" le journal de cette grande organisation reconnue aujourd’hui d’utilité publique.

Cette association fut interdite, comme beaucoup d’autres, et ses militants pourchassés.
Suite de l’article : Maurice Reimond


Boris FRENKEL

Boris Frenkel : Officier de la 35è brigade des Francs-Tireurs et partisans de Toulouse. Mort au camp de Mauthausen. Boris Frankel, né à Paris le 22 février 1922, habitait 5, Square d’Aquitaine dans le 19ème arrondissement.

Sa famille quitta Paris en 1940 avant l’entrée des troupes allemandes dans la capitale et se réfugia dans le Sud-ouest où Boris pu poursuivre ses études à la faculté de médecine de Toulouse(…)

Suite de l’article : Boris Frenkel


Henriette THIEBAUT et Adrienne REPUSSARD

Deux Résistantes de la rue du Docteur Potain

Henriette THIEBAUT

Henriette Thiébaut était installée depuis l’avant guerre dans la boutique de « blanchisserie-teinturerie » située au 19bis de la rue du docteur Potain, dans le haut Belleville près de la place des fêtes(…)

Henriette Thiébaut fut arrêtée par la police en août 1941 et condamnée à 3 ans de prison. Elle fut décorée de la Croix de guerre à la libération.

Adrienne REPUSSARD

Adrienne Repussard habitait dans les HLM du 27, rue du docteur Potain, tout proche de la blanchisserie d’Henriette Thiébaut(…)

Militante communiste, elle fut arrêtée par la police le 1er décembre 1941 suite à ses activités clandestines dans lesquelles elle s’était engagée dès les débuts de l’occupation(…)



Les frères CADET

À proximité du parc des Buttes Chaumont, Au 82 rue de la Villette, une plaque évoque le souvenir de deux jeunes résistants habitant cet immeuble qui furent fusillés le 26 novembre 1942 au Mont Valérien.

Nés dans cette maison du 19è arrondissement, Maurice né le 26 mai 1920, ouvrier mécanicien, avait 22 ans et son frère Jean né le 30 janvier 1922, lui aussi ouvrier, n’avait que 20 ans lorsqu’ils tombèrent sous les balles de l’occupant.

Suite de l’article : Les frères Cadet


Gaston CHARLES

Gaston CHARLES est né le 28 décembre 1914 avec la première guerre mondiale. Il est mobilisé lorsque la guerre éclate de nouveau en 1939. Au printemps 1940, en Belgique où son unité a été envoyée, il participe courageusement aux combats et pendant toute la retraite, à Beauvais, dans la vallée de la Seine, et jusqu’à Orléans.

Suite de l’article : Gaston Charles


Albert DEBUT

Une cité résistante : les HLM du 20, avenue Mathurin Moreau - Paris 19ème

Les HLM du 10 au 12 avenue Mathurin Moreau, entourées de la rue des Chaufourniers, de la rue Turot et de l’avenue Simon Bolivar, portent des plaques à la mémoire de certains des résistants morts pour la France habitant cette cité.

Fernand Dubois, né le 23 octobre 1906, habitait les immeubles à l’entrée du 97 avenue Simon Bolivar. Il est mort en déportation à Mauthausen le 15 avril 1943. Une plaque est apposée à cette entrée.



Pierre SÉMARD

Pierre Sémard Résistant cheminot-otage fusillé le 7 mars 1942.

Pierre Sémard est né le 15 février 1887 à Bragny-sur- Saône dans une famille de cheminots. Devenu cheminots lui-même, Pierre Sémard s’engage activement dans le syndicalisme. Il devient le secrétaire général de la Fédération des cheminots CGT en juin 1921, de la Fédération des cheminots CGTU après la scission, puis de nouveau avec la CGT réunifiée en 1936…

Suite de l’article : Pierre Sémard


Georges TONDELIER

Il comparait avec d’autres résistants, pris dans d’autres affaires, devant un tribunal militaire allemand installé à la "MAISON DE LA CHIMIE" rue St. Dominique à Paris. Condamné à mort, il sera fusillé le 15 avril 1942.

Histoire d’un jeune de la cité HLM de l’avenue Mathurin Moreau Georges Tondelier est né le 6 mai 1921 à Paris. Il est arrêté au début de mars 1942 au cours d’une tentative de dépôt d’une bombe, contre une exposition de propagande allemande installée salle Wagram près de l’Étoile.


Suite de l’article : Georges Tondelier


Maurice KORZEC

Un jeune des HBM de la rue Alphonse Karr tombé à Marseille à l’âge de 19 ans.

Maurice Korzéc était né en 1924 à Herserange en Meurthe et Moselle, puis sa famille s’était installée à Paris dans le 19ème arrondissement au 37 rue Alphonse Karr(…)

C’est vers la fin novembre 1942, que Maurice Korzec entre dans la lutte armée à Marseille avec les FTPF…Il participe notamment en avril 1943, à l’attaque d’une caserne allemande, le 8 mai 1943 à la destruction des transformateurs alimentant des aciéries, Les 24 et 29 mai à la destruction de plusieurs locomotives et d’un dépôt d’essence en gare d’Arenc(…)

Suite de l’article : Maurice Korzec


Théodor KROLICZEK dit THÉO

Anti nazi allemand dans la Résistance avec la France.
Un citoyen du 19ème arrondissement

Théo habitait Hambourg en Allemagne où son père était docker. Nous sommes en 1933, Hitler était arrivé au pouvoir, Théo avait alors 18 ans et il appartenait aux "jeunesses chrétiennes".

En 1936, incorporé dans l’armée de l’air, il est désigné pour aller combattre avec la "légion Condor" aux côtés du général Franco contre la république espagnole.

Il décide alors, avec l’un de ses camarades, de fuir l’Allemagne nazie pour se rendre en France…
Suite de l’article : Theodor Kroliczek dit "Théo"


Charles MICHELS

Charles Michels - Fusillé le 22 octobre à Chateaubriand

Au 51 rue des Bois, près de la place des Fêtes, un petit immeuble et une plaque sur laquelle on peut lire : "ici habitait Charles Michels, député de Paris, secrétaire de la Fédération des Cuirs et Peaux, fusillés par les nazis à Chateaubriand le 22 octobre 1941".

Charles Michels est né le 6 mars à Paris dans le 13ème arrondissement. À 13 ans, il est apprenti chez le fabricant de chaussures Dressoir dont une des fabriques se trouvait rue Rebéval dans le 19ème.
Suite de l’article : Charles Michels


Marcelle MOSSINO

Marcelle Mossino demeurait au 26 rue des Alouettes, tout près des Buttes-Chaumont. Elle était très connue dans ce quartier du Plateau pour son activité de militante communiste.

Elle poursuivit cette activité clandestinement sous l’occupation en distribuant des tracts et des journaux interdits à la population du quartier avec un autre résistant communiste, Pierre Lacan, qui devait être arrêté et fusillé en 1942. Alors que ses deux enfants sont à l’école, la police vient perquisitionner son domicile l’arrête elle aussi.

Suite de l’article : Marcelle Mossino


Marcel CHAIGNEAUD

Dans la Résistance "Libération Nationale PTT"

Marcel Chaigneaud était entré en 1928 aux PTT (l’administration d’État des Postes-Téléphones et Télécommunications) et affecté plus tard à la Radiodiffusion Nationale alors l’une des branches des PTT.

C’est dans ce secteur des télécommunications, qu’il était entré dans la Résistance.

Démobilisé en juillet 1940, il est affecté à Marseille où s’était repliée la radio du fait de la guerre. Il y rencontre des collègues qui décident de fonder un réseau de résistance qu’ils appelleront "Marco Polo.

Suite de l’article : Marcel Chaigneaud


Abraham LISSNER

Les étrangers dans la résistance

Avec les francs tireurs parisiens de la main d’œuvre immigrée, les FTP-MOI.

Abraham Lissner habitait rue de Nantes dans le 19ème arrondissement. Né en Pologne en 1902, arrivé en France, il militait activement dans les milieux progressistes juifs, la section yiddish de la main-d’œuvre immigrée à Paris.

En 1937, il s’engage dans les Brigades Internationales en Espagne, et deux ans plus tard, après la défaite des Républicains, il revient en France(…)

Suite de l’article : Abraham Lissner


Raymond LEIBOVICI

Au n° 18-20 de la rue Rémy de Gourmond se trouvait la clinique du chirurgien Raymond Leibovici. À cet endroit aujourd’hui, le service psychiatrique du 19ème arrondissement a remplacé l’ancienne clinique.

En application de la législation antisémite de Vichy, le Conseil de l’ordre des médecins de la Seine lui notifie l’interdiction de pratiquer.

Suite de l’article : Raymond Leibovici


Yvonne VALLET et Georges URBINI

Deux combattants FTP du groupe Valmy. Ils étaient tous deux entrés très tôt dans la Résistance dans le domaine de l’information avant de passer à la lutte armée avec les Francs-Tireurs et partisans du groupe Valmy à Paris.

Yvonne Vallet habitait 10 rue Paul de Kock. Elle fut tout d’abord responsable de la répartition et de la distribution clandestine du journal « L’Humanité » pour plusieurs arrondissements de Paris(…)

George Urbini est né le 25 novembre 1907 à Baglia-Baden en Italie. Arrêté lui aussi, il est interné au fort de Romainville le 24 février 1943 puis déporté à Mauthausen le 23 mars 1943 d’où il sera libéré par les alliés le 5 mai 1945.

George Urbini était le chef du 3è détachement FTP du groupe Valmy.
Suite de l’article : Yvonne Vallet et Georges Urbini


Annette BAYAN

Une résistante de la première heure avec « L’Union des juifs pour la résistance et l’entraide » (UJRE). Annette Bayan est née en Pologne le 15 septembre 1907. Arrivée en France, elle habitait déjà avant la guerre au 6 boulevard d’Indochine dans le 19ème. Rescapée des camps, elle était revenue dans cet arrondissement où elle est décédée le 9 avril 1996.

Dès les premiers jours de l’occupation, elle s’était engagée dans la résistance à Paris avec les groupes du secteur juif de la MOI, combat qu’elle poursuivie à partir de mars 1943 avec l’UJRE.


Suite de l’article : Annette Bayan

Raymond REVIRON - La Résistance dans les services publics et à la mairie du 19ème

Raymond Reviron fonctionnaire, responsable de Libé-Nord, lieutenant FFI, titulaire de la Médaille de la Résistance, a joué un grand rôle dans l’organisation de la Résistance dans les services publics, à la Préfecture de la Seine et avec le groupe dit des « Buttes-Chaumont » à la mairie du 19ème.

Suite de l’article : Raymond Reviron


Madeleine RIFFAUD

Madeleine Riffaud est née à Paris le 23 août 1928. Elle a 18 ans quand elle s’engage dans la Résistance.

Elle participe tout d’abord à l’organisation d’un groupe du Front National pour la Libération de la France des Étudiants du Quartier Latin. Alors que les combats de l’insurrection à Paris se préparent, elle est appelée en juin 1944 à participer aux actions armées des FTP, les Francs Tireurs et Partisans

Suite de l’article : Madeleine Riffaud


Histoire d’un dépôt d’arme dans le 19ème. Les époux LEFEBVRE et Simone SCHLOSS

Le 7 avril 1942, un tribunal militaire allemand s’était installé à la Maison de la Chimie dans le 7è arrondissement pour y juger 28 résistants.

Parmi eux se trouvaient Marie-Thérèse et son mari Paul Lefèbvre. Ils étaient propriétaires d’un magasin de vélos situé Boulevard de la Villette.
Sous l’apparence de paisibles commerçants, ils avaient transformé leur boutique en dépôt d’armes, en atelier de réparation d’armement les plus divers.



Simon HERCENBERG

Il voulait s’engager avec la France Libre. C’est avec la Royal Air Force qu’il combattra.

Simon Hercenberg, jeune juif polonais, avait 18 ans en juillet 1940. Il habitait à l’époque au 38 bis rue Manin (anciennement « La Maison Maternelle »). Suite à l’appel du général De Gaulle, dit-il, il commence peu après l’arrivée des troupes allemandes dans Paris, avec quelques anciens camarades de l’école communale du 40 rue Manin, à lacérer des affiches allemandes, à coller des affichettes à leur place reproduisant des nouvelles entendues sur la radio de Londres.


Suite de l’article : Simon Hercenberg


Agenore et Albina DOLFI

Un couple d’antifascistes italiens
 
Des résistants de la première heure.

La famille Dolfi fuyant l’Italie fasciste sous le régime de Mussolini, avait trouvé asile en France en 1933. Elle s’était installée au 26, rue Rémy de Gourmont dans le 19è arrondissement. Un couple de militants antifascistes persécutés et qui ne pouvaient plus vivre dans leur pays.


Suite de l’article : Agenore et Albina Dolfi


Roger PILLET

Son nom a été donné à l’amphithéâtre du lycée professionnel Hector Guimard au 19 rue Curial.

Roger Pillet est né en 1902 à Châtel-Gérard dans le département de l’Yonne. Ouvrier Charpentier, militant syndical actif à la CGT, il devient secrétaire de la Fédération CGTU du bâtiment en 1930 et secrétaire régional du syndicat CGT du bâtiment parisien en 1935.

Suite de l’article : Roger Pillet


JACQUES GROSMAN

À 18 ans, il rejoint les maquis en Dordogne.

Les parents de Jacques Grosman étaient des juifs originaires de Pologne dont les 4 fils étaient nés en France. L’occupation allemande et les lois de Vichy vont placer cette famille, comme tant d’autres, dans des choix difficiles. Elle décide de ne pas se faire recenser, de ne pas porter l’étoile jaune et de quitter Paris pour la zone dite « libre », non encore occupée par les allemands.

La famille se retrouve en Dordogne où elle loue une petite maison à Thiviers. L’inquiétude est toujours présente, elle le sera d’autant plus lorsque les troupes allemandes envahiront la zone sud le 11 novembre 1942.

Suite de l’article : Jacques Grosman


MAURICE QUISFIX

Engagé à 20 ans en Angleterre avec la 2è DB du général Leclerc

Maurice Quisfix est né le 13 mars 1923 à Mitry-Mory en Seine et Marne. Trop jeune pour être mobilisé, il assiste à la défaite et à l’invasion des troupes allemandes. Il habite alors Bonneval en Eure et Loir dans la zone occupée. Maurice Quisfix entend l’appel du Général de Gaulle à la radio de Londres.

Rejoindre la France Libre devient sa volonté, il s’y prépare et recherche les moyens de partir pour l’Angleterre…
Suite de l’article : Maurice Quisfix


ROBERT LAMBOTTE

Déporté politique à Auschwitz, convoi du 6 juillet 1942.

Robert Lambotte est né à Paris le 11 décembre 1921. Il habitait au 2 rue Hassard dans le 19è arrondissement au moment de son arrestation.

Membre du Mouvement clandestin des Jeunesses Communistes dans ce quartier du Plateau, Robert Lambotte, avec Albert Masson et les frères Cadet qui seront arrêtés plus tard et fusillés, ils rédigent et diffusent dans tout ce quartier des petits journaux et des tracts contre le régime de Pétain et l’occupant. Ils participent à l’ébauche des premiers groupes qui entreprendront plus tard les débuts de l’action armée contre l’occupant…

Suite de l’article : Robert Lambotte


ARMAND DOSPITAL

Armand Dospital avait quitté Paris avec l’exode des parisiens fuyant l’arrivée de l’armée allemande dans la capitale.

Peu après, dès son retour, il avait rejoint ce groupe de jeunes du 19ème qui commençait à se concerter pour « faire quelques choses » et qu’on avait appelé plus tard « les mouflets » tant ils étaient jeunes. Armand Dospital avait 16 ans à peine.

Suite de l’article : Armand Dospital


CONSTANCE RAPPENEAU

JPEG - 29.7 ko

Constance Rappeneau Préfecture de police

Contance Rappeneau , dite « la mère My » est née le 3 janvier 1879 à Domecy-sur-Cure (Yonne), elle est morte le 17 février 1943 à Auschwitz.

Constance Rappeneau quitte très jeune sa région natale pour Paris où elle acquière un bar-restaurant situé au 121, boulevard Sérurier dans le 19ème arrondissement.

Suite de l’article : Constance Rappeneau


OCTAVE ET MARIA RABATÉ

Une vie de résistance contre la guerre et le fascisme et leur combat sous l’occupation.

La famille Rabaté habitait au 3 rue Emile Devaux dans le 19è arrondissement. Maria Rabaté sortie de l’École Normale en 1919 voulait se consacrer à l’enseignement. Octave Rabaté, très jeune, était devenu ouvrier ajusteur dans la métallurgie. Tous deux, militants communistes, vont activement s’engager dans les luttes politiques et syndicales de la période du « Front Populaire »…

Suite de l’article : Octave et Maria Rabaté


ANDRÉ SIBAUD

Du jeune résistant en Haute Loireau Conseil de Paris.

Né le 21 juin 1925 à Mayres dans le Puy de Dôme, André Sibaud s’était installé à Paris après la guerre où, jeune apprenti forgeron, il avait commencé une carrière de métallo. Les parents d’André Sibaud possédaient une ferme au village de Moranges près du puy en Velay.

La Résistance s’était organisée dans la région et la famille Sibaud s’y était activement engagée. La ferme devint un lieu de passage et d’accueil pour les résistants qui organisaient le maquis…
Suite de l’article : Andre Sibaud


SERGE GRIVILLERS

En 1939 à la déclaration de guerre, ouvrier métallurgiste, il est mobilisé en tant qu’affecté spécial.

Serge Grivillers habitait avec sa femme et son fils au 19, rue de Nantes dans le 19è arrondissement. À cette adresse, une plaque est apposée sur l’immeuble indiquant que Serge Grivillers fut torturé et pendu par les nazis le 21 juillet 1944 à l’âge de 35 ans.

Suite de l’article : Serge GRIVILLERS


Adrien DUFUMIER - Alfred MARINELLI - Camille DELATTRE

Adrien Dufumier (Julien, Alexis) était né le 26 septembre 1895 à Boulogne-sur-Mer dans le Pas de Calais. Il habitait à Paris dans le 19è arrondissement au 21, Avenue Simon Bolivar lors de son arrestation. Il exerçait le métier d’ouvrier zingueur.

Ancien combattant volontaire de la guerre de 1914-1918, il avait adhéré à l’Association républicaine des anciens combattants de Calais et en était devenu le secrétaire de la section locale. Il avait également adhéré au Parti communiste Français et le 12 novembre 1936, lors de la guerre d’Espagne, il s’était engagé comme volontaire pour combattre aux cotés des républicains espagnols…


Gabriel-Jean LAUMAIN

Postier fusillé au Mont Valérien.
Né le 4 novembre 1907 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), Gabriel Laumain s’était marié à Paris le 4 mars 1931 dans le 12è arrondissement.
Il était ambulant au bureau-gare de l’Est à Paris Xe en tant que chargeur de wagons-poste (fonction de manipulation des sacs postaux)

Suite de l’article : Gabriel Jean Laumain


Max SARCEY

À 17 ans avec les parachutistes de la France Libre

Max Sarcey est né à Paris en 1926, fils d’immigré juifs polonais il avait acquit la nationalité française en 1927. Il habitait avec ses parents dans le 19è arrondissement au 39 rue de Meaux où ses parents tenaient un petit commerce d’épicerie…

…Max Sarcey a 13 ans quand la guerre éclate. Et lorsque Paris est occupé par les troupes allemandes, il participe déjà avec son camarade d’école Thomas Fogel à des collages et des distributions de tracts hostiles à l’occupant…
Suite de l’article : Max Sarcey


LA FAMILLE MESSER

VICTOR MESSER, secrétaire du syndicat des travailleurs des abattoirs de la Villette (19è), mort en déportation le 12 avril 1945.

Victor Messer est né le 1er septembre 1901 à Paris dans le 10ème arrondissement. Mobilisé en septembre 1938 comme spécialiste des Chars lors du rappel des réservistes, libéré puis remobilisé le 26 août 1939 à la veille de la guerre. Fait prisonnier en juin 1940, il fut interné au stalag 2 A de Stettin en Poméranie. Et rapatrié sanitaire en mars 1941.

Il rejoint aussitôt la Résistance avec le mouvement syndical clandestin dont il est l’un des responsables aux abattoirs de la Villette et en région parisienne…
Suite de l’article : La famille Messer


Jean et Denise BUFFET

Ils avaient installé une petite imprimerie clandestine dans la cave de leur pavillon situé au 12, rue du docteur Potain dans le 19ème arrondissement.

Lorsque la guerre éclate en septembre 1939, Jean, ouvrier boulanger est mobilisé. Sa femme Denise quitte Paris avec ses trois enfants en direction de Nevers pour les mettre à l’abri dans la famille de Jean.
 
Ils se retrouvent dans la capitale en Juin 1940, c’est l’armistice et Paris est occupé par l’armée allemande.
Suite de l’article : Jean et Denise Buffet


JPEG - 22.5 ko

Pierre KALDOR, avocat et son épouse Charlotte Kaldor dans la Résistance

Ils habitaient la rue Rémy de Gourmont au lieu dit le stade de la Butte Bergeyre dans le 19è arrondissement.

Interné pour des raisons politiques en 1939 à la prison de la Santé à Paris, il est communiste, Pierre Kaldor est évacué sur la maison d’arrêt de Bourges alors que l’armée allemande arrive aux abords de la capitale.

Le 28 juin 1941, il est transféré à la centrale de Clairvaux dans l’Aube. Des otages choisis parmi les détenus vont y être fusillés par les allemands entre 1941 et mai 1942. Pierre Kaldor risque tous les jours de subir à son tour le même sort.
Suite de l’article : Pierre et Charlotte Kaldor


JPEG - 48.3 ko

Charles BOUR

Commandant des FFI dans l’insurrection de Paris (19-25 août 1944)

Charles Bour, dit commandant Baron, fut le dirigeant de l’insurrection pour le sous-secteur Nord de Paris qui comprenait les 3è, 4è, 10è et 19è arrondissement.

Son état-major s’était installé au 36 rue de Crimée où se trouve actuellement apposée une plaque commémorative.
 
Charles Bour était né en mars 1902, il est mort en 1952.
Suite de l’article : Charles Bour


JPEG - 46.6 ko

Jules Dumont

Fusillé au Mont Valérien en 1943

Jules Dumont était né à Roubaix le 1er janvier 1888. Ancien combattant de la guerre 14-18, militant communiste et profondément antifasciste, il s’était engagé comme volontaire dans les Brigades Internationales qui combattirent en Espagne auprès des républicains espagnols contre le général Franco.

Dès l’occupation allemande en 1940, Jules Dumont rejoignit la Résistance qui commençait à s’organiser, puis devint l’un des membres du Comité Militaire National des Francs-Tireurs et Partisans (FTP) à leur création sous le pseudonyme de « colonel Paul ».
Suite de l’article : Jules Dumont


JPEG - 81.6 ko

Robert MENSION

Robert Mension est né le 14 juillet 1906 à Paris. Très tôt attiré par le sport, il le pratiquait et militait en faveur de son développement dans les milieux populaires.

En 1934, il fut élu secrétaire général de la FSGT (Fédération Sportive et gymnique du travail).

Ouvrier du bâtiment, il eut aussi des responsabilités importantes dans son syndicat.

Suite de l’article : Robert Mension


JPEG - 99.2 ko

Ezer (Gilles) NAJMAN

Ézer Najman et son épouse habitaient avenue Jean Jaurès dans le 19è arrondissement.
 
Il était né en 1921 à Wierusow en Pologne. Sa famille s’était installée à Lyon à leur arrivée en France en 1930.

En 1936, il part seul à Paris pour entrer en apprentissage et apprendre le métier de tailleur, mais en 1940, la guerre le jette sur les routes de l’exode avec la population parisienne. Après bien des difficultés, il finira par rejoindre sa famille à Lyon…

Suite de l’article : Ezer (Gilles) Najman


JPEG - 37.6 ko

Jeanne BORZAKIAN

Responsable « technique » dans la Résistance MOI.
 
Titulaire de la croix du combattant volontaire de la Résistance

Jeanne Borzakian est née en Pologne le 14 décembre 1918. Arrivée en France avec ses parents en 1928, scolarisée aussitôt, elle quittera l’école à 12 ans et demi, soucieuse d’aider à subvenir aux besoins de sa famille où elle était l’ainée de 5 enfants.

Cette expérience précoce au travail, malgré son jeune âge, va la conduire à l’engagement politique et syndical…

Suite de l’article : Jeanne Borzakian


JPEG - 48.6 ko

Jacqueline Reviron.

Des résistants de Libé-Nord avec Raymond Reviron dans le 19è arrondissement.

Roger Bernier. Restaurateur au 49 Avenue Secretan, il participe à l’action clandestine dans les rangs de « Libération-Nord » du 19è arrondissement…
 
Théodore Boutt. Lui aussi restaurateur, installé au 72 rue d’Aubervilliers, il rejoignit Libé-Nord en 1943…
 
Jean Constant. Chef de service au rationnement de la mairie du 19è, il mit à profit cette situation pour organiser en liaison avec les résistants dans les différents services de la mairie, une aide aux persécutés de tous ordres…
 
Celestin Degorce. Agent de la Préfecture de la Seine affecté à la mairie du 19è, il est avec Jean Constant le fondateur du groupe de résistants dit « groupe des Buttes Chaumont »…
 
Marcel Faucher. Contrôleur au service municipal, il prend l’initiative de créer un groupe de résistance aux pompes funèbres de la ville de Paris…
 
Albert Furdin. Agent des services techniques de la Préfecture de la Seine, il met à profit cette situation pour, dès 1940, organiser la Résistance…
 
Robert Jeudy. Employé au service ravitaillement à la mairie de 1941 à1943 et devenu chef du service après le départ de Jean Constant…
 
Edmond Kaiser. Responsable du mouvement Libé-Nord du 19è à partir du mois d’avril 1943, il échappe de justesse à une arrestation en mars 1944…
 
Yvonne Lallemand. Employée des services de la mairie, elle fut parmi les premiers à s’engager dans le groupe des Buttes Chaumont…
 
Pierre Leconte. Membre du personnel de la mairie, il adhère dès le mois de mai 1941 au groupe des Buttes-Chaumont…
 
Gustave Levillain. Il était chef de poste de la « Défense Passive » rue des Cheminets…
 
Christiane Perrigot. Employée à la mairie au bureau des allocations militaires…
 
Jacqueline Reviron. Elle a joué un rôle important d’agent de liaison attachée au groupe de la mairie et de la direction locale de Libé-Nord…
 
Jean Vanderschueren. Professeur d’éducation physique, très impliqué de par son travail avec les jeunes du 19è…
Lire l’article : Résistants de Libé-Nord


JPEG - 36.2 ko

Albart PLATEK

Tombé sur le front de la Rochelle
 
Albert Platek, enfant du 19e, a été tué les armes à la main dans les derniers combats de la libération en participant à l’attaque d’un bastion allemand dans la poche de Royan. Il avait 19 ans.
Lire la suite : Albert Platek


JPEG - 72.4 ko

Lajb GROJNOWSKI dit Bruno ou Louis

Dirigeant national de la Résistance MOI
 
Lajb Grojnowski est né en 1904 à Radziejow (Pologne).

Engagé dans le mouvement communiste polonais dans les années d’avant guerre, il est arrêté en 1923 et condamné à la prison. A sa libération, il quitte la Pologne pour la Belgique puis la France où il arrive vers la fin décembre 1929.

Il participe alors aux activités du groupe de langue juive rattaché à la MOI, dont il devient l’un des principaux responsables.
Lire la suite : Lajb Grojnowski


GIF - 135.5 ko

Maurice CHARPENTIER

Un jeune de la rue de la Solidarité mort pour la France

Né le 7 novembre 1919 à Paris, Maurice Charpentier habitait dans les immeubles HLM de la rue de la Solidarité dans le 19è arrondissement.

Dès les débuts de l’occupation allemande, ce jeune d’une vingtaine d’années participait déjà à l’activité clandestine des jeunes communistes de ce quartier populaire. Il en était membre depuis l’avant guerre.
 
Lire la suite : Maurice Charpentier
Nous n’avons pas de photo de Maurice Charpentier, c’est pour cela que nous avons mis celle de ce monument à la mémoire des 1008 fusillés du mont Valérien dont il a faisait partie. Si vous possédez une photo de ce jeune résistant, n’hésitez-pas à nous contacter : info chez des-gens.net ou 01 77 35 80 88


Les « mouflets » de juin 40 du quartier Amérique

On les surnommait les « mouflets » tant la plupart d’entre-deux étaient presque des enfants. René ROY, comme Jean Quarré, était déjà un jeune engagé avant la guerre dans le mouvement des jeunesses communistes. Il habitait alors dans la rue Compans près de la place des fêtes.


Lire l’histoire et les portraits des : Mouflets » de juin 40 du quartier Amérique


À suivre…

En savoir plus : l'ANACR 19ème

Pour tous renseignements et adhésion, écrire au président :
- Mr Robert Endewelt - 28, rue Botzaris - 75019 Paris
- ou par courriel : robert.endewelt chez laposte.net
- Siège social : ANACR 19ème - Maison du Combattant et des Associations - 20, rue Édouard Pailleron - 75019 Paris
Toute utilisation en dehors du cadre privé ou scolaire doit faire l’objet d’une demande auprès de l’ANACR

Tous droits réservés © ANACR

Partagez cet article :


Réactions
par MAURICIO JORY - le : 16 février 2013

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

DGOSTARIA DE OBTER INFORMAÇÕES SOBRE GEORGES JORY,ELE FOI MORTO PELOS NAZISTAS. INFORMAÇÕES COMO : ONDE ELE MORREU, COMO FOI ? QUAL CIDADE DA FRANÇA ELE NASÇEU. OBRIGADO !

Répondre à MAURICIO JORY

le : 22 février 2013 par Salvatore en réponse à MAURICIO JORY

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bonjour,

Je n’ai pas trouvé trace de Georges Jory qui d’après votre message a été tué par les nazis, peut-être nos internautes pourront-ils nous fournir des informations, était-il un résistant ? Nous essayerons d’apporter une réponse à vos questions.

Cordialement.
S.Ursini
La Ville des Gens

par Maurício Jory - le : 20 mai 2013

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bonjour ! Merci Pour la information on Resistante Georges Jory mort pour la France in 1943. Maurício Jory.- Brazil. Famille Jory in Brazil.

Répondre à Maurício Jory

le : 24 mai 2013 par Salvatore en réponse à Maurício Jory

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bonjour,
Merci pour vos encouragements, nous continuons les recherches…

Cordialement
S.Ursini
La Ville des Gens

par Maurício Jory - le : 13 juin 2013

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bon Jour ! Monsieur, Salvatore Ursine : Sobre a la mort de Resistant Georges Jory,mort en anne 1943, posso adiantar que ele era Amplepuis city near on Lyon. Mon gran-pére, Joseph Jory,naissance en Lyon. Merci. Maurício Jory.

Répondre à Maurício Jory

par Maurício Jory - le : 21 janvier 2014

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bonjour S. Ursine ! Enchanté ! Georges Jory, nasceu,07-07-1923. Coubevoie.(Haut De Seine) Morto : 28-03-1945. Chapareilan. Morto em ação.(159-RIA-RHONE_ALPES. Regimento de Infantaria Alpina. Site : Jory Georges\Amplepuis. Au revir ! Merci beaucoup ! Maurício Jory.—Facebook.com\mauricio Jory. Famille Jory.- Bresil ;

Répondre à Maurício Jory

le : 21 janvier 2014 par Salvatore en réponse à Maurício Jory

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bonjour,

Nous sommes bien content que vous ayez pu retrouver la trace de votre grand-père.

Hello, we are very happy that you found the trace of your grand father.
Happy new year 2014.

Bonne continuation.
Cordialement.
S.Ursini.
La Ville des Gens

par delrio - le : 11 mars 2014

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

je suis a la recherche de documents sur gallo bordege sa tombe est au cimetière d’ivry dans le carré manoukian, il était le cousin germain de mon père, je suis fière de lui et j’aimerai au moins trouvé une photo il y a une plaque à sa mémoire au 27 rue du docteur potain paris 19ème il a été fusillé au mont valérie le 19/03/1944.
si vous pouviez me donner plus de renseignements sur lui je vous en serais très reconnaissante.
Cordialement
danielle del rio

Répondre à delrio

par Eric Fertin - le : 25 août 2014

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

QUi se rappelle du capitaine FTP Fenestrelle, de la compagnie Saint Just et des combats de la rue du Temple et de la place du la République ?
Merci d’avance !

Répondre à Eric Fertin

le : 25 août 2014 par Salvatore en réponse à Eric Fertin

Mémorial de la Résistance du 19ème arrondissement de Paris

Bonjour Monsieur Fertin,

Notre site associatif travaille depuis 2 ans en collaboration avec l’ANACR 19ème, 2 résistants (anciens FTP) qui ont fait l’effort de mémoire et ont édité en 2005 un livre "la résistance dans le 19ème arrondissement", aujourd’hui pratiquement épuisé et il va être difficile de le ré-éditer.

Les ayant connu il y a 2ans ils m’ont demandé s’il était possible de leur faire une petite place sur notre site internet "La Ville des Gens", ce que nous faisons avec plaisir en mettant en ligne ces petites biographies d’anonymes de la Résistance.

Je pense que "Fenestrelle" (monsieur Charles Fertin je suppose) ne devait pas habiter le 19ème sinon ils l’auraient certainement intégré à leur travail.

Cependant, notre rubrique "Histoire et Mémoire" a de la place et donc si vous souhaitez faire un article de la longueur de votre choix sur M. Fertin, nous le publierons avec plaisir même s’il sort de notre zone géographique du Nord-est parisien.

Cordialement.
S.Ursini

modération a priori

A cause du SPAM ce forum est modéré :

- Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
- l'insertion de code, ou la mise en forme de votre texte est désactivée
- les commentaires comportant des liens sont supprimés.

Si vous souhaitez faire connaitre votre activité, contactez nous plutôt que de poster un commentaire, ce sera beaucoup plus valorisant et efficace pour votre activité.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Jam sessions, Paris et banlieue

Amène ta pelle, que ce soit une Gibson ou une Fender, ou alors emmène ton sax ou tes (...)

Chiner, Paris et banlieue

Aller faire un tour à la recherche d’un petit rien ou d’un trésor, un doudou ou une (...)

Les Marchés de Paris

Chaque jour a son ou plutôt ses marchés à Paris, sauf le lundi, cela vaut toujours le (...)

Belleville-Ménilmontant en images, n°35

Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien (...)

Les traverses de juin

A la fin du mois de juin, les marionnettes sortent du théâtre et investissent les (...)

Les restos du cœur - Aide alimentaire

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, (...)

Claude Bourguignon - Protéger les sols pour (...)

C’est si simple quand c’est bien expliqué ! En savoir plus sur le laboratoire de (...)

A la recherche du vieux Belleville et de ses (...)

Voici une vidéo tirée du projet "Belleville – Ménilmontant, terres d’accueil ?", de (...)

Mémoire de la gare de Ménilmontant

Ce montage vidéo a été réalisé par l’association « La Ville des Gens » et à été terminé en (...)

La « descente de la Courtille »

Rédaction révisée au 20 juin 2017 Image 1. Départ du cortège de la Descente vu par (...)

Le pavillon chinois de la rue de la Chine

Crédit photo Dg Avant-propos J’ai habité 7 années, rue de la Chine au numéro 7. Mes (...)

Promenade à travers l’Histoire… de Belleville

J’ai foi dans l’avenir, je suis Bellevillois ! Peut-on trouver l’explication de cette (...)

Les sorties : dimanche 25 juin
Vous avez entre une semaine et un an de tango, vous pratiquez plus en cours qu’en bal, où (...)
Habitants, cinéastes, romanciers, artistes, photographes d’hier et d’aujourd’hui et bien d’autres – (...)
Apparue vers 1798 (1ère distillerie en Suisse) et 1805 en France et interdite en 1915, l’histoire (...)
Les marionnettes de la famille Rank sont situés dans le Parc Montsouris (14ème) et des Buttes (...)
De Saint Ouen à Montreuil et du 10ème au 20ème, pour vous détendre, allez faire un petit plongeon (...)